COVID-19: Current situation

Sur le Chemin panorama alpin : Quinzième étape, de Wolhusen au Napf


Published by stephen , 11 May 2016, 19h30.

Region: World » Switzerland » Luzern
Date of the hike: 6 May 2016
Hiking grading: T1 - Valley hike
Waypoints:
Geo-Tags: CH-BE   Napf   CH-LU 
Time: 5:30
Height gain: 1330 m 4362 ft.
Height loss: 500 m 1640 ft.
Route:Wolhusen – Gmeinalp – Stächelegg - Napf
Access to start point:cff logo Wolhusen
Access to end point:A pied uniquement. L'arrêt de bus le plus proche est à cff logo Mettlenalp, à 35 minutes de marche du Napf et desservi uniquement le dimanche en été.
Accommodation:Berghotel Napf

English version here

Depuis Wolhusen, le Chemin panorama alpin dit adieu à la Suisse centrale pour grimper jusqu'au sommet plat du Napf (1408 m), avant de redescendre vers l'Emmental et de poursuivre sa route vers l'ouest en direction des Préalpes bernoises et fribourgeoises. Il faut deux bonnes journées de marche pour traverser le massif du Napf (le topo-guide de Suisse Rando décrit la traversée en trois étapes, dont une très courte) et il est quasi obligatoire de passer une nuit en montagne : en effet, le sommet n'est atteignable qu'à pied et les options de transport en commun au cœur du massif sont très limitées. Cette traversée se prête parfaitement au long week-end de l'Ascension, d'autant plus que je reçois la visite d'une amie qui, en décembre dernier, a déjà partagé une étape précédente de mon périple le long de l'itinéraire national No. 3.

Avec l'hébergement réservé au Berghotel Napf, il ne nous reste plus qu'à espérer l'arrivée du beau temps avant le long week-end. Un mois et demi s'est écoulé depuis l'étape précédente qui m'a conduit à Wolhusen et pendant ce temps, l'hiver a fait un retour en force sérieux, avec des chutes de neige à basse altitude qui ont continué jusqu'aux premiers jours de mai. Mais la météo s'est soudainement et miraculeusement améliorée en milieu de semaine et les prévisions pour le week-end à venir ne pourraient pas être meilleures.  

Après un court trajet en train de Lucerne à Wolhusen, nous commençons notre randonnée de deux jours vendredi matin à 9h 20. Presque tout de suite, nous sommes confrontés à une montée assez raide de quelque 250 mètres pour sortir de la vallée de la Kleine Emme. Il y a du soleil et il fait déjà chaud. Nous nous imposons un rythme assez lent : nous avons 1300 mètres de dénivelé devant nous, il faut se ménager en ce début de saison.  Nous gagnons bientôt une large crête herbeuse au-dessus de la vallée ; une vue grandiose s'ouvre vers le sud-est, avec le massif du Pilatus visible dans toute sa longueur, encore bien blanc après la vague de froid qui vient de se terminer. Nous poursuivons notre chemin vers l'ouest par une suite de pistes agricoles et de pâturages fraîchement fauchés : on fait les premiers foins de l'été, profitant du temps chaud et sec pour couper et ramasser l'herbe avant les prochaines pluies. 

À Steinhuserberg, nous sommes surpris par un édifice moderne aux allures de silo mais qui est en fait une église, plantée au milieu de nulle part et entourée de champs. C'est ici qu'un nouveau panorama alpin commence à se révéler : vers l'ouest, à l'horizon, voilà le trio Eiger – Mönch – Jungfrau qui apparaît pour la première fois, pyramides imposantes avec leurs faces nord sombres.  Ce trio célèbre sera sans doute un élément central de la vue au cours des prochaines étapes. Nous passons devant de grandes fermes, où les médailles remportées par les vaches lors de concours agricoles sont fièrement exhibées à côté du nom des derniers-nés de la famille paysanne. Au bord du chemin, uns ancienne cabine du téléphérique du Trübsee à Engelberg a été aménagé en abri douillet pour fondues panoramiques lors des soirées frisquettes d'automne. Derrière nous, le Pilatus et Rigi reculent petit à petit et le paysage traversé lors des quatre ou cinq étapes précédent fait place à de nouveaux horizons.

Vers midi et demie, nous arrivons à une butte herbeuse au-dessus du village de Menzberg. Les bancs en bois et le panorama à 360 degrés invitent le randonneur affamé à faire une pause, ce que nous faisons donc. Le choix du banc est difficile : manger face au Pilatus vers l'est, à l'Oberland bernois vers le sud-ouest ou au Plateau avec son patchwork de champs vers le nord ?  Notre déjeuner est une très bonne salade de coquillettes, d'œufs durs, de ciboulette, de persil et de tomates avec de l'huile de graines de courge, suivi d'un fromage d'alpage et de clémentines. Nous avons opté pour la vue vers l'est, au milieu de laquelle on distingue clairement le Säntis, à quelque 120 kilomètres à vol d'oiseau. D'ici, je vois la quasi totalité du chemin que j'ai parcouru depuis mon départ de Rorschach il y a un an.

Après le déjeuner, il faut subir quelques kilomètres de surface dure sous les pieds. Une petite route d'alpage bétonnée nous fait traverser un joli paysage gentiment vallonné jusqu'au hameau de Gmeinalp. Les falaises du côté nord du Napf se rapprochent de plus en plus et dominent désormais la vue. Après un long replat, le chemin recommence à prendre de l'altitude : nous avons atteint la deuxième montée importante de la journée, qui nous fera grimper de 400 mètres entre Gmeinalp et le sommet du Napf.

La montée se fait principalement en forêt, parfois sur de larges pistes, par moments sur des sentiers plus étroits. Nous croisons pas mal de VTTistes  - toujours dans les parties étroites bien sûr – qui se battent pour maîtriser leurs engins dans la descente raide et bosselée. A la Chrothütte, cabane du Club Alpin Suisse au milieu de la forêt, une fontaine nous permet de remplir nos gourdes d'eau bien rafraîchissante avant de continuer vers le haut. Un panneau indique une heure de marche jusqu'à un endroit qui s'appelle Paradisli : malheureusement, la direction de ce petit paradis n'est pas la nôtre. A un endroit où le chemin traverse un petit torrent, une grande aire de pique-nique a été aménagée avec des bancs en bois (sponsorisés par diverses banques et associations locales) et un barbecue. Il y a aussi, fixée à un poteau, une boîte portant la légende Reisen Apotheke. Nous l'ouvrons, nous attendant à y trouver des produits de premier secours : de l'aspirine peut-être, ou des pansements anti-ampoules. Mais la pharmacie de voyage révèle un tout autre secret : trois petites bouteilles de Schnaps de types différents.

Nous passons au-dessus d'un cirque de falaises verticales, un peu comme un Creux du Van en miniature, pour atteindre la selle de Stächelegg, à 1303 mètres d'altitude. Le chalet d'alpage fait buvette et la terrasse a attiré un bon nombre de randonneurs qui se désaltèrent en se régalant de la vue panoramique vers le sud. Lors de mon dernier passage ici en janvier 2012, l'ambiance était très différente : il y avait du brouillard, de la neige fraîche et un tout petit veau qui était venu au monde dans des conditions bien rudes. Depuis Stächelegg, une dernière demi-heure de montée très raide sur la fin nous mène enfin au sommet du Napf, avec son hôtel rustique tout en bois.

Contrairement aux falaises sur son côté nord et aux pentes boisées raides de son flanc sud, le sommet du Napf est complètement plat. L'hôtel est entouré par un grand espace vert que l'on pourrait qualifier de pelouse et qui jouit d'une vue aussi ininterrompue que magnifique dans toutes les directions. Les géants de l'Oberland bernois se sont nettement rapprochés et trônent au centre du panorama, derrière les barres de la Schrattenflue et du Hohgant. Le Pilatus est toujours là et, très loin, le Glärnisch ressemble à un mur blanc de neige. Plus à l'ouest, le Stockhorn est un autre point de repère au-dessus de Thoune et, plus loin encore, voilà la Dent de Folliéran, petit Cervin fribourgeois.

Nous arrivons au sommet à trois heures et demie, après cinq heures et demie de marche sans compter les pauses. Nous avons une demi-heure d'avance sur le temps indiqué en bas à Wolhusen, ce qui est particulièrement satisfaisant en ce début de saison, car je suis encore à court de forme physique. Nous nous installons en terrasse avec bière et Suure Moscht et passons deux heures à profiter du soleil et de la vue, tout en regardant arriver et partir randonneurs et cyclistes. Un pigeon picore autour des tables, ce qui surprend le propriétaire de l'hôtel : jamais il n'avait vu cet oiseau des villes ici au sommet du Napf. Tout le personnel de l'hôtel sort pour voir ce visiteur inattendu. D'autres oiseaux plus petits vont et viennent à toute allure, avec un battement d'ailes frénétiques et un vol saccadé dans lequel la notion de maintenir un cap horizontal n'a aucune place.  

A six heures, le soleil quitte la partie de la terrasse où nous nous sommes installés. Nous prenons la clé d'une chambre au premier étage, avec vue parfaite sur l'Eiger, le Mönch et la Jungfrau. La douche est chaude et tonifiante, juste ce qu'il faut après une longue journée de marche. Nous mangeons à l'intérieur, mais il y a aussi beaucoup de monde encore assis à dehors... souper à l'extérieur à 1400 mètres, à huit heures du soir, au début de mai, qui l'aurait cru ? Après l'excellente soupe du jour aux champignons, ma coéquipière prend des Älplermagronen avec compote de pommes, alors que je me régale d'une saucisse de campagne servie avec des frites et une épaisse sauce aux échalotes. Après le souper, nous retournons dehors pour regarder les étoiles et les lumières lointaines des villes. Tout là-bas à l'est, une grande concentration de lumières indique une grande ville, peut-être Lucerne ?

La journée a été belle et le Chemin panorama alpin a pleinement justifié son nom. Nous avons fait plus de 1300 mètres de dénivelée : demain sera plus facile, je dis à mon amie, tout en descente et en terrain facile…

Etape suivante
Etape précédente


Hike partners: stephen


Gallery


Slideshow Open in a new window · Open in this window


Post a comment»