COVID-19: Current situation

Traversée du Massif du Tian Bao Shan / 天宝山 / montagne du trésor céleste


Published by Bertrand , 3 May 2018, 09h51.

Region: World » China » Yunnan
Date of the hike:17 April 2018
Hiking grading: T2 - Mountain hike
Waypoints:
Geo-Tags: RC 
Time: 5 days
Height gain: 2200 m 7216 ft.
Height loss: 2200 m 7216 ft.
Route:60km

Traversée en mode trek muletier insolite d'un massif perdu dans les contreforts himalayens du Yunnan.  On peut découper les étapes à sa guise, aller beaucoup plus vite en shuntant les boucles, voire tout faire à la journée en mode trail...les liaisons inter-camps sont très courtes, il est usuel d'arriver au camp suivant avant la mi-journée pour effectuer de longues boucles l'après-midi. L'essentiel réside bien sûr dans l'immersion dans la vie locale des bergers tibétains ou yi qui estivent avec leurs troupeaux de yaks entre avril et octobre.

Une belle aventure familiale murie de longue date avec mon ex collègue de travail Daniel A qui après avoir changé de vie s'est installé à Dali, magnifique ville bohème du Yunnan à l'extrème sud de la Chine. Il partage désormais son temps entre sa famille, une maison d'hote et un travail de guide (culture ou rando selon la clientèle). Sa pratique du mandarin n'a cessé de me faire pâlir d'envie, même après 4 ans d'étude acharnée j'étais souvent incapable de comprendre plus que la moitié de ce qu'il racontait (et encore !). Bon avec les autochtones ça ne dépassait pas 10%...bref une belle leçon d'humilité même quand on se croit doué en langues.

La traversée du massif du Tian Bao Shan n'a de sens qu'associée à d'autres randos et découvertes dans la région : le massif est de petite taille, très impressionnant dans sa partie centrale (qui culimine à 4700m), mais évidemment moins que les hauts sommets du Népal. L'idée est plus de s'immerger dans la vie locale des bergers tibétains (ou d'ethnie yi) qui estivent avec leurs troupeaux de yaks entre le printemps et l'automne. Bref si on cherche l'exploit sportif autant aller ailleurs...par contre les amateurs de solitude seront comblés : la probabilité de croiser un autre randonneur autochtone est faible, quant aux randonneurs étrangers n'en parlons même pas. Autre intérêt du massif : on y traverse parmi les plus hautes forêts du monde avec de grands pins montant à près de 4200m, des étendues de rhododendrons géants, des arbres barbus du plus pur style ruwenzorien....

Sur le plan "sportif" (sic), nous avons fait précéder le trek par une belle après-midi de vélo autour du Lac Napa, juste à coté de Shangrila : 25km petits kms mais qui en ont paru le double entre le vent de face, les vélos de location chinois et l'inévitable halte au bistrôt (thé salé au beurre de yak rance - finir est une question d'honneur et remonter à vélo une question de motivation...). Le lendemain de la fin du trek, nous sommes allés faire l'extraordinaire rando des Gorges du Tigre sur le chemin de retour vers Lijiang et Dali : le Yangzi (3ème fleuve du monde) y a tracé à 1700m un incroyable canyon entre 2 massifs à 5500m...sortie à venir.

Quant au tourisme classique qui a complété le séjour (Shanghai, Xian, Pékin) pas grand chose à en dire sinon pour confirmer les clichés : Shanghai est futuriste à souhait, Pékin pollué et fliqué au delà de l'imaginable, Xi'an et son fameux musée de soldats en terre cuite reçoit 30.000 visiteurs par jour en moyenne (et bien plus en haute saison), etc...en contre-partie les choses fonctionnent, les avions sont modernes et à l'heure, les trains également. Du coup les Chinois s'accommodent d'une surveillance hallucinante à nos yeux d'Européens : caméras omniprésentes sur toutes les routes même dans les coins les plus reculés, contrôle des papiers à tout instant, passage des bagages au scan dans chaque lieu public métro compris, on est photographiés dès qu'on emprunte un train ou un vol intérieur, etc...

Les points positifs (ben oui...) : 90% des 2-roues sont electriques (et une part importante des voitures aussi), on est donc loin de l'ambiance puante et assourdissantes des villes d'Asie, il y a des pistes cyclables partout...les travaux d'infrastructure avancent à une vitesse incroyable : à l'entrée des Gorges du Tigre on construit à la fois une voie de train rapide et une autouroute, ça fait en gros un tunnel du Gd St Bernard + un viaduc de Millau l'un après l'autre, chacun doublé (autoroute + rail)...et c'est comme ça sur des dizaines de kms...et il parait que ce sera en service dans moins d'un an (!!!)...c'est de l'ingénierie de haut vol et c'est 100% chinois.

Dans le détail des étapes :

J1 du hameau de Liulong Yangchang / 九龙 羊场 (alpage des 9 dragons, 3500m) jusqu'à l'alpage de Juepo Niuchang (觉泼 牛场, 3950m). Marche facile sur pistes muletières, la 1ère nuit à près de 4000m cogne un peu, heureusement qu'on avait passé la nuit d'avant à Shangrila. 1ère tempête durant la nuit, on n'a pas beaucoup fermé l'oeil, on a même cru pendant le diner que la grosse tente mess allait se faire arracher...réveil sous un sol blanchi. Sinon le guide en chef Yangxiao (羊小) a été aux petits oignons pour nous 5 jours durant, rien de mieux que des diners plantureux et délicieux pour se remonter le moral.

J2 de Juepo Niuchang jusqu'à l'alpage de Cuoka Niuchang (错卡 牛场, 4050m). L'étape reine consiste a faire une boucle l'après-midi jusqu'au Lac d'Abuji, le joyau du massif. L'enneigement trop important a obligé notre muletier et guide Xiao Sha (小沙) a un vaste détour par des pentes un peu scabreuses. Marchant avec 4 couches de vêtements, le visage tuméfié par les rafales de grésil, on a bien falli faire 1/2 tour mais on l'aurait regretté, le site est quand même impressionnant. Il parait qu'en mai-juin il est d'usage de montr un camp idyllique au bord du lac...Nouvelle nuit d'épouvante avec la tente couchée sous les rafales et un sol plus que blanchi le lendemain

J3 de Cuoka Niuchang jusqu'à l'alpage de Cinong Niuchang (次农 错卡3850m). La neige et le vent sont toujours là mais les magnifiques forêts du Yunnan permettent de randonner jusqu'à bien plus de 4000m sous les arbres, donc un peu à l'abri. Arnaud galope devant avec Xiao Sha, ils n'ont cessé de papoter 5 jours durant (alors que Xiao Sha doit parler 20 mots d'anglais et notre lapinou, en bon petit cancre, pas beaucoup plus). Les mystères de l'alchinue humaine. Bon se montrer leurs photos sur leurs portables respectifs a dû aider un peu à la compréhension...le reste du groupe continue à bien souffler dans les montées à 4000m.

J4 de Cinong Niuchang jusqu'à l'alpage de Niangrimu Niuchang (娘日木 错卡, 3730m). Dernière averse de neige dans la nuit mais au matin il fait rapidement grand beau ! Le camp du soir est le plus idyllique du circuit, c'est sympa de pouvoir en profiter pour manger dehors (bon pas d'illusion, c'est froid au bout de 5 minutes...). L'après-midi, Xiao Sha nous avait encore mystifié par sa connaissance des rares sentiers pour nous faire parcourir une boucle de toute beauté avec une vue imprenanble sur les hauts sommets du massif, enfin réapparus. Comme prévu avec le ciel clair, la nuit est absolument glaciale (-8° dans la tente). En soi pas un problème...si ce n'est qu'on n'avait pris que 2 sacs de couchage chauds sur 4, en se disant qu'au printemps sous les tropiques il ne pouvait jamais faire si froid que ça, même la nuit à 4000m. Tout faux sur ce coup-là...Arnaud, en pleine poussée hormonale, est une chaudière ambulante, donc pas de souci pour lui avec un duvet de 500gr donné pour +11° en température de confort. Je me suis sacrifié pour prendre le second et laisser les gros aux dames...même avec 5 couches de vêtements et un Temesta, j'ai passé une partie de la nuit à frissoner en implorant l'arrivée du jour !

J5 de Niangrimu Niuchang à Xiagei (3400m). Le bonheur est de retour : petit-dèjeuner tardif au soleil, 2-3h de marche bucolique , et juste avant l'arrivée la bonne surprise d'une source chaude aménagée de façon rudimentaire. Fallait pas être trop regardant sur l'hygiène, mais dans l'état ou on était...adieu aux muletiers, bref remerciements en mandarin puis retour rapide à Shangrila pour un déjeuner baffratoire - enfin au chaud ! Avant de mettre le cap sur la charmante auberge de la famille Naxi à l'entrée des Gorges du Tigre que nous arpenterons le lendemain en T-shirt (c'est 1500m plus bas...).

d'ensemble : départ sous un ciel changeant, dès le soir un puissant courant de NW glacial s'installe pour 2-3 jours : vent souvent fort, averses de grésil à l'horizontale blanchissant régulièrement le sol sans jamais dépasser les 5cm. Le soleil est revenu les 2 derniers jours, mais en contrepartie le ciel dégagé a fait descendre la température à -10° la nuit...temps plutôt inhabituel selon les locaux, il a bien sûr suffi que j'arrive (alors que dans les Alpes évidemment, après n WE pourris, il s'est mis à faire beau et chaud...jusqu'au 1er WE suivant notre retour...). La meilleure période semble se situer juste avant la mousson (mai --> mi juin).

: pas de neige (hors les qques cm de grésil) < 4100m, au delà de 4200m par contre pas mal de grands névés assez laborieux à tracer (guêtres indispensables pour nous...mais pas pour nos muletiers bien sûr...). Cela dit on ne dépasse vraiment cette altitude que pour aller au Lac Abuji, la perle du massif. Fréquentation : nous n'avons évidemment croisé personne 5 jours durant hormis les premiers bergers tibétains montés à l'alpage

Accès : la traversée se déroule non loin de la ville de Shangrila : 1h30 à l'aller et 30mn au retour sur d'excellentes routes de montagne désertes qu'on rêverait de parcourir à vélo...

Dormir : les alpages présentent toujours d'immenses espaces pour camper avec de l'eau au voisinage. Il y a aussi quelques cabanes rustiques permettant de cuisiner et de faire du feu à l'intérieur (la fumée s'échappe par un trou dans le toit...ou pas...)

Participants : Agnès et moi, Arnaud, Cécile, Daniel A + l'équipe locale : le guide Yangxiao (羊小), le muletier-chef (et guide aussi) Xiaosha (小沙), les 2 autres muletiers

Itinéraire déatillé :  cf avant tout trace GPS...

Se rendre à Shangri La / 山各里垃, à environ 3h de route de Lijiang (gare terminus du train de Kunming), 3280m, très belle petite ville de style tibétain avec une extraordinaire lamasserie au voisinage (Songzanling, genre de Potala miniature, la 2ème du monde après clui-ci parait-il...).

De là, 1h 30 de route de montagne (gourdronnée) mène au hameau de Jiulong Yangchang / 九龙 羊场 (alpage des 9 dragons, 3500m), point de départ de la traversée

J1 : 8km (+600m) de pistes muletières jusqu'à l'alpage de Juepo Niuchang (觉泼 牛场, 3950m)

J2 : 2.5km (+100m) jusqu'à l'alpage de Cuoka Niuchang (错卡 牛场, 4050m), d'ou part la grande boucle menant au merveilleux Lac d'Abuji (4200m) via un col à 4400m (9km / +600m, plusieurs itinéraires possibles). Retour au camp.

J3 : 4.5km jusqu'à l'alpage de Cinong Niuchang (次农 错卡3850m), puis boucle de 10km/+400m passant par l'alpage de Suogong Niuchang (所工 错卡, 4060m).

J4 : 6km jusqu'à l'alpage de Niangrimu Niuchang (娘日木 错卡, 3730m) puis boucle de 8.5km/+400m via la cabane de Yalei avec un petit col à 4060m. Le site du camp est extraordinaire...

J5 : 7.5km jusqu'à retrouver la route à Xiagei (3420m)...avec une source chaude juste avant l'arrivée pour se décrasser ! De là 30mn de route pour rentrer à Shangrila


Hike partners: Bertrand


Minimap
0Km
Click to draw, click on the last point to end drawing

Gallery


Open in a new window · Open in this window


Post a comment»