COVID-19: Current situation

Escalades au dessus du glacier d'Argentière


Published by Bertrand , 3 August 2017, 17h14.

Region: World » France » Massif du Mont Blanc
Date of the hike:30 July 2017
Mountaineering grading: D+
Climbing grading: 5c (French Grading System)
Waypoints:
Geo-Tags: F 
Time: 2 days
Height gain: 1200 m 3936 ft.

La haute-montagne est une fois de plus sinistrée en dehors des classiques faciles, mais l'impressionnant bassin glaciaire d'Argentière offre également de superbes escalades sur le granit exceptionnel du massif du Mont Blanc, juste en face des immenses parois nord de l'Aiguille Verte, des Droites, des Courtes et cie. La montée au refuge est déjà une petite course en soi, la descente aussi...par contre les belles voies juste au dessus de l'accueillant refuge d'Argentière se rejoignent ensuite en moins de 30minutes. La grimpe est belle, exigeante en tête (5a minimum, protection sur coinceurs), détendue en second sauf dans les fréquents passages horizontaux...

Samedi 29/07 : Aiguille du Refuge (3057m), voie du Gâteau de Riz (8 longueurs, D, 5b max).

1ère de nos 4 journées avec Matthias D, jeune guide des Contamines que nous allons avoir l'occasion d'apprécier énormément durant ce court séjour entre Argentière et les Aravis. Les mauvaises conditions en haute altitude ne nous chagrinent pas plus que ça puisqu'à 3 on préfère de toutes façon faire du rocher. Comme beaucoup, je n'étais jamais allé au refuge d'Argentière en été. J'avais juste le souvenir d'un accès à ski débonnaire et à niveau il y a 25 ans, le genre de ballade d'initiation ou on emmène ses parents ou ses enfants (c'est la 1ère étape, facile, de la Haute Route à skis). Inutile de dire que ça n'est pas vraiment pareil ces temps-ci, on mettra près de 2h30 à marcher en large partie sur la glace et les cailloux.

On est quand même bien récompensés par la beauté de l'escalade, trademark Chamonix tant pour la qualité du rocher, le cadre incomparable sur les faces N du bassin d'Argentière (dégueulant chacune leur trop plein de séracs ou de parpaings à intervalles - très - rapprochés) que l'équipement minimaliste. Les cotations surprennent toujours un peu, mais c'est surement qu'on s'y prend mal. Heureusement qu'on finira le séjour sur le calcaire des Aravis histoire de se convaincre que, si, le 4c/5a en second reste quand même encore largement dans nos cordes…

: grand beau le matin, de plus en plus couvert après 15h, averse vers 16h rendant la descente par la traversée et le couloir pluôt laborieuse…Doux-chaud, vent faible.

du jour : accès au refuge depuis les Grands Montets (3250m, gare sommitale du téléphérique d'Argentière) : la rimaye est assez ouverte mais passe bien, la glace apparait à quelques endroits mais encore rien de trop scabreux. Passés à D du rognon : une grosse crevasse ouverte à sauter (1m50, choix de Mattias et moi) ou à traverser sur une lame de neige/glace (choix d'Agnès avec quelques hurlements à la clé…). La suite est facile pour peu de bien penser à rester rive G le plus longtemps possible : on a évidemment été nombreux à tenter de couper en direction du refuge ce qui oblige à zigzaguer entre de grandes crevasses transversales. le glacier est complètement déneigé jusqu'à au moins 2800m.

Voie sèche yc la descente…sauf quand il pleut…là c'est vite zippant (les 2 autres cordées devant nous ont préféré opter pour les rappels). On est passés par la fissure Lucky Luke dont on a pas tardé à comprendre le nom (faut chevaucher)…rien de bien difficile mais le 4c pourra surprendre quelques seconds de cordée émotifs comme nous (passages en équilibre sur une lame bien diagonale qu'il est difficile d'équiper rapproché…). Quelques petits cris d'Agnès histoire de réveiller les marmottes.

Aux alentours, toutes les courses d'altitude sont en glace/cailloux, 100% des visiteurs grimpent entre l'Aiguille du Refuge et le Minaret.

Accès / horaire : 1ère benne pour Lognan / Grands Montets à 7h30 à Argentière, pas la peine de stresser, elle n'était qu'à moitié pleine même en ce beau samedi. Départ Grands Montets 8h20 - Refuge 10h50. Départ refuge 12h - attaque de la voie 12h20 - sommet 15h50 - retour 17h.

Itinéraire détaillé :

Approche (20mn) :  l'attaque se situe juste à gauche d'un promontoire rougeâtre accolé à la partie gauche de la face S (piton visible à 5m).

Voie :
L1 4c 30 m fissure, puis cheminée. Relais sur une bonne terrasse.  
L2 4b/4a 35 m revenir à peine à gauche sur le fil (ne pas monter dans le dièdre droit au dessus du relais), le long d'une grande écaille décolée. Relais sur une petite plate forme.  
L3 3c 40 m Suivre l'arête au plus facile droit au-dessus jusqu'à un relais sous un surplomb (un gougeon et une lunule)  
L4 4c /5c 40 m Prendre à droite du surplomb donnant accès à la Fissure "Lucky Luke": chevaucher puis passer en dalle. Ensuite, au choix : dalle fissurée à droite 4c puis repartir vers le haut (un peu aéré sur la fin) ou droit au-dessus 5c (1 piton). Relais sur une large vire confortable.  
L5 4a/3c 35 m Cheminée et fil aérien. Relais avant une brêche.  
L6 3c 20 m franchir la brèche et rejoindre le pied de la tour sommitale. L6 et L7 peuvent s'enchainer moyennant quelques mètres en corde tendue. Relais sur bloc sur une petite terrasse (le relais sur spit 5m plus haut est très inconfortable).  
L7 4c/5b 40 m en traversée sur la droite 4c puis tout droit, ou fissure droit au dessus le relais 5b (1 piton).  

Descente (1h) : versant NW, un rappel de 20m dépose au sommet d'un raide couloir qui plonge versant W. Ne pas s'engager en rappel dans ce couloir (anneaux visibles), mais partir NW sous des surplombs en traversée légèrement ascendante (1 piton au départ sous le premier surplomb), jusqu'à couper une arête rocheuse évidente, en contrebas des pointes sommitales (50m, 4a sur les 1ers mètres puis 3a). On atteint le large couloir caillouteux (W) que l'on descendra (prendre à droite sur la fin). De son pied, rejoindre le refuge vers le SE. 40min.


Dimanche 30/07 : Aiguille du Génépi (3059m), arête sud (8 longueurs, D+, 5c max)

2ème journée de découverte de la grimpe argentiéroise avec Matthias au lendemain du Gâteau de riz  La voie nous a semblé un bon cran plus difficile, le 5c de L1 réveille bien, L2 est plus roulante avec quand même une traversée un peu désagréable en second - mais rien de comparable au rasoir final qu'on a pas trop aimé, impressionnant et là encore difficile à protéger pour les seconds : la sangle à demeure qui protégeait la redescente est HS (et personne n'a encore accepté d'en sacrifier une des siennes…).

Par contre la longeur de 5c du haut, sur des cannelures évoquant un peu la Dibona, est vraiment d'anthologie : rien que pour ces 40m de granite fauve au soleil, dans le cadre glaciaire incomparable d'Argentière, on comprend que le monde entier vienne grimper dans le massif du Mont Blanc. D'ailleurs j'ai pu une nouvelle fois pratiquer mes langues, en particulier avec la - charmante - cordée féminine hispano-autrichienne qui nous suivait.

Le retour est  bien plus commode que la veille, ensuite on s'est un peu laissés aller à goûter les quiches & desserts de Bea malgré un ciel qui commençait sournoisement à changer de couleur. "Faut y aller, ça serait pas drôle de prendre la grêle dans les échelles" nous a expliqué prémonitoirement Matthias pour nous faire décoller sur les coups de 12h30…Evidemment ça n'a pas raté, nous avons pris pile-poil le 1er orage à cet endroit là. A l'arrivée du 2ème, bien plus violent (la téléphérique a été arrêté pendant 2 heures !), on était heureusement déjà sur le sentier final vers Lognan au milieu d'un paquet de randonneurs en short terrorisés. A entendre quelques commentaires, certains iront plutôt passer leurs prochaine vacances à St Tropez qu'à Chamonix…

: grand beau très doux le matin, se couvrant vers midi, 1er orage dès 13h30, grand bleu à 14h, 2ème orage plus violent (bourrasque, grêle…) vers 14h30, le tout bien sûr au beau milieu des échelles permettant de redescendre sur le glacier avant de remonter à la gare de Lognan.
 
du jour : RAS dans la voie. Le dernier rasoir est malcommode à protéger pour les seconds, je l'ai trouvé impressionnant et désagréable. C'est que je dois me faire vieux. Matthias m'a consolé en me disant qu'il hésiterait avant d'y emmener à nouveau des clients (aussi peureux que nous s'est-il gentiment abstenu de rajouter…)

Comme la veille, les faces N du bassin d'Argentière dégueulent chacune leur trop plein de séracs ou de parpaings à intervalles - très - rapprochés, mais cette fois-ci elle ont fait des émules en rive D : un gros éboulement s'est produit vers 10h depuis l'arête de liaison Génépi - Minaret non loin de ce dernier. La cordée qui descendait en rappel de la Rébuffat a trouvé ses affaires au pied couvertes de poussière / graviers…un groupe de jeunes aspis du Val Montjoie était redescendu prématurément de la difficile voie de Versant Satanique (6c+), ils ont failli se faire mettre en charpie par des blocs ayant atterri sur le sentier de la moraine à près de 100m du bord des rochers. Bref ya pas que les Drus et le Cengalo qui se cassent la gueule.

Accès / horaire : départ refuge 6h30, attaque 7h, sortie 10h30, retour refuge 11h30. Puis 3h pour retourner à Lognan (1920m, station intermédiaire du téléphérique) l'après-midi. Tout est sec. De nouvelles échelles + barreaux ont été installées jusqu'au bord du glacier, elles permettent un cheminement sûr même lorsqu'on avance sous la grêle et sur un rocher trempé comme ce fut évidemment notre cas. Compter 3h en marchant tranquillement.

Itinéraire détaillé :

Approche (20mn) :  du refuge, partir NE le long des tuyaux de prise d'eau. Ne pas se diriger vers la moraine, mais remonter dans des blocs en tirant à gauche à la fin, pour atteindre le pied de la facette (à l'E de l'aiguille du Refuge). Attaquer par une fissure à gauche de la face à l'aplomb d'un petit toit.


Voie :
L1 5c 25m fissure, 1 pas de bloc (5c / A0) après l'angle au niveau d'un piton difficile à jaunir…relais sur une terrasse
L2 5b 25m traverser 5 à 6 m sur la gauche puis remonter une fissure, 5a, relais sur une terrasse sous un toit
L3 4c 40m se décaler 2 m à droite puis tout droit au-dessus (passer à droite du surplomb) relais sur une vire
L4 3 50m gradins facile, relais sur une vire derrière un gros bloc ; il est parfois plus pratique de faire 2 petites longueurs. Jonction avec la voie "Un éclat de rire"
L5 5c 45m à dominante fissure, aérien, un relais facultatif au milieu (2 pitons), relais sur spits sur une vire
L6 4c 20m râteau de chèvre, basculer derrière et descendre sur une vire pour faire le relais
L7 4a 30m rasoir, aller chercher le relais caché de l'autre côté d'un bloc (départ rappel)

Descente (1h) : un rappel de 25m versant N dépose au pied d'une brèche, la franchir puis descedre par des gradins côté Améthystes pour retrouver le pied de la voie (10min).

Refuge d'Argentière (2750m) : accueil extraordinaire de la gardienne Bea qui a été aux petits soins pour tous (et tous les autres) durant les 2 jours. On connait pas mal d'autres refuges sympas (Italie, Oisans…) mais sa gentillesse met vraiment la barre assez haut, sans pour autant jamais pousser à la consommation. Ce qui ne nous a d'ailleurs pas empêché de consommer sans modération, son mari est un redoutable pâtissier…S'il fallait mettre un (tout) petit bémol, ce serait sur le buffet du petit-déjeûner (mais on a trop l'habitude des refuges suisse-allemand on peut se goinfrer pour la journée). Mais comme il est en libre-service, ça permet de partir à l'heure qu'on veut. Nous n'étions qu'une vingtaine en ce samedi soir.

Participants : Agnès & moi, Matthias D (guide)
 

Hike partners: Bertrand


Gallery


Open in a new window · Open in this window


Post a comment»