Soleil et bise sur le Morgartenberg


Publiziert von stephen Pro , 15. Januar 2012 um 22:50.

Region: Welt » Schweiz » Schwyz
Tour Datum:15 Januar 2012
Schneeshuhtouren Schwierigkeit: WT1 - Leichte Schneeschuhwanderung
Wegpunkte:
Geo-Tags: Mythengruppe   CH-SZ 
Zeitbedarf: 4:30
Aufstieg: 550 m
Abstieg: 450 m
Strecke:Sattel - Morgartenberg - Altmatt
Zufahrt zum Ausgangspunkt:cff logo Sattel-Aegeri, sur la ligne Arth-Goldau - Biberbrugg - Wädenswil
Zufahrt zum Ankunftspunkt:cff logo Altmatt, arrêt sur demande sur la même ligne

English version here

Cela faisait deux bons mois que je n'avais pas eu l'occasion d'aller en montagne. Un déménagement, un nouvel emploi, une météo faite essentiellement de brouillard sont autant de facteurs qui m'ont éloigné des sommets depuis novembre. C'est donc avec autant d'impatience que de plaisir que j'ai pu retrouver le plein air ce week-end, en choisissant un petit tour pas trop exigeant pour la remise en route.

Les prévisions météo me donnent quand même quelques soucis  ; le Morgartenberg ne culmine qu'à 1244 mètres et Météosuisse annonce une limite supérieure des stratus vers 1300…   mais en me levant, c'est un ciel bleu que je vois, pas un nuage en vue.

Le train est bien rempli en arrivant depuis Zurich, mais à Arth-Goldau la foule se dirige comme un seul homme vers le chemin de fer du Rigi. Le petit train régional qui nous monte à Sattel depuis la vallée est presque vide. Pourtant, ce paysage mériterait lui aussi d'être vu ; depuis le train nous profitons d'une belle vue sur les Mythen et le Lauerzersee partiellement gelé. Nous essayons d'identifier les sommets plus lointains, mais je suis nouvellement arrivé dans la région et ne connais pas encore cet horizon peu familier.

Il fait froid à Sattel, petit village dont les villas modernes s'étalent le long d'un versant sud très bien situé au-dessus de la vallée. Il y a de la neige ici à 800 mètres, mais la couverture n'est pas totale et nous devons faire un peu de route avant de pouvoir chausser les raquettes. Petit à petit la couverture neigeuse se fait complète et, vers 1050 mètres, nous pouvons enfin enlever les raquettes du sac et les attacher aux chaussures. A Unter Morgarten il faut passer quelques clôtures, puis c'est par une montée raide à travers champs que nous atteignons la crête qui nous mène, en deux heures depuis la gare, au sommet du Morgartenberg.

Au sommet, la vue s'ouvre vers le nord-ouest, vers l'Aegerital et son joli lac bleu foncé entouré de forêts sombres et de collines. Mais il y a aussi de la bise au sommet, et nous n'y traînons pas… il est l'heure de manger, mais il faudra trouver un endroit plus abrité. Nous continuons le long de la crête sommitale, puis descendons assez raide en forêt jusqu'à une clairière, où nous trouvons une place au soleil et à l'abri du vent pour manger. Soupe au céleri et aux carottes, quiche aux oignons, jambon, fromage de l'Aegerital et panettone…   que demander de plus ?

Malgré le soleil, le froid se fait sentir dans la cuvette où nous nous sommes arrêtés et, après trois quarts d'heure, nous repartons pour ne pas avoir trop froid. Un sentier bien tracé descend en forêt ; le froid et le passage des randonneurs ont durci la neige, la rendant désagréable dans les parties les plus raides. A Chli Morgarten nous quittons le couvert des arbres, mais nous retrouvons aussitôt la bise qui nous accompagnera jusqu'au bout.

Un peu lus loin, dans le Teufiwald, nous sommes surpris d'entendre le son de clochettes, puis d'apercevoir un traîneau entre les arbres. Ce n'est visiblement pas le Père Noël car le traîneau est tiré par des chevaux et non pas par des rennes. Cela n'a pas l'air d'être pour les touristes non plus, mais tout simplement quelqu'un qui utilise ce moyen de transport folklorique pour amener du bois de la lisière de la forêt jusqu'à chez lui.

Quittant la forêt pour la dernière fois, nous traversons au-dessus de la ferme de Tänndli sur des pentes douces de neige durcie par la bise, puis descendons dans le fond de la vallée, que nous devons alors traverser pour rejoindre la gare d'Altmatt. Cette vallée large, au fond plat, n'est pas sans rappeler celle de la Brévine dans le canton de Neuchâtel. Et comme à la Brévine, ce sont les skieurs de fond qui profitent de la configuration particulière du paysage.

Nous arrivons enfin à la minuscule gare d'Altmatt, où il y a une jolie horloge CFF d'un autre âge. C'est un arrêt sur demande, il faut appuyer sur un bouton pour arrêter le train. Comme par magie, dès que j'appuie, un "Voralpen-Express" arrive et s'arrête… mais les portes restent fermées, il a juste fait une pause pour laisser passer un train en sens inverse, nous devrons attendre le train régional qui suit dix minutes derrière.

Dans la descente vers Arth-Goldau, les derniers rayons du soleil couchant jouent avec le sommet pointu du Grosser Mythen… c'est une jolie image pour terminer une belle journée dans une région qui se prête parfaitement à la randonnée à raquettes.
 

Tourengänger: stephen


Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»