Cabane de Susanfe


Publiziert von Philippe Noth Pro , 11. März 2011 um 16:26.

Region: Welt » Schweiz » Wallis » Unterwallis
Tour Datum:17 Juni 2002
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-VS 
Zeitbedarf: 4:00
Aufstieg: 1154 m
Abstieg: 113 m
Strecke:Grand Paradis - Bonavau - Pas d'Encel - Cabane de Susanfe

A 2102m (6896ft), Susanfe est une cabane d'altitude somme toute moyenne, lovée au creux d'un tranquille vallon. Cerné par les névés du Mont Ruan et par d'autres sommets dépassant les 3000 mètres, l'endroit procure déjà une impression de haute montagne.

L'itinéraire se confond en partie avec un des tronçons du Tour des Dents du Midi. Il peut être prolongé, le même jour ou après une nuit passée à la cabane, par le Col de Susanfe et l'ascension de la Haute Cîme. Ce dernier sommet n'est pas traité ici puisque je l'avais déjà visité à une autre occasion.

On quitte soit la station de Champéry, soit, si on a a chance d'être motorisé, le lieu dénommé Grand Paradis (camping, grand parking pour un centre de ski nordique). Les indications données ici se basent sur un départ du Grand Paradis (1055m, 3460ft).

On peut être tenté de garer son véhicule à Barme, 1492m (4895ft), en espérant gagner quelques centaines de mètres de dénivellation. Or le sentier grimpe jusqu'à 1800m (5905ft) environ sous la Dent de Bonavau avant de redescendre sur les chalets du même nom. En fin de compte on ne gagne rien, bien au contraire (expérience vécue quand j'étais gamin). Par contre, on m'a signalé par e-mail qu'il existe un parking approprié à 2km du Grand Paradis en direction de Barme.

Les panneaux "Susanfe" et "Bonavau" situés au Grand Paradis nous font d'abord suivre pendant quelques minutes une route en gravier qui monte vers Les Clous (quelques chalets), puis un sentier zigzagant dans la forêt. On débouche une première fois sur une route goudronnée, sans indication aucune quant à la direction à prendre pour reprendre le sentier. Il s'avère qu'il faut remonter la route sur quelques centaines de mètres, et on retrouve la deuxième section du sentier.

Après 30 minutes, on débouche à nouveau sur une route, cette fois-ci non goudronnée. Il faut la suivre car elle se dirige directement vers Bonavau. On peut parfois emprunter des raccourcis pour couper les virages. Ce chemin forestier finit en cul-de-sac. Il laisse la place à un sentier qui rejoint rapidement Bonavau. A mon sens, ce n'est qu'ici que l'excursion devient plaisante. En quittant la forêt, on a enfin un panorama plus étendu: au-delà du Pas d'Encel trône la magnifique face du Mont Ruan, très enneigée en juin. De plus, le bruit de la circulation du Val d'Illiez s'est finalement estompé.

A Bonavau (1h15 du Grand Paradis), on trouvera de très nombreuses fleurs à l'orée de la forêt, quelques animaux dont un âne, et un chalet où en principe il est possible de se restaurer... sauf le jour où j'y étais. Trop tôt dans la saison ? Il s'agit d'une maison toute neuve. J'ai cru comprendre dans les conversations des gens assis à Bonavau que l'ancienne buvette avait brûlé.

On se dirige maintenant vers le verrou rocheux du Pas d'Encel. En longeant les flancs de la Dent de Bonavau, le chemin gagne progressivement de la hauteur. Il faudra peut-être franchir un ou deux névés qui subsistent en début de saison. Le sentier franchit l'étroit passage du Pas d'Encel par des gradins taillés dans la roche et aménagés de câbles ou de chaînes. Bien que cela procure une petite montée d'adrénaline, je ne qualifierais pas l'endroit de délicat, car on est rarement près du vide. Mais il faut savoir que ce genre de passage est plus intimidant à la descente qu'à la montée.

Une passerelle franchit le ruisseau La Saufla, canalisé par un petit barrage pas très esthétique (2h15). La journée est caniculaire et la brise fraîche qui descend des neiges du Mont Ruan pour s'engouffrer dans le Pas d'Encel fait un bien immense. C'est aussi le seul endroit entre Bonavau et la cabane où on peut trouver un peu d'ombre.

Avec le Pas d'Encel, on pénètre dans un vallon en forme de U, bordé au nord et au sud par deux alignements de montagnes et fermé à l'est par le Col de Susanfe. On grimpe pendant 30 minutes sur le côté gauche jusqu'à arriver à un terrain plus plat. On suit ensuite le fond de ce vallon sans trop d'efforts jusqu'à la Cabane de Susanfe. Sur la droite défilent le Petit Ruan et le Mont Ruan, particulièrement beaux en cette fin de printemps. Je me demande si ces deux montagnes sont aussi impressionnantes en plein été. Finalement elles ne s'élevent qu'à 3000 mètres et cela me surprend de les voir recouvertes de plusieurs névés et d'un glacier suspendu. Il faut dire que ce sont des faces nord.

Du Grand Paradis à la cabane il m'a fallu 4 heures, mais les temps donnés par les guides sont moindres. La descente se fait par le même chemin et nécessite environ 2 heures 30. Ces indications de temps sont à prendre avec des pincettes, vu la canicule et mon état physique déficient. Si vous faites beaucoup moins, inutile de m'envoyer des mails pour me narguer moi et mes muscles d'informaticien :-)


Pour plus de détails, voir la page d'origine sur www.noth.ch. Vous y trouverez aussi la traduction anglaise.


Tourengänger: Philippe Noth


Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»