Stromboli : feu d'artifice entre mer et montagne


Publiziert von Bertrand Pro , 8. November 2012 um 08:56.

Region: Welt » Italien » Sizilien
Tour Datum:27 September 2012
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: I 
Aufstieg: 920 m
Abstieg: 920 m

Le Stromboli cumule bien des records : c'est l'un des volcans les plus constamment actifs de Méditerranée voire du monde entier, c'est le plus étudié de la planète, c'est sans doute l'un des plus spectaculaires atteignable par des non-spécialistes... et c'est aussi pour les mêmes raisons l'un des plus fréquentés ! Cette inoubliable ascension "son et lumière" faisait suite à la randonnée panoramique du "Sentier des Dieux" en balcon au dessus de la célèbre Cote Amalfitaine. Le ferry de nuit entre Naples et Lipari permet de combiner facilement sur une semaine (densément remplie, avouons-le quand même...) la découverte des sites magiques éparpillés entre Naples et Salerno (Amalfi, Ravello, Positano, Ercolano & tutti quanti...voire même Pompeï pour les amateurs de bains de foule version XXXL...) et une 1ère exploration des Iles Eoliennes.

Wikipedia le dira mieux que moi : ces 7 (what else !)  gros cailloux volcaniques - inscrits depuis bien longtemps à l'UNESCO à l'époque où ce label voulait encore dire quelque chose... - au nord de la Sicile font vraiment partie des plus beaux joyaux naturels du monde méditerranéen. Alors qu'on s'y marche sur les pieds en été, l'automne leur redonne une atmosphère détendue et un climat en principe idéal. Je dis bien en principe car nous avons eu le redoutable privilège de faire connaissance avec le scirocco local qui a poussé les températures bien au delà de 30° en cette fin septembre, rendant visites culturelles et randonnées plus éprouvantes que prévu. Cela dit - même si on cherche en vain du sable fin et des cocotiers - on peut quand même se baigner un peu partout dans une eau réputé pour sa transparence (dixit les plongeurs, moi j'aime pas trop l'eau...) et qui dépassait encore allègrement les 27°.

Les hydroglisseurs d'Ustica assurent un cabotage fréquent entre les principales îles, permettant d'innombrables sauts de puce pour optimiser le (toujours trop court...) séjour. En voyageant avec des enfants, c'est évidemment une excitation supplémentaire...Sachant que la fréquence diminue sensiblement dès le 1er octobre, la fin septembre permet donc de profiter à la fois d'une relative tranquillité et d'une logistique encore aisée. Nous avons ainsi pu en seulement 3.5 jours découvrir à fond Lipari (en louant par exemple des vélos pour faire le tour de l'ile - 30 kms d'une route spectaculaire et déserte), gravir le Gran Cratere de Vulcano...et bien sûr s'attaquer au mythique Stromboli. Les trop brèves escales à Salina (cf Il Postino !) et Panarea invitent déjà à un prochain séjour...sans parler de leurs cousines solitaires d'Alicudi ("Caro Diario" de N. Moretti, pour rester dans le cinéma) et Filicudi. En résumé, c'est toujours pareil, là-bas ou ailleurs on finit toujours par courir après le temps en regrettant de ne pas savoir le prendre. Enfin bref.

Donc le Stromboli. Nous débarquons de Lipari en fin de matinée sous un soleil de plomb, en nous attendant à trouver - comme c'est l'habitude - le tricycle à moteur de notre logeur qui avait promis de venir nous prendre en charge au port. 1/2 h plus tard les autres touristes débarqués ont tous été pris en main, le débarcadère est désert, seuls les scooters des pécheurs passent encore de temps à autre pour discuter le bout de gras avec les collègues. Le téléphone de la pension sonne dans le vide, le portable n'aboutit qu'à un "Messaggio gratuito" signalant un numéro non attribué. Bref "il Giardino Segreto" fait honneur à son nom. On se résout de guerre lasse à rejoindre les chambres à pied pour s'assurer que l'établissement n'a pas été recouvert de lave entre-temps. Le village de Stromboli n'est pas bien grand mais c'est évidemment à l'autre bout. Le soleil cogne et la révolte gronde au sein de la troupe devant ce flagrant délit d'(in)organisation à l'italienne...

Pour finir nous sommes accueillis par la femme de chambre qui n'a pas l'air bien au courant mais nous installe dans 2 jolies maisonnettes. La chaleur est quasi suffocante, les climatiseurs sont privés de leur télécommande (et quand la dame nous amène les boîtiers on constate vite qu'ils ne recyclent que de l'air chaud...), mais le tout a quand même bien du charme avec son mobilier vintage, son calme absolu et sa végétation exhubérante. Le patron-fantôme de l'établissement est aussi guide-vulcanologue officiel, et c'est auprès de son agence (dont je tairai le nom...) que nous avions réservé l'ascension le soir même (guide obligatoire sur le Stromboli). Evidemment dans la cahute de ladite agence le malheureux adjoint n'est au courant de rien...mais il nous trouve de haute lutte les 5 dernières places auprès d'un bureau concurrent. Ce sera la seule frayeur de la journée puisque les bombes volcaniques tomberont sagement loin de nous cette nuit là.

Repas de midi à l'incoutournable Trattoria "Da Ingrid" (qui aurait été la demeure d'Ingrid Bergmann durant le tournage du mythique film de R. Rossellini "Stromboli, terra di Dio"... dernier clin d'oeil cinéma, c'est promis !). Petit bain dans une eau à la température quasi thermale (et pour que moi je dise ça...). Dernier adieu à Mamie qui restera stoïquement à attendre dans une chambre étouffante le retour des guerriers. Nous sommes ensuite pile à l'heure au RV du soir devant le bureau des guides. Pour chercher la solitude, mieux vaut aller ailleurs : même en cette fin septembre les effectifs sont au grand complet, pas moins de 140 personnes (!) inscrites ce soir là pour l'ascension, partagés en 7 groupes de 20. Le management des troupes est par contre remarquablement organisé, les groupes partent en horaires décalés et au final on se gênera jamais (d'autant que les autorités vulcanologiques de Catane, qui suivent à la fois le volcan sur leurs sismographes et les groupes par talkie-walkie, restreignent le séjour sommital à un peu moins d'une heure).

Départ donc vers 17h, on ruisselle ferme mais les choses s'améliorent petit à petit en montant, le crépuscule est magique avec une quasi pleine lune qui nous permettra de progresser sans frontale presque jusqu'en haut. Le sentier est facile, juste un peu de cendre molle pour se rappeler qu'on est sur un volcan, et on prend nos places sur le belvédère sommital 920m au dessus de la mer sur les coups de 20 heures. La 1ère explosion ne tarde pas, nous aurons la chance d'en voir 7 ou 8 en 50 minutes  - soirée "eccezionale" selon nos guides, mais ils disent peut-être ça tous les soirs à tous leurs clients. Inutile d'en rajouter des tartines, c'est l'un des spectacles naturels les plus fascinants que nous aurons chacun eu l'occasion de voir. Un feu de bengale géant projetant de la lave incandescente à une cinquantaine de mètres de haut là, juste sous nos pieds.

On y passerait bien là nuit mais c'est aujourd'hui interdit (les bombes volcaniques peuvent retomber ponctuellement sur le poste d'observation, d'où un savant calcul statistique de la part des autorités aboutissant à une durée maximale d'exposition...). Descente alternative à travers d'immenses pentes de cendre où il n'y a qu'à se laisser glisser sans rien voir dans la nuit noire en vidant périodiquement ses chaussures remplies de sable. Sitôt de retour au bureau des guides vers 22h30, Arnaud se voit remettre un petit cadeau en tant que benjamin du groupe. Rien pour le doyen du groupe (Grand-père, évidemment) par contre, la vie est bien injuste, entre 8 ans et 70++, qui avait le plus de mérite ?

Epilogue : nuit agitée de rêves incandescents. Pour son avenir lointain, Cécile commençait à hésiter finalement entre vétérinaire (son choix depuis des années) et vulcanologue...La 2ème option sera vite balayée dès le lendemain après la traversée des fumerolles suffocantes et fétides de Vulcano, mais ceci est une autre histoire...

Participants : Agnès & moi, Cécile (11 ans), Arnaud (8 ans), Grand-père (70 ++ ans)

Itinéraire : RaS, sentier sec évidemment, départ dans la ruelle menant su Giardino Segreto, puis la bifurc vers 250m à G. De toutes manières le guide est obligatoire (25 EUR pp, finalement raisonnable car ce sont de bons compagnons qui vous apprendront plein de choses sur le volcan) et ils auraient tôt fait de repérer les clandestins. Sentier agréable à marcher en dehors d'une zone molle vers 700-800m. Glissade rapide en mode ski dans le sable/cendre à la descente, efficace mais on en a plein les chaussures et en groupe la poussière soulevée est telle qu'on ne voit qu'à 1 ou 2 mètres - la lumière de la frontale se réfléchit dans un mur opaque...

Météo : Grand beau très chaud (> 30° durant la journée) comme durant tout notre séjour. Un peu de vent au sommet, mais la température n'est pas descendue sous les 20° le soir.

Hébergement : Sur Stromboli, "Il Giardino Segreto" avec les quelques bémols reportés...Sur Lipari accueil d'une exceptionnelle (et je pèse mes mots) gentillesse à l'Affitacamere Lo Nardo, ils se sont mis en 4 pour nous, nous ont laissé 2 petits studios pour le prix de 2 chambres, cherchés au débarcadère, aidés à garer la voiture pour 4 jours dans un coin secret et gratuit, offert une bouteille de Malvasia (le Porto local), trouvé un loueur de vélo pour faire le tour de l'ile, permis de laisser nos valises pendant l'intermède strombolien, etc...Le coup de coeur du séjour.

Accès :  Desserte quotidienne de l'île jusqu'à fin septembre. Attention, en cas de scirocco les hydroglisseurs repartent parfois aussitôt avoir débarqué les passagers, donc avec une avance sensible sur l'horaire officiel...mieux vaut voir large et se baigner au voisinage en attendant.

Tourengänger: Bertrand

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen

T1
T2
T2
22 Okt 13
Stromboli - Besteigung · zaufen
T2
5 Okt 15
Stromboli - im Jahr 2015 · zaufen
T2
7 Apr 15
Stromboli · Luidger

Kommentare (2)


Kommentar hinzufügen

MicheleK hat gesagt: congrats
Gesendet am 8. November 2012 um 20:24
c'est tres cool ca, surtout en famille ! merci pour l' idee,

amicalment
michele

CarpeDiem hat gesagt:
Gesendet am 11. November 2012 um 09:30
M a g n i f i q u e s images. Impressionnant spectacle!!


Kommentar hinzufügen»