COVID-19: Current situation

Tour du lac des Quatre Cantons : troisième étape, de Brunnen à Gersau


Published by stephen , 29 May 2012, 22h14.

Region: World » Switzerland » Schwyz
Date of the hike:26 May 2012
Hiking grading: T2 - Mountain hike
Waypoints:
Geo-Tags: Rigigebiet   CH-SZ 
Time: 5:00
Height gain: 950 m 3116 ft.
Height loss: 950 m 3116 ft.
Access to start point:cff logo Brunnen
Access to end point:cff logo Gersau, bus pour cff logo Brunnen toutes les 30 minutes, ou bateau pour Lucerne

English version here

Par les pentes boisées et raides de la Hochflue

Il serait sans doute possible de marcher de Brunnen à Gersau en deux heures à peine, en suivant le balisage "Waldstätter Weg" et en restant au plus près du lac. Mais cela impliquerait beaucoup de goudron ; pour cette troisième étape de mon tour, je choisis donc une alternative un peu plus montagnarde et nettement plus longue, en passant par Bärfallen et Zillistock.

Pour ce long week-end de la Pentecôte, les prévisions météo ne sone pas mauvaises du tout et, en effet, samedi débute sous un beau ciel bleu. La brume habituelle est pourtant bien en évidence à Brunnen ; depuis que j'habite en Suisse centrale, je crois pouvoir compter les jours sans brume sur les doigts d'une main… peut-être même sur les pouces d'une main !

Depuis la gare de Brunnen, il suffit de dix minutes pour atteindre le pont couvert sur la Muota et quitter la ville. Tout de suite après avoir franchi les eaux gris-vert du torrent, la montée commence ; une montée raide et sans répit de quelque 950 mètres.  Je me trouve ici sur les pentes inférieures de la Hochflue, peut-être pas le plus haut des sommets du massif du Rigi mais sans aucun doute le plus raide ! Sous les barres rocheuses sommitales, ces pentes boisées plongent directement vers le lac, le seul terrain un peu plat étant celui occupé par la route, tout en bas.

Au-dessus des dernières maisons, le sentier entre en forêt et la pente s'accentue. Les talus grouillent de petits animaux : une souris rousse et dodue court le long des rochers à ma droite, des lézards se cachent sous les cailloux à l'approche de mes grosses chaussures et le bruissement d'autres animaux invisibles est constant.  Le sentier est raide, le flanc de montagne qu'il traverse l'est encore plus ; à ma gauche, le vide n'est jamais très loin. A une bifurcation de chemins, un panneau bleu-blanc générique met en garde les randonneurs en partance pour la Hochflue, les informant qu'ils peuvent s'attendre à toutes sortes de dangers dont, dans la version anglaise, des passages de glaciers…  

Le sentier sort brièvement de la forêt à Bärfallen, où il y a un restaurant alpestre et une cascade mais pas d'ours (quoique… il y a un fort arôme d'ail des ours dans cette forêt).  C'est un tout petit alpage très en pente et très panoramique, où un berger accompagné d'un chien est en train de sortir un troupeau de moutons devant un panorama qui serait éblouissant si seulement le temps n'était pas si brumeux.

De nouveau en forêt, le sentier devient de plus en plus raide et de plus en plus étroit. A deux endroits il y a des plaques commémorant des randonneurs décédés ici. Effectivement, même si le sentier est toujours bien marqué et plutôt sûr sous les pieds, il est très étroit et, par endroits, plus exposé que j'aurais cru. Il ne faudrait pas mettre un pied à côté ou trébucher par ici et, en l'absence de toute sécurisation, certaines sections de ce sentier sont plus près du T3 que du T2.  Puis, après le passage le plus aérien de tous, le sentier oblique à droite vers des pentes moins intimidantes et monte gentiment vers le chalet de Zillistock, point culminant de la randonnée situé à 1387 mètres, juste sous la Hochflue.

Le début de la descente n'est pas évident à trouver. Les traces laissées par les vaches ressemblent à des sentiers et, dans un premier temps, me font prendre une fausse piste à droite du fond du vallon. Mais il faut rester sur le flanc gauche, un peu au-dessus du lit du torrent, jusqu'à ce qu'on retombe sur de vraies traces de chemin un peu plus bas. Le terrain est un peu plus doux ici que lors de la montée, et le sentier un peu plus large. Vers le nord, le Vitznauerstock/Gersauerstock domine la vue ; il sera peut-être au menu de la prochaine étape.

Au-dessus d'Ochsenalp, je quitte le couvert de la forêt et, en même temps, je perds le sentier dans un pâturage fleuri et très en pente. La carte me dit de descendre tout droit, mais la pente est raide et les vaches ont rendu le terrain difficile. J'opte pour le bord gauche du pâturage où au moins, en lisière de forêt. Il y a de l'ombre. Sous le chalet, le sentier se perd à nouveau et c'est un peu par hasard que je retombe sur une balise rouge-blanc juste là où il entre de nouveau en forêt.

Il me reste une heure de descente raide, sur des sentiers glissants et parfois très encombrés d'herbes folles : je m'attendais à un itinéraire plus "touristique" étant donné que ce chemin fait partie des accès à la Hochflue. A Mettlen, toute une famille est en train de faire les foins, en ratissant une pente grande comme cinq terrains de foot à la main.  J'arrive à Gersau au bout de cinq heures d'une belle randonnée plus difficile que prévu. A l'embarcadère, le vapeur "Stadt Luzern" arrive et repart ; moi, je prends le bus pour Brunnen, puis le train pour Arth-Goldau et Zug. Demain, je serai de retour…  

Etape suivante
 Etape précédente

Hike partners: stephen


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Open in a new window · Open in this window


Post a comment»