La Dent de Barme


Published by genepi , 7 September 2012, 13h34.

Region: World » France » Haute-Savoie
Date of the hike: 6 September 2012
Hiking grading: T5 - Challenging High-level Alpine hike
Waypoints:
Geo-Tags: CH-VS   F 
Time: 8:00
Height gain: 1900 m 6232 ft.
Height loss: 1900 m 6232 ft.
Access to start point:Prendre l'auroroute blanche en direction de Chamonix et sortir à Cluses. Traverser le Col de Châtillon en rejoindre Sixt. De là, prendre la route du Fer-à-Cheval.

Lors d'une de mes innombrables consultation du site hikr.org, je me suis rendu compte qu'il n'existait pas de rapports concernant la Dent de Barme. Je me suis dit qu'il faudrait pallier à ce manque et j'ai commencé à me renseigner sur le sujet. J'ai ainsi passablement potassé le guide des « Chaîne Franco-Suisse » du CAS et constaté que c'était un sommet qui était dans mes cordes, surtout en étant seul.

Aujourd'hui était jour férié à Genève et le temps s'annonçait beau. C'est pourquoi je me suis réveillé plus tôt que d'habitude afin d'être à pied d'oeuvre et ce, à des heures permettant « monter à la fraîche ». Je voulais également éviter la circulation touristique de la vallée du Giffre. En étant tôt, j'évitais donc cet inconvénient.

Lorsque je suis arrivé au Plan des Lacs, j'ai été surpris de constater à quel point ce lieu avait changé depuis les premières fois que j'y étais monté. En effet, le grand parking en forme d'ovale n'existe plus. Il a été remplacé par un autre parking un peu plus bas. Cela a été motivé suite aux diverses inondations qui avaient passablement endommagé les ponts et les berges du Giffre.

Le Plan des Lacs se trouvant au centre de la Réserve Naturelle de Sixt-Passy, on trouve, pas loin du parking, la maison du parc, point de rencontre et de renseignement.

Au départ, le sentier part, presque à plat, en direction du Bout du Monde. Cet endroit, constitué d'un cirque rocheux, est absolument splendide. Personnellement, je le préfère au Fer à Cheval, car il est de dimension « plus humaine ».

Au moment où le vallon s'aplanit un peu plus, commencent les choses sérieuse. Il s'agit de traverser le Giffre afin de rejoinde la Buvette du Prazon. Depuis cet endroit, un sentier s'engage à flanc pour gagner le Pas du Boret. Ce passage est impressionnant. Vu d'en bas, on a de la peine à imaginer qu'un sentier puisse franchir cet endroit. En réalité, le sentier est large et bien marqué. Au départ, le sentier franchit une cuvette rocheuse pour gagner le bord de celle-ci. Il monte alors en lacets à travers des prés pentus et, plus loin, des sous-bois. C'est raide et la vue plongeante pourrait poser passablement de problèmes aux personnes sujettes au vertige. La roche qui le constitue devient également très glissante en cas d'humidité. C'est pourquoi le Pas du Boret est déconseillé par temps humide.

Dès que l'on a gagné la forêt, la pente s'adoucit nettement et on ne tarde pas à rejoindre le Chalet du Boret (buvette). Au chalet, trois possibilités se présentent: a gauche, la Vogealle, a droite, le Bout du Monde et, un peu plus loin sur le sentier du Bout du Monde, le sentier des Aiguilles. Ce dernier sentier est une variante du sentier pour le refuge de la Vogealle.

Le sentier normal pour la Vogealle part vers la gauche pour rejoindre la Pierre du Dard. Depuis endroit (énorme monolithe), le sentier revient vers la droite en longeant une paroi formant le premier bastion de la Pointe de Bellegarde. Plus loin, il rejoint le Refuge de la Vogealle se situant dans une petite cuvette.

Depuis le refuge, il ne suffit de monter encore un peu pour gagner le Lac de la Vogealle, magnifique lac de montagne de la Haute Savoie.

Le guide du CAS décrit deux itinéraires à partir de la Vogealle: « la voie normale », cotée T4 et l'arête ESE, cotée T5. Je me suis dit qu'il serait intéressant de gravir le sommet en traversée. C'est pourquoi j'ai décidé de monter par la « voie normale ». Pour celle-ci il faut, au Lac de la Vogealle, suivre une trace longeant la rive Est du Lac. On peut alors grimper une des ravines montant en direction des Dents Blanches. Pour ma part, j'ai pris la dernière ravine du fond. En choisissant cette ravine, qui est commode, on n'effectue pas l'ascension la plus directe, mais on a l'avantage de passer auprès d'un petit lac sans nom et ne figurant pas sur la carte IGN (même si on le voit distinctement sur les ortho-photographies).

La suite est très évidente: on suit le fond de la combe, en prenant parfois rive gauche, parfois rive droite et parfois le lit même du torrent asséché. Près d'une tête de rocher, la pente s'accentue nettement et il devient difficile de trouver un cheminement agréable. Le guide du CAS mentionne le fait que les derniers mètres sont très raides. Il aurait également pu mentionner que la montée est pénible et sans intérêt. L'avantage principal de cette variante est que l'on parvient sur l'arête sud dans la proximité immédiate du sommet. Je n'avais pris ni bâtons, ni piolet pour cette montée... ils m'auraient cependant été bien utiles.

Pour la descente, j'ai choisi la variante de l'arête ESE du guide du CAS. Même si elle est cotée comme étant plus difficile que la « voie normale », elle est plus agréable à parcourir et plus « saine ». Je peux également m'imaginer que de grimper les pentes au-dessus du Lac de Sageroux est plus commode que de remonter la combe sous les Dents Blanches. Les petits pas d'escalade mentionnés dans le guide peuvent être facilement contournés en se déportant sur le versant de la Vogealle.

Depuis l'antécime 2689m, je suis descendu directement vers le Lac de Sageroux. Même si les courbes de niveau de la carte IGN laissent présager de fortes pentes, cela passe pratiquement partout. Seuls quelques barres de rochers doivent être contournés. Pour cela, il est avantageux de se déporter légèrement vers l'ouest par rapport à la direction du lac. On passe ainsi à travers des pentes nettement moins raides.

Le Lac de Sageroux est un autre joyau de cette région et j'imagine qu'il est nettement moins fréquenté que son voisin, le Lac de la Vogealle. La preuve? Il n'existe qu'une vague trace quittant le sentier du Tour des Dents Blanches montant au Lac de Sageroux. De plus, je n'ai pas trouvé les habituelles traces de civilisation (papiers, mégots, …).

Le reste de la descente s'est déroulé sans problèmes, même si je suis repassé par le Pas du Boret.

Je me suis cependant demandé si, depuis le Refuge de la Vogealle, je n'allais pas emprunter le sentier des Aiguilles pour prendre ensuite vers le Bout du Monde. Mais j'estimais (à juste titre) que j'en avais déjà assez dans les jambes et cela aurait rallongé la randonnée de 45 minutes environ.

Le fichier GPS montre une évolution quelque peu chahutée... cela est dû au fait que le Pas du Boret est très raide... rassurez-vous, je n'ai pas traversé le vallon en volant.

En conclusion: la Dent de Barme est un sommet magnifique et recommandable (du reste le guide du CAS mentionne le fait qu'il est souvent visité). Toutefois, la « voie normale » doit être évitée en cette période de l'année. Je pense qu'elle est envisageable en début de saison avec un équipement approprié, lorsque la neige recouvre encore la combe. Sinon, il faut préférer l'arête ESE.


Hike partners: genepi


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Slideshow Open in a new window · Open in this window


Post a comment»