Traversée Sud-Nord du Portjengrat (3654m)


Published by Bertrand Pro , 22 July 2010, 17h49.

Region: World » Switzerland » Valais » Oberwallis
Date of the hike:18 July 2010
Mountaineering grading: AD+
Climbing grading: IV (UIAA Grading System)
Waypoints:
Geo-Tags: CH-VS   I 

Après un bon échauffement vendredi dans la jolie traversée des Simelistöcke des Engelhörner, Daniel nous a jugé pas trop manchots, donc place aux choses sérieuses (enfin pour nous...pour les stars de hikr qui sont passés 2 jours plus tard c'était apparemment juste une promenade !).

Ca fait un paquet d'années qu'on l'avait en vue cette grande traversée, mais il fallait y trouver les conditions, une météo stable, et un bon guide devant...on n'a pas été déçus, elle mérite vraiment sa place dans le livre des 100 plus belles du Valais...par contre que c'est long ! Il y a un bon km d'arête de brèche à brèche, et en dehors du passage de marche sur la partie neigeuse et de quelques zones à corde tendue, ça grimpe quand même plus ou moins tout le temps (je précise là encore, pour nous...). Bon c'est vrai qu'on était trois, et qu'avec la neige ayant platré les vires de contournement des gendarmes versant W, nous avons été obligés de gravir l'arête intégralement sur son fil du début à la fin (mais c'est ce que Daniel aurait choisi de faire de toutes façons, pas élégance autant que par souci éthique !). On rencontre alors 1 ou 2 passages de V pas si commodes...

A part ça l'escalade est vraiment magnifique tout du long sur un beau gneiss orange, à cheval entre le Lac Majeur d'un coté et les Mischabels de l'autre. Pourtant selon le livre de cabane, l'arête n'est parcourue qu'une douzaine de fois par saison et encore. Sans doute la longueur et le peu d'équipement  y sont-ils pour quelque chose ? En tous cas dans ce niveau de difficulté cela nous a semblé être l'une des plus belles arêtes rocheuses du Valais pour ce que nous en connaissons.

WE prochain en rando, se balader la tête libre sans surveiller chacun de ses pas 8 heures durant fera le plus grand bien...avant de réattaquer peut-être le Bietschhorn le 1er août...on risque de passer d'un extrême à l'autre en terme de rocher !

Météo : Samedi pour monter au refuge : ciel changeant, éclaircies et qques gouttes, se dégageant apparemment en fin d'après-midi...avant le retour subit d'un méga orage sur les coups de 20h30 avec grosse averse de grêle blanchissant les abords du refuge. Dimanche grand beau froid au début avec vent de NW désagréable, puis tiède et plus calme dès le milieu de matinée.

Conditions : Approche = verglas piégeux au passage des torrents le matin, la fin est en neige, crampons inutiles. Descente depuis la brèche partiellement en neige avec glace sous jacente proche par endroits, piolet-crampons recommandés (mais pas indispensables). Arête : l'orage de la veille avait platré les longueurs initiales ainsi que les vires de contournement des gendarmes versant W, mais l'arete elle même était bien sèche. Très peu d'équipement en place.

Participants : Agnès & moi, Daniel M (guide), curieusement personne d'autre en ce beau dimanche.

Horaires : Refuge 5h45, attaque 7h30, sommet 13h30 / 13h45, refuge 16h15 / 17h, vallée 19h.

Refuge : bondé comme toujours (surement plus de 70 personnes au Weissmies), accueil impersonnel mais on y mange bien et les aides-gardiennes sont souriantes. On ne peut en dire autant de leur patronne, il a fallu négocier durement pour avoir un petit déjeuner à 5h30 (celui de 4h pour le Weissmies est bien trop tôt, celui de 7h pour les randonneurs bien trop tard...) - tout ça pour avoir un thermos de thé tiède et 2 micro-tartines chacun abandonnés sur un coin de table.

Itinéraire détaillé :

J1 : de Saas Allmagell (accès parfait en TP), monter au refuge de l'Almagellerhütte (2890m) en 3-4h. On peut éventuellement dormir à l'Hotel d'Allmagelleralp (2194m), ce qui rallonge l'approche de 45mn environ. Refuge souvent bondé puisqu'il dessert le Weissmies, un des 4000m les plus fréquentés de Suisse...

J2 : du refuge, emprunter le cheminement bien balisé (points jaunes) traversant sous la face W du Portjengrat. Il se perd dans les névés (branche S du Rotblattgletscher, pas de crevasses), mais la brèche à atteindre (dite de la Port) est bien visible (petite tour caractéristique au sud de celle-ci). Ne pas monter jusqu'à la brèche, mais attaquer en dessous à l'aplomb d'une grande flèche jaune peinte sur le rocher (2h tranquilles du refuge). Remonter une série de dalles et gradins fissurés (III+, à l'ombre le matin, parfois verglacé, assez austère) en 3-4 longueurs pour déboucher au soleil sur l'arête. Un 1er ressaut surplombant se franchit à l'aide d'une tige de fer, l'arête est ensuite plus facile et se parcourt corde tendue. On contourne ne tour à gauche avant de descendre dans une brèche.

La suite de l'arête est hérissée d'un bon nombre de gendarmes jusqu'à pouvoir prendre pied sur une selle neigeuse (qui démarre en gros au point de jonction avec la cote rocheuse W issue du Pt 3295m) : il est d'usage de contourner certains gendarmes (les derniers sont les plus coriaces) par des virer versant W, mais il est bien sûr plus joli de les gravir tous même si cela rallonge la course : magnifique gneiss doré, passages de IV+ selon le topo du CAS mais cela ressemble bien à du 5 moderne, très peu d'équipement. On débouche sur la selle neigeuse qui permet de relier la partie supérieure de l'arête en traversant de manière ascendante légèrement en contrebas versant W (on a en gros fait la moitié de l'arête à ce moment là).

La suite de l'arête est d'abord facile puis se redresse et présente à nouveau tout une série de tours en général déversantes sur le versant italien et dalleuses sur le versant suisse. On peut en contourner certaines par la gauche, mais là encore mieux vaut les gravir toutes. Itinéraire pas toujours évident, quelques rares pitons, souvent trop délicat pour progresser corde tendue...mais là encore l'escalade reste magnifique et aérienne sur un rocher quasi parfait. Le dernier gendarme s'attaque par contre plutôt par une vire versant Est. 4 à 5h de l'attaque, 6 à 7h du refuge.

Descente : poursuivre sur l'arête (désormais N), franchir un ressaut dalleux à l'aide d'un rappel de 20m, traverser d'abord par la droite puis par le fil le gendarme suivant qui forme une sorte de trident d'allure rébarbative, l'arête est ensuite plus facile (le rocher reste bon) et on rejoint la brèche entre le Portjengrat et le Portjenhon, bien visible du refuge. De là prendre pied sur les névés / éboulis raides et effectuer une longue traversée légèrement descendante (direction générale NW)dans le versant W, on passe sous le Portjenhorn avant de descendre à vue vers le refuge (ne pas tirer trop tôt à G) : crampons souvent nécessaires, cheminement désagréable dans du terrain délité, mais ce n'est pas très long. Compter 2h / 2h30 du sommet au refuge.


Hike partners: Bertrand

Gallery


Slideshow Open in a new window · Open in this window

AD+ III
23 Aug 00
Portjiengrat · Delta
AD III
AD+ IV
AD+ IV
PD+

Comments (1)


Post a comment

petitNic says: encore?
Sent 22 July 2010, 22h59
Hében! On s'est manqué de justesse! Mon rapport suivra un de ces quatres...
Chouette tour, en tout cas!


Post a comment»