COVID-19: Current situation

Blinnental : Zum Engländer - Holöüwibach - Holöüwibiel - P.2795 (Sädelhorn) - Schafberg


Published by ChristianR , 5 September 2020, 17h31.

Region: World » Switzerland » Valais » Oberwallis
Date of the hike:27 August 2020
Hiking grading: T4- - High-level Alpine hike
Climbing grading: I (UIAA Grading System)
Waypoints:
Geo-Tags: CH-VS 
Height gain: 1500 m 4920 ft.
Height loss: 1500 m 4920 ft.

Je n'avais encore jamais parcouru la Blinnental, cette vallée perpendiculaire à celle de Conches. Habituellement, les randonneurs la suive pour atteindre le sommet du Grathorn ou le col de Chummefurgge, tous les deux à l'ouest. Un retour par l'interminable crête du Schafberg, à l'est, me tentait nettement plus. Mais encore fallait-il atteindre son extrémité supérieure.

Il existe bien une ancienne sente utilisée par les moutons qui part du P.1956, traverse les vallons de Hostelli et de Holöüwi pour rejoindre la région de Ringjini... mais l'état de cette sente n'inspire guère confiance : des pans entiers disparaissent à chaque nouvelle édition de la CNS.

Il ne me restait donc plus qu'à me rabattre sur la remontée du torrent du Holöüwibach, pratiquant cette nouvelle discipline qu'on appelle "ruisseling", mais sans combinaison isotherme et en évitant de (trop) patauger dans l'eau. Essayons.

Je laisse ma voiture au parking de Reckingen (gratuit l'été) et m'engage sur le chemin balisé qui parcourt la Blinnental. Premier arrêt à la Stalenkapelle où l'on peut admirer un orgue datant du XVIIIe siècle. Ainsi qu'une fontaine sculptée par Roger Biderbost, de facture plus moderne.

Au P.1628, un panneau indiquant "Zum Engländer" attire mon attention. Il faut franchir la Blinne sur un petit pont et redescendre quelques mètres en aval. On arrive au lieu-dit "Finsterlig", un endroit relativement plat où reposent depuis des temps immémoriaux quelques rochers à la taille imposante. Un panneau explicatif vous informe qu'un Anglais excentrique habitait ces lieux au début du XXe siècle. Il habitait plus exactement sous ces rochers où il avait aménagé, ici une salle à manger, et là une salle de bain, avec une baignoire constituées de dalles en pierre, s'il vous plaît. Vous trouverez plus d'informations sur cet étrange personnage ici.

Plus haut, je dépasse l'alpage de Lärch, puis gagne les ruines de Alte Pür et le bas du vallon de Holöüwi où coule le Holöüwibach sur une distance d'un kilomètre pour un dénivelé de 500 mètres. C'est ici que commence le "ruisseling". Remonter un ruisseau demande quelques habitudes que l'on acquiert rapidement. Le Holöüwibach est heureusement un torrent tranquille avec un débit plutôt faible en été. Sa partie supérieure se redresse quelque peu et demande l'usage des mains.

C'est l'arrivée à Holöüwibiel, sommet selon la CNS, mais surtout modeste promontoire dont la falaise W s'éboule au gré des années. Belle vue plongeante néanmoins sur le trajet parcouru. De là, au SW, part la sente dont nous parlions plus haut : pas très engageante. Quant à sa partie amont au NW, je n'en vois aucune trace. Si des moutons passaient par là, c'était il y a longtemps.

Je continue donc la remontée du vallons, à pied sec, car le Holöüwibach a cédé sa place à un vaste pierrier sur lequel il est aisé de marcher. Et cette remontée m'amène finalement à un col donnant sur le vallon de Merezebach. Accéder à ce nouveau vallon semblerait pénible vu la raideur de la pente. Mais cela ne me préoccupe guère car mon objectif est le P.2795 au N. Celui-ci est défendu par une pente d'éboulis et un flanc qui se redresse verticalement à son sommet. Je réussis toutefois à franchir ce pas délicat par l'ouest. Ce fût le moment le moins facile de cette randonnée.

Au P.2795, vous bénéficiez d'un panorama qui vaut pleinement les efforts accomplis précédemment: la vue porte de l'Aletschhorn au Glacier du Rhône, avec, évidemment, l'inévitable Finsteraarhorn qui vous toise de ses 4274 mètres.

Le reste n'est plus que descente. Mais quelle descente ! Sur une crête large et panoramique, à la pente légère et gazonnée. Lumineux soleil et douce brise. Parfois, une marmotte s'égosille au loin. La Mélodie du Bonheur sans la musique. Le Finsteraarhorn guide mes pas. Parfait. Et çà et là, un cairn ou une balise rouge et blanche datant du paléolithique. 

Je passe donc par la région de Ringjini, Schafberg, Hobiel, Hannspill et plonge finalement dans la forêt surplombant Reckingen. Plonger, le mot est faible : la pente est semi-verticale bien que jamais dangereuse. Vos genoux s'en souviendront. La descente fût si rapide que je fus surpris de me retrouver avec les oreilles bouchées à l'arrivée. C'est dire.

Une bien belle journée ce fût !

Hike partners: ChristianR


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Open in a new window · Open in this window

T3
18 Jul 21
Goms : Mannlibode · ChristianR
T5+
PD
9 Apr 17
Turbhorn dalla Blinnental · ciolly
T3+
10 Aug 94
Chummehorn · Delta

Comments (2)


Post a comment

Bertrand says:
Sent 10 September 2020, 16h37
>un Anglais excentrique habitait ces lieux au début du XXe siècle.

Il n'y avait donc pas que le compte Russel...

ChristianR says: RE:
Sent 10 September 2020, 17h10
"un Anglais excentrique"

Ce pléonasme m'a échappé...


Post a comment»