Le sentier des Bûcherons au Salève


Publiziert von genepi , 13. November 2010 um 22:13.

Region: Welt » Schweiz » Genf
Tour Datum:13 November 2010
Wandern Schwierigkeit: T3+ - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: F 
Zeitbedarf: 4:00
Aufstieg: 700 m
Abstieg: 700 m

Ca c'est une très vieille connaissance. Je me souviens très bien de la première fois que j'avais parcouru ce sentier. Je devait être adolescent et j'étais monté seul les Buis afin de traverser les Bûcherons. Il faisait une chaleur épouvantable et j'entendais un orage gronder derrière le Salève. Je me souviens que cela devait être avant les travaux de réfection de 1984, car j'y étais retourné après les travaux et la ravine sous le téléphérique rappelait le terrain de la bataille de la Somme.

L'ayant parcouru plusieurs fois, il fallait que je retourne sur ce sentier.

Ayant laissé mon auto sur le parking du départ du sentier de l'Orjobet, il a fallu que je traverse au pied de la montagne, le long du sentier que l'on appelle poétiquement "le Sentier des Amoureux". C'est vrai qu'il invite à la badinerie même si à certain endroits, on se crotte passablement les chaussures.
Plus loin, le sentier descend entre golf et carrière pour traverser un pont sur l'autoroute. Là, cela devient vraiment bruyant!

Plus loin, j'ai pris le sentier montant du Pas de l'Echelle en direction de Monnetier. Il est intéressant de noter que le nom de Pas de l'Echelle fait référence à un passage le long de ce sentier. Je me souviens du temps où, enfant, je pouvais encore suivre l'ancien tracé du chemin de fer du Salève, traverser le tunnel et déboucher dans le vallon de Monnetier. Tout cela n'est plus possible et ce, depuis une trentaine d'année. Il faut monter tout droit, à l'aplomb du vallon de Monnetier pour gagner les escaliers.

Pour monter au Grand Salève, j'ai pris une petite variante un peu aérienne qui débute au-dessus de l'entrée du tunnel (il faut enjamber la balustrade) et grimpe à travers les bois avant de rejoindre le petit sentier menant aux voies d'escalades du Canapé. Là, il faut revenir un peu en direction de Monnetier pour prendre un raide sentier permettant de rejoindre un des sentiers officiels montant au chalet de la Croix. On passe devant deux blocs erratiques gravés, un au nom du C.A.F. et l'autre au nom du C.A.S. Pourquoi les clubs alpins se sont-ils intéressés à ces cailloux? Il faut savoir qu'après les guerres napoléoniennes, l'Europe a connu un essor considérable. Il fallait absolument des habitations. C'est la période où l'on a démoli la plupart des remparts des villes. Il fallait donc des matériaux de construction pour les nouvelles habitations. Or le granit et le gneiss sont des matériaux très recherchés car pratiquement inusables. On les utilisait souvent pour en faire des seuils, escaliers et linteaux. Or on ne trouve pas de granit dans le Genevois. Le seul moyen était d'exploiter les blocs erratiques que les glaciers avaient déposés il y a quelques dizaine de milliers d'années. On les a exploités à tel point qu'ils ont failli disparaître. C'est pour les protéger que les clubs alpins, à la fin du 19ème siècle ont achetés ces blocs. Les deux devant lesquels on passe s'appellent les Pierres à Trottet.

Un peu plus haut, on arrive à l'oratoire de Notre-Dame du Salève. Légèrement en-dessous de cet oratoire commence le sentier des Bûcherons. Des avertissements, à mon goût excessifs ("DANGER" peint en lettres énormes) invitent à faire demi-tour. S'il est vrai que le sentier des Bûcherons est vertigineux (au passage de la Vire du Canapé on a environ 200m de vide), il présente l'avantage que les endroits dangereux sont clairement identifiables. Il présente également l'avantage que l'itinéraire est évident: on suit toujours la même vire, légèrement ascendante. Donc, si on se prend à escalader des rochers, on ne se trouve plus sur le bon chemin.

Au départ, le sentier est étroit et le terrain est raide. On a aussi la désagréable surprise de trouver des restes peu ragoûtants jeté en bas depuis le Chalet de la Croix. Un peu plus loin, la vire devient un peu plus large et le sentier continue dans les sous-bois. Au passage sous le téléphérique, un vieux câble, inutile, prétend aider à la progression.

Plus loin, le sentier descend très légèrement pour passer sous des voûtes. Là, ça ne rigole plus du tout. On se trouve bien haut par rapport au sol. On arrive alors à la Vire du Canapé (encore une!): petite banquette de rochers dominant de 200m les carrières.

Très rapidement après le canapé, la vire s'élargit à nouveau et le sentier continue à suivre celle-ci en montant légèrement. Plus loin, on abouti à la bifurcation avec le Sentier des Buis et encore plus loin, la Petite Gorge.

Après être monté l'Echelle de Jacob, on aboutit sur le plateau sommital, non loin de la tour de télévision.

Tourengänger: genepi

Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»