Punta la Marmora : en boucle par le tour à vélo du Gennargentu


Published by Bertrand , 6 November 2020, 16h49.

Region: World » Italy » Sardinia
Date of the hike:30 October 2020
Hiking grading: T2 - Mountain hike
Mountain-bike grading: F - Easy
Waypoints:
Geo-Tags: I 
Height gain: 3900 m 12792 ft.
Height loss: 3900 m 12792 ft.
Route:J1 (vélo) : gare d'Arzana - Villanova - Fonni (46k, + 750m) J2 : à vélo de Fonni au parking du télésiège, puis AR à pied au sommet de la Marmora, puis à vélo par le col de Guddetorgiu jusqu'à Aritzo (54k à vélo et 11 à pied, + 1400m) J3 : à vélo d'Aritzo à la gare d'Arzana via Seulo - Ussassai - Taquisara et le col de Genna Oruali (90k, + 1700m)

Sans doute la plus belle façon d'explorer le haut massif central sarde en mode vélo-rando pour en gravir au passage le point culminant de l'ile. Les paysages sont évidemment bien moins spectaculaires que ceux de la chaine cotière du Supramonte, vu de loin cela rappelle plus l'Ecosse ou le sud de l'Auvergne...avec quand même bien plus de brun que de vert et bien plus d'épineux que d'herbe tendre ! Pourtant - tant à pied qu'à vélo - on croise une quantité étonnante d'animaux en divagation, chèvres et moutons bien sûr mais aussi vaches, taureaux, cochons sauvages...les clotures semblent en fait surtout là pour les empêcher d'aller boulotter les quelques arpents de forêt reboisée ! Bref la sobriété au sens de Pierre Rabbhi. Les (très rares) voitures roulent pourtant assez vite mais visiblement les conducteurs sardes ont l'habitude...

Très peu de villages isolés, l'habitat se concentre dans de gros bourgs un peu pouilleux, aux ruelles étroites dépourvues de trottoirs...où il faut donc lutter pour chaque mètre carré face à une forte densité de vieilles Pandas couvertes de bosses, mal garées ou en recherche de stationnement. Bref l'intérieur de la Sardaigne vaut plus pour son ambiance sauvage et ses grands espaces vides que son patrimoine architectural !

Quelques trucs à retenir en vrac :

- les dimanche et jeudi d'automne sont jours de chasse, sport national ici. Quand les hommes ne sont pas en train de chasser, ils sont au bistrôt pour préparer la chasse du lendemain ou parler de celle de la veille. Les femmes elles triment dans les commerces ou à la maison. Ce vécu est évidemment on ne peut plus subjectif...

- même si le régime alimentaire tourne plus autour de la viande et du pinard que des légumes, la partie sud du massif est selon les panneaux (et Wikipedia) l'une des régions du monde où l'on vit le plus vieux (Seulo revendique même ce titre pour lui tout seul), en particulier pour les hommes. Selon les locaux interrogés à ce sujet, c'est surtout dû à l'absence totale de stress. Ce qui rejoint donc le point précédent.

- le port du masque dehors comme dedans était plutôt bien respecté, même si l'ile avait beaucoup moins de cas que le nord de l'Italie.

Pour le reste le parcours GPS donnera les infos nécessaires - si jamais plus de détails ici. En termes de paysages, la partie sud du massif (etape Aritzo - Arzana) est la plus pittoresque, le granit refait par moments place au calcaire avec un relief plus musclé que les hautes collines plus au nord. Fonni, le plus haut village sarde (1000m), entouré de collines et de paturages d'un vert surprenant, vaut néanmoins d'y faire une étape pour son animation et ses petits commerces improbables. Mais pour ceux qui aiment le vélo tout est agréable, les petites routes désertes ondulent à l'infini dans une étonnante solitude que je pensais réservée à l'Ardèche ou à la Drome provençale.

Météo : grand beau doux les 1er et 3ème jour, plus froid avec plus de nuages en J2 avec un mistral à coucher par terre dans l'ascension de la Marmora.

Conditions : tour du Gennargentu à vélo : un paradis, les routes sont au 9/10ème quasiment désertes à l'exception des agglomérations - mais celles-ci sont on ne peut plus clairsemées...les gradients sont toujours doux et le goudron souvent excellent - excepté 2km de piste bien destroy en J2 autour du col de Guddetorgiu, juste avant d'arriver à Aritzo. Ascension de la Marmora à pied : sentier un peu chaotique au départ du télésiège puis excellent et roulant tout du long, avec un balisage irréprochable (on a fait l'AR par le sentier est sous la crête au vu du vent furieux). Croisé juste 2 personnes en redescendant...le même couple de Français déjà rencontrés 2 jours plus tôt dans la Gorge de Gorropu !

Accès : nous avons laissé la voiture pour 3 jours au petit parking devant la (minuscule) gare d'Arzana, aucun souci. Le petit train ne circulait pas durant notre séjour, apparemment en travaux. Pour la Marmora, il faut contourner la barrière en portant le vélo pour parvenir au parking du télésiège 500m plus loin.

Hébergement & restauration : le refuge de Bruncu Spina au pied du télésiège est évidemment fermé, de même que tout ce qui porte le nom de "rifugio" sur les routes de montagnes...Tant à Fonni qu'à Aritzo les quelques hotels étaient tous fermés, mais on trouve facilement des petits appartements à louer même pour une nuit sur booking.com (65€). Ce qui était d'autant plus précieux que, les restos étant fermés dès 18h pour cause de Covid, il était indispensable de pouvoir cuisiner - et puis faire le tour des petites épiceries à la tombée de la nuit pour préparer son diner avait vraiment bien du charme. On trouve d'ailleurs plus de boucheries que de boulangeries !

Horaire : J1 départ Arzana 10h30, 4h net + 1h30 pauses, arr Fonni 16h.
J2 départ Fonni 7h45, 8h20 net (3h30 pour l'AR au sommet) + 1h10 pauses, arr Aritzo 17h15.
J3 départ Aritzo 7h30, 7h30 net + 1h pauses, arr Arzana 16h.

Participants : Agnès & moi


Hike partners: Bertrand


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Open in a new window · Open in this window


Post a comment»