Traversée Klein Simelistock - Gross Simelistock : le vertige des Engelhörner


Publiziert von Bertrand Pro , 21. Juli 2010 um 10:08.

Region: Welt » Schweiz » Bern » Oberhasli
Tour Datum:16 Juli 2010
Wandern Schwierigkeit: T5 - anspruchsvolles Alpinwandern
Hochtouren Schwierigkeit: ZS
Klettern Schwierigkeit: IV (UIAA-Skala)
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-BE 
Aufstieg: 1000 m
Abstieg: 1000 m

Les spectaculaires aiguilles calcaires des Engelhörner, au pied du massif glaciaire du Wetterhorn, sont curieusement délaissées depuis une vingtaine d'années alors qu'elles regorgent de longues escalades sauvages de tous niveaux et de tous styles, des grandes chevauchées d'arêtes en IV aux voies sportives en 7b, sur un rocher allant de convenable à excellent. Les descentes y sont souvent délicates, ce qui donnent aux courses dans ces "Dolomites Bernoises" un petit parfum d'aventure bien typée "montagne". Les 2 seuls itinéraires régulièrement fréquentés semblent être aujourd'hui la célèbre Face NE de la Kingspitze et ses 20 longueurs dans lesquelles nous avions failli passer la nuit il y a 12 ans, et la traversée des Simelistöcke dans un registre bien plus accessible - cette dernière s'imposait donc comme choix logique.

Le cahier des charges pour la journée devait en effet respecter les contraintes suivantes :

- Une traversée d'arête un minimum sauvage mais pas trop violente pour faire connaissance avec Daniel qu'on engageait pour la 1ère fois, avant d'envisager un truc plus sérieux en altitude pour le WE (traversée du Portjengrat).

- A la journée de Berne avec retour pour assister au spectacle de théatre de Cécile (9 ans) qui aurait bien mal compris que la montagne soit plus importante que sa prestation en Alice au Pays des Merveilles...

- Et le plus à l'ombre possible pour ne pas trop rôtir.

Un choix que nous n'avons pas regretté, bien au contraire ! Les classiques ne le sont pas devenues pour rien...l'itinéraire ne dépasse pas le IV+ (mais c'est du vrai et il y en a plus que ce que le topo du CAS laisse croire...bref c'est de l'AD pas cadeau - merci Daniel !), le rocher est souvent très bon, le gaz souvent bien présent, l'équipement récent mais limité au strict indispensable. La descente est complexe et scabreuse, se munir de préférence du croquis de Schweiz Plaisir qui est très bien fait. 1 corde de 50m suffit pour tous les rappels.

Nous avons eu le bonheur de partager l'ascension avec une charmante cordée féminine - Andrea & Anita, gratuliere und än liäber gruess. Ce qui a permis de faire une ou deux photos spectaculaires...

Retour sous la fournaise, il faisait 32° à Berne et surement plus de 40° dans la salle de spectacle où on s'est encore plus liquéfiés en 1h que pendant les 6h de la course...en plus on a pas compris grand choses à Alice im Wunderland en bärntütsch - mais qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour le bonheur de ses enfants !

A noter l'accueil toujours adorable à l'Engelhornhütte ou il vaut vraiment la peine de passer la nuit même à seulement 1h/1h30 au dessus de la vallée.

Conditions : Tout sec, évidemment, mais un gros névé persiste dès 2200m au fond de l'Ochsental. Rocher sain sur l'itinéraire. Equipement des rappels irréprochable.

Météo : Nuages résiduels tot le matin, puis grand beau et bien chaud avec rares cumulus l'après-midi. Idéal donc sur cet itinéraire en large partie à l'ombre jusqu'en milieu de journée.

Participants : Agnès et moi, Daniel M (guide).

Horaire : Berne 4h30 - Rychenbachalp 5h50 - Refuge 6h40 / 7h - Klein Simeli 9h - Gross Simeli 10h30 / 11h - Refuge 13h / 14h - Vallée 14h45 - Berne 16h15.

Itinéraire détaillé : Monter à la cabane des Engelhörner (Engelhornhütte, 1901m) depuis Rosenlaui (1320m, accès en TP) en 1h30, ou depuis Rychenbachalp (piste à péage 15 CHF, parking à 1540m) en 1h.

Emprunter ensuite le sentier montant rive D de l'Ochsental, on passe au pied de l'école d'escalade, puis on emprunte à G une vire diagonale bien visible du bas qui raye la face SW du Klein Simelistock. Poursuivre dans des gazons escarpés jusqu'à une sorte d'épaule au pied de la face WNW (cairn, trou caractéristique dans le rocher) ou se trouve l'attaque (45').

Attaquer dans une sorte couloir-dièdre à G, la voie zigzague ensuite logiquement dans les zones de faiblesse, ensemble de III avec quelques passages de IV en dalle protégés par de rares spits. Juste sous le sommet, on peut contourner un ressaut un peu lisse par la D. On débouche au sommet du Klein Simelistock (1h).

Descendre quelques mètres puis tirer un rappel de 20m et suivre l'arête facile jusqu'à la brèche entre le Klein et le Gross Simelistock. Remonter l'arête aérienne mais d'abord facile en direction du Gross Simelitock. Franchir ensuite une dalle qui vient buter sur un ressaut, on traverse alors à D sur une vire malcommode et très exposée (III+, piton) avant de remonter sur le versant SW. Descendre ensuite sur une large vire gazonnée et traverser à nouveau dans le versant SW au pied de l'édifice sommital (spit visible dans celui-ci, mais il s'agit d'une voie moderne bien plus dure, ce n'est pas là !). Au bout de la vire, monter tout droit dans un mur à gauche d'une cheminée (IV+, spit), plus haut tirer à nouveau à G pour gagner le sommet (1h30 d'un sommet à l'autre).

Descente : suivre un peu l'arête E, puis 2 rappels (15m et 22m) permettent de prendre pied au col de la Simmelisattel. Tirer 2 nouveaux rappels équipés sur le versant SSW du col descendre ensuite vers la G à pied, un nouveau rappel de 15m permet de passer un ressaut malcommode, on redescend ensuite de larges pentes d'herbes et de rochers inclinés en tirant progressivement vers la G. Passer au pied de la face W de la Vorderspitze, puis emprunter une sorte d'épaule bordant à l'Est le couloir le plus à G des 3 couloirs rayant le bas de la face (peu évident du haut). Descendre ensuite dans le couloir, un dernier rappel permet de franchir une dalle près d'un bloc coincé. On rejoint ensuite facilement le fond de l'Ochsental et la cabane (2h depuis le sommet). Compter 6h du refuge au refuge (6h à 8h selon Schweiz Plaisir).

Au total, il s'agit d'une magnifique traversée classique, une des plus belles du massif dans ce niveau, sur un des sommets les plus impressionnants des Engelhörner. Escalade souvent très aérienne, sur un rocher solide dans les parties grimpantes et correct ailleurs. Descente complexe en zones de terrain à chamois entrecoupés de rappels...à éviter absolument par risque de pluie...Cadre majestueux face aux sommets et glaciers tourmentés du groupe du Wetterhorn. Le IV mentionné dans les topos est du vrai IV...et le III du 1er sommet est clairement du IV aussi...


Tourengänger: Bertrand


Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»