COVID-19: Current situation

Salar de Uyuni


Published by alidade , 14 March 2012, 13h42.

Region: World » Bolivien
Date of the hike:16 September 2010
Mountain-bike grading: F - Easy
Waypoints:
Geo-Tags: BOL 
Route:70 km

Après une vingtaine de minutes de piste chaotique, le chauffeur nous dépose à Colchani, devant l’entrée du salar. Il pointe vaguement une direction du doigt vers l’ouest, notre objectif l’Isla Incahuasi se trouve à 70 kilomètres mais nous ne la voyons pas encore. Seul l’hôtel de sel situé à quelques kilomètres est visible depuis la rive du salar.
Le chauffeur ne tarde pas, il repart vers ses activités à Uyuni ; nous voilà maintenant seuls avec nos vélos et nos sacs que nous ficelons sur les porte-bagages. L’air est calme, le silence absolu, la réverbération intense. Nous sommes de toute façon bien équipés ; les lunettes et chapeaux sont indispensables sur ce miroir chauffé à blanc. C’est un univers d’une beauté saisissante et qui ne semble pas fait pour l’homme. C’est pourtant le lot quotidien des riverains qui exploitent le sel.

Situé à 3660 mètres d’altitude, le salar de Uyuni est le vestige d’une ancienne mer asséchée qui couvrait une grande partie de l’Altiplano. Ses dimensions énormes de 150 kilomètres sur 100 en font la plus grande croûte de sel au monde. Sa surface parfaitement plane est constituée de millions de polygones formés par le vent lorsque s’évaporent les eaux après la saison des pluies. A l’ouest l’étendue de sel se perd dans le néant. Le seul point reconnaissable est le volcan Tunupa, au nord, qui domine le salar tel un gardien. La progression dans cet univers blanc a quelque chose d’irréel. Seuls les craquements de sel sous les pneus atténuent le silence de cathédrale qui règne.

Après une heure de trajet, nous arrivons à l’hôtel de sel où nous profitons pour faire une pause et prendre un café. Des murs aux tables en passant par les lits, tout est fait en bloc de sel, en harmonie complète avec le paysage environnant, à l’image d’un igloo dans l’arctique. Seul le gérant est présent, personne d’autres dans les alentours.
Nous continuons toujours vers l’ouest ; plus loin, se dessinent des pistes noircies par le trafic qui partent dans toutes les directions. Nous ne savons pas exactement laquelle suivre et nous optons, à l’appui du gps, pour une piste moins marquée que les autres. A partir de ce moment nous mesurons pleinement la dimension du désert de sel qui s’étend autour de nous, les seuls repères que nous avons sont les volcans qui dessinent au loin les contours du salar. Autant dire qu’ils nous paraissent bien loin ! On se sent alors vraiment privilégiés de se retrouver ainsi seuls au milieu de nulle part. Parcourir le salar est et restera une expérience inoubliable, difficile à décrire.

Il est impossible de juger notre progression étant donné l’absence de repère, c’est pourquoi le gps s’avère bien utile, on a ainsi une idée de la distance parcourue et de ce qu’il reste à faire.
Après 40 kilomètres, un point noir émerge au loin et semble danser au dessus du salar, c’est sans doute notre fameuse île ? Les kilomètres passent, et notre point grossit, s’allonge, toujours posé au dessus du salar dans l’air vibrant. Il devient alors évident que notre objectif du jour pointe à l’horizon. Bientôt nous distinguons les fameux cactus géants.
Nous effectuons des pauses à intervalle régulier afin de nous hydrater et prendre quelques forces, nous progressons ainsi régulièrement. Une journée entière au milieu du désert blanc peut paraître monotone mais on ne se lasse pas d’admirer la chaîne de volcans au loin, un des plus beaux paysages de carte postale.

http://www.alidade.eu/bolivie



Hike partners: alidade


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Slideshow Open in a new window · Open in this window

T1
20 Dec 12
Salar d'Uyuni und Laguna Colorada · Alpin_Rise
T1
11 Jun 15
Salar de Uyuni · mannvetter
T1

Post a comment»