COVID-19: Current situation

De Sursee à Willisau, pour terminer l'année


Published by stephen , 4 January 2018, 19h40.

Region: World » Switzerland » Luzern
Date of the hike:31 December 2017
Hiking grading: T1 - Valley hike
Waypoints:
Geo-Tags: CH-LU 
Time: 5:00
Height gain: 290 m 951 ft.
Height loss: 240 m 787 ft.
Route:Sursee - Leidenberg - Mauensee - Wauwilermoos - Willisau
Access to start point:cff logo Sursee
Access to end point:cff logo Willisau

English version here

Terminer l’année par une petite randonnée printanière est devenue une habitude depuis quelques années. Il y a deux ans le soleil brillait pendant que nous pique-niquions au-dessus d'Einsiedeln ; l’année dernière c’est sur le Hagleren que nous avons pris un bon bain de soleil. Cette année j’ai tenté le diable en offrant des raquettes à mon amie : après tout, le mois de décembre a été plutôt froid et neigeux. Il était donc inévitable, en rentrant de nos vacances de Noël au Royaume-Uni, que nous allions retrouver le soleil et des températures avoisinant les 15 degrés pour le dernier jour de 2017. Plutôt que d’aller chercher la neige au-dessus de 2,000 mètres, nous optons pour une balade en plaine au nord de Lucerne, balade qui devrait nous offrir de belles vues vers les Alpes lointaines.

Après un court trajet en train, nous commençons à marcher à la gare de Sursee vers 10 heures 45, remontant vers l’ouest à travers une zone résidentielle dont les immeubles viennent manifestement d’être terminés. En bordure de ville, face au Campus Sursee surdimensionné, une ferme nous propose des “Œufs en libre-service”. Il n’y a pas d’œufs en vue, mais notre passage est observé attentivement par une douzaine de poules qui courent vers le grillage qui sépare leur enclos de la route, peut-être pour voir si nous serions des clients potentiels.

Quittant la route, nous remontons entre champs et lisière de forêt par un sentier parfois boueux. Petit à petit, la vue s’élargit vers le sud au-dessus de la ville de Sursee : le lac de Sempach est visible dans son intégralité avec, plus loin, le massif du Pilatus et les sommets enneigés de la Suisse centrale et orientale. La vue vers le nord est moins spectaculaire mais néanmoins intéressante, un patchwork de prairies, de chalets et de bosquets. A une bifurcation de chemins peu avant la ferme de Trüsselhof, un chien de taille moyenne bondit vers nous, aboyant furieusement et montrant toutes ses dents… puis s’arrête net, freiné par la chaîne à laquelle il est attaché. Quelle vie de chien tout de même : tous ces randonneurs et randonneuses juteux à croquer si la chaîne n’était pas si courte !

En haut de cette montée assez raide, nous nous arrêtons pour boire et pour reprendre notre souffle : c’est notre première sortie depuis la fin de l’été et il faut retrouver la condition physique. Nous continuons face au vent d’ouest par une vaste prairie, vers le point culminant de la randonnée situé à une altitude de 700 mètres, juste avant les quelques maisons de Leidenberg.  Ici nous sommes accueillis par un autre chien, mais celui-ci – un bouvier bernois qui remue la queue en s’approchant – est plus aimable et semble surtout vouloir s’essuyer le nez sur notre pantalon et nos mains.

Depuis Leidenberg, nous suivons une route d’alpage qui descend doucement en serpentant entre des prés jusqu’à Berghof (628 m). Derrière le chalet, nous nous faisons surprendre par un troupeau de moutons qui surgissent de nulle part et se rangent côte à côte sous un grand arbre, comme s’ils attendaient le départ d’un sprint de 100 mètres. Un sentier plus raide nous fait descendre jusqu’au village et au lac de Mauensee (503 m), où un petit château aux murs blancs trône sur un promontoire au-dessus de l’eau. Nous faisons le tour du lac sur un sentier bien marécageux qui, par moments, semble être en dessous du niveau de la surface du plan d’eau lui-même. A l’extrémité nord du lac, un petit ponton en bois nous permet de nous asseoir au sec pour manger notre déjeuner fait de soupe aux légumes, de salami, de fromage, de clémentines et de chocolat. Il fait tellement doux que nous nous autorisons même une petite sieste, allongés sur le ponton, nous endormissant presque jusqu’à ce qu’une envolée subite et bruyante de canards au-dessus de l’eau vienne rompre le calme.

Depuis le côté ouest du lac, nous longeons un petit canal vers le hameau de Seewagen. Une route bruyante parallèle à notre chemin nous dérange pendant quelques minutes, avant de s’en aller vers la gauche et de nous laisser en paix. Nous nous engageons à présent dans la vaste plaine du Wauwilermoos. Je fais souvent le trajet Lucerne-Bâle en train et cette plaine, que l’on voit bien depuis le train, m’a toujours attiré : j’ai toujours aimé la manière dont elle s’en va vers l’ouest, conduisant le regard vers la région du Napf. Je me suis souvent dit que ce serait bien des descendre du train ici puis de marcher en ligne droite vers l’ouest, vers ces collines lointaines.

Sur le terrain, je ne suis pas déçu : en effet, la vue depuis le Wauwilermoos sous la douce lumière de cet après-midi hivernal est de toute beauté. Le soleil est déjà bas dans le ciel, accentuant la silhouette des granges et des chalets et dessinant des ombres qui s’élancent presque à l’infini depuis le pied des arbres isolés. Au fond, les montagnes de l’Oberland bernois s’élèvent en tons de gris-bleu vers un ciel qui a commencé à se couvrir, signe précurseur de la pluie qui arrivera pendant la nuit Nous suivons une piste caillouteuse vers l’ouest, remontant en pente douce vers une crête coiffée d’une belle rangée d’arbres. Une fois arrivés sur la crête, c’est une petite route d’alpage qui nous conduit au hameau de Hostris (528 m).

Il nous reste encore une bonne heure de marche pour atteindre la gare de Willisau, alors que le soleil commence à baisser vers l’horizon. Cette dernière heure est peut-être moins intéressante : il suffit de suivre le bon sentier qui longe la rive droite du Wigger vers le sud. Le torrent charrie une quantité surprenante d’eau – la neige des derniers jours a bien fondu – et le bruit de l’eau masque celui de la route cantonale toute près. Le soleil finit par disparaître derrière la montagne, la lumière baisse et la température plonge subitement, mais nous sommes déjà arrivés : avec un timing impeccable, nous arrivons à la gare deux minutes avant le départ du train. Au fur et à mesure que nous avançons vers Lucerne, celui-ci se remplit de gens qui partent fêter la Saint-Sylvestre en ville… cette dernière randonnée de 2017 a clôturé l’année de manière fort agréable.

Hike partners: stephen


Gallery


Open in a new window · Open in this window

T1 F
T1
29 Jan 17
Auf dem Mauensee · D!nu
T1
18 Feb 18
Spaziergang am letzten Zipfel.... · Baldy und Conny
T1 F
27 Jun 15
Surenweg · D!nu
T1
5 Apr 15
Zellmoos · D!nu

Post a comment»