Zwischbergental : Grosse Stafel (Alp Vaz) - Rote Tschuggu - Ober Irgili - Irgilihorn


Published by ChristianR , 10 October 2021, 14h17.

Region: World » Switzerland » Valais » Oberwallis
Date of the hike: 8 October 2021
Hiking grading: T4- - High-level Alpine hike
Waypoints:
Geo-Tags: CH-VS 
Height gain: 1200 m 3936 ft.
Height loss: 1200 m 3936 ft.

Durant ma précédente randonnée jusqu'à la Galilücke, j'avais pu photographier à loisir le versant E de la Zwischenbergental. En passant en revue mes modestes oeuvres picturales, je suis tombé sur cette image :



On peut y observer trois alpages connus : Grosse Stafel (Alp Vaz), Schiena (Zerkiti Hittjini) et Schindeldola, probablement le moins "célèbre" car non répertorié sur CNS. Au NE (à gauche de l'image) semble apparaître, éclairé par le soleil, un pâturage relativement important qui aurait probablement pu être utilisé par le passé, vu sa proximité avec celui de Grosse Stafel.

J'ai donc jeté un oeil aux photographies de 1929 mises à disposition sur Swisstopo, dont celle-ci :



Un sentier semble se détacher de Grosse Stafel (à droite) et remonter en diagonale en direction du mystérieux pâturage (provisoirement baptisé "Rote Tschuggu" du nom de la région la plus proche). Il traverse deux ravins, puis une colonie d'aulnes, et finalement gagne le torrent (sans nom) qui descend du Tschawinerhorn. Je l'ai mis en évidence sur cette image :



Ce sentier existe-t-il toujours ? Trouve-t-on encore d'éventuels reliquats d'une activité pastorale près de ce pâturage ? Le mieux est d'aller voir sur place !

Interdiction de circuler oblige, j'abandonne mon véhicule au bord de la route longeant la Grossus Wasser, 700m avant l'usine électrique récemment construite. Je gagne ensuite en toute quiétude l'alpage de Grosses Stafel en suivant le sentier en voie d'abandon déjà utilisé il y a mois. De là, il faut emprunter une corniche aménagée qui permet de gagner, à l'est, le ravin que l'on traverse facilement. Un sentier encore assez visible continue horizontalement, en légère montée. D'anciennes traces de coupe attestent que l'on est sur la bonne voie. Je franchis un second ravin, remonte rapidement quelques mètres et poursuis ma progression horizontale pour arriver dans une région de plus en plus envahie par les aulnes. A seulement 50 mètres du torrent, confronté à l'invasion végétale, il me faut hélas quitter l'ancienne voie pour gagner verticalement le bas du pierrier, vers 2010m.

Pour un humain bipède, il est aisé de circuler dans ce vaste pierrier, légèrement végétalisé. Mais pour du bétail, il en va tout autrement. Ce qui explique le cheminement réalisé en contre-bas. J'atteins donc le torrent descendant du Tschawinerhorn et arrive finalement au pâturage. Un bref coup d'oeil suffit pour découvrir la première ruine. Il s'agit d'un enclos aux murs élevés offrant un abri au bétail (moutons ? veaux ?) qui y séjournait durant la nuit. Plus haut, c'est un bâtiment aux dimensions modestes qui devait servir d'hébergement au berger/vacher. Juste de quoi placer une couche, un fourneau, et peut-être une table. Et encore plus haut, une balme bénéficie de la protection d'un immense rocher.

Voilà, le mystère levé, il y a bien eu jadis une certaine activité pastorale, ici, dans ce lieu perdu et isolé qu'est Rote Tschuggu. Est-ce que l'ouvrage d'Erich Jordan en parle ? Il faudra que je vérifie cela à l'occasion.

Il est maintenant temps de quitter ce lieu hors du temps. Je remonte un instant la rive N du torrent et rejoins une sente de gibier qui effectue une jonction avec le sentier balisé provenant de Gapfji (P.2128). Sentier que je suis un bref moment puis quitte vers 2220m pour une région parsemée de barres rocheuse et de petites mares, l'objectif étant d'atteindre les ruines d'Obers Irgili. Je découvre avec étonnement quelques cairns et la présence d'un passage bien aménagé à travers un pierrier, équipés de marches, sur les bords S du Rots Chi. Visiblement, je ne suis pas le seul à vouloir préférer ce petit détour au sentier officiel !

Les ruines d'Obers Irgili baignent dans une lumière automnale qui amplifie l'ambiance de cet autre lieu, d'un autre temps, qui a pourtant bel et bien existé. En témoignent cette croix dont la tige en fer forgé a plié jusqu'à toucher terre, ces toits aux charpentes encore présentes, éventrés par le poids des ans, et de la neige, aussi, disons-le. Et le panorama grandiose sur les blancs sommets du Weissmies, Lagginhorn et Fletschorn. Qui étaient-ils donc, les temporaires habitants de ces lieux, dont les restes reposent dans un cimetière valaisans ou piémontais, ou au fond d'un gouffre pas très loin d'ici... qui sait ?

Bon, trêve de flagellation dramaturgique car il me faut encore monter au Tschawinerpass, assez rapidement atteint par une voie légèrement raide mais pas aussi douloureuse que la descente qui m'attend de l'autre côté. Au col, je rencontre un groupe de quatre personnes qui reviennent de l'Irgilihorn et s'apprêtent à descendre par là où je suis monté. Je leur évoque vainement la raideur de la pente et l'état d'abandon du sentier qui peut poser un problème dans ce sens. Chacun continue néanmoins de son côté après les salutations d'usage. Je recroiserai ce groupe en fin de journée aux bords de la Grossus Wasser. L'un des participant m'avouera, en accord avec ses compagnons, que la descente fut particulièrement "heftig". Voilà, c'est dit.

Après avoir peiné quelques minutes dans le pierrier sommital, j'atteins l'Irgilihorn et profite du panorama étendu qu'il fournit. En octobre, le soleil perd de sa violence et il est ainsi possible de profiter de tels moments sans agoniser sous une chaleur de plomb. Une légère brise m'annonce néanmoins qu'il ne faut pas trop s'attarder car les journées raccourcissent et le chemin du retour est encore long.

Je retourne donc au col, puis attaque la descente qui, sans être "heftig", met les genoux à rude épreuve. De plus, çà et là, quelques passages verglacés exigent une certaine prudence. La pente n'est pas verticale, mais le sentier étroit, voire inexistant par endroit et on sent bien que la terre n'est plus aussi "moelleuse" qu'en été. Il faut également traverser un pierrier auquel je donnerai la note de 5 sur l'échelle du Ferdenpass qui en compte 10.

Heureusement, la vue sur l'azur du Tschawinersee compense les aléas de la descente. Du lac, il faut effectuer un second plongeon, dans le Wairasee cette fois, 230m en dessous. La journée touche à sa fin et il est toujours étonnant d'évoluer dans cet univers totalement silencieux, aucun cris d'animaux, aucun bruit de moteur, pas de vent, rien. Les genoux souffrent et les tympans se reposent.

C'est ensuite l'arrivée à l'alpage de Waira, puis la région de Pussetta et la dernier bout de descente jusqu'à Unners Bord, au crépuscule, où je rencontre les survivants du groupe évoqué plus haut. Chacun gardera évidemment un souvenir plus ou moins épique de cette aventure, mais comme je le dis à chaque fois :

Un bien belle journée ce fut !

NB : Attention ! Le tracé qui s'affiche sur la carte n'est pas celui de mon GPS (car panne de batterie) mais a été réalisé "à la main". Il est donc totalement approximatif et il faut s'y fier avec prudence.

Hike partners: ChristianR


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Open in a new window · Open in this window


Comments (5)


Post a comment

atal says:
Sent 13 October 2021, 13h16
Bellissimo giro in una zona molto interessante, reportage accurato e ottime foto...cosa chiedere di più? Una giornata altrettanto bella!

ChristianR says: RE:
Sent 13 October 2021, 15h12
Grazie Andrea! Come dico spesso, la Zwischbergental (l'ex Val Vaira dei Duchi di Milano) è un po' come la nostra "piccola Valgrande" per noi, Vallesani :)

C'è solo in questa valle dove si possono ancora fare interessanti scoperte (o riscoperte).

La mia prossima escursione sarà comunque nella Turtmanntal dove credo di aver trovato qualcosa del genere, grazie alle immagini aeree di Swisstopo.

Bertrand says: RE:
Sent 14 October 2021, 13h06
>La mia prossima escursione sarà comunque nella Turtmanntal dove credo di aver trovato qualcosa del genere, grazie alle immagini aeree di Swisstopo.

Non vediamo l'ora di leggere il tuo resoconto !

ChristianR says: RE:
Sent 14 October 2021, 14h07
Coming soon :

TURTMANNTAL : SECRET REVEALED !
(inspired from a stoning true story)

A film by the director of "No f... bistro in Simplon !"(nominated at the 1999 Valstrona Award's) and "Where are the cows coming from ?"(Alpe Büsin Festival 2003)

Official release date : 16th of October 2021

Stay tuned, guys !

(end of trailer)

ChristianR says: RE:
Sent 17 October 2021, 12h38
Chose promise, chose due !


Post a comment»