Gavarnie - Vignemale - Ardiden : randonnée en boucle au coeur des Hautes-Pyrénées


Publiziert von Bertrand Pro , 8. Oktober 2008 um 15:41.

Region: Welt » Frankreich » Pyrénées
Tour Datum:23 September 2008
Wandern Schwierigkeit: T4 - Alpinwandern
Hochtouren Schwierigkeit: L
Klettern Schwierigkeit: II (UIAA-Skala)
Wegpunkte:
Geo-Tags: E   F 
Zeitbedarf: 3 Tage
Aufstieg: 5000 m
Abstieg: 5000 m
Unterkunftmöglichkeiten:Refuges CAF de Baysellance (gardé en saison) et Russel (ouvert mais jamais gardé)
Kartennummer:IGN Top 25 "Gavarnie" et "Vignemale" au 25.000

Il s'agit d'une magnifique et longue boucle de 3 jours permettant d'arpenter le coeur sauvage des Hautes Pyrénées tout en gravissant 2 de ses sommets emblématiques, le Vignemale et l'Ardiden.  Alternance de sentiers balisés et de zones sauvages à la solitude garantie où le GPS sera bien utile en cas de brouillard. Nuit romantique à l'adorable refuge Russell. Le prix à payer est qu'il faut aimer (à la folie !) marcher dans des pierriers souvent ingrats dont la région est étonnamment riche ! Départ et arrivée à Gavarnie célèbre pour son Cirque (classé à l'Unesco) qui abrite la plus grande cascade d'Europe en chute libre (430m).

Pour Agnès et moi, 3 très longues journées attaquées à vélo de Gavarnie le 1er jour (après un départ à 4 h du matin de Perpignan et 4h de route...) avec au passage un  AR au légendaire Vignemale (3293m), le plus haut sommet  des Pyrénées françaises par l'un des rares glaciers encore digne de ce nom dans la chaine.  Pousuivies le 2ème jour par la montée au  Pic d'Ardiden, un quasi 3000m, une ascension ludique avec un sentier jusqu'à 2400m et une crête finale de rochers amusante. Et terminées par une longue épopée de 10h dans le brouillard au GPS pour rentrer à Gavarnie !

Le 3ème jour, la traversée du Col de Culaus jusqu'à la Crête de Hèche est réservée aux amateurs purs et durs de montagne sauvage et solitaire, ne répugnant pas a affronter d'interminables champs de blocs et autres pierriers envahis de végétation ou la proprioseption des chevilles est mise à rude épreuve...Même la portion de GR10 rejoignant le Saugué est loin d'être une autoroute, le sentier est en train de redisparaitre dans l'herbe par endroits. De manière générale, les Pyrénées sont beaucoup plus sauvages que les Alpes et même les gros sentiers tracés en rouge sur les cartes sont parfois sans aucun balisage, voire disparus, sur le terrain. Par exemple, sur la fin du circuit depuis le Saugué vers Gavarnie, l'itinéraire figurant sur les cartes est abandonné, nous l'avons "réouvert" en brassant les buissons le nez sur le GPS ou j'avais heureusement la cartographie embarquée de l'IGN/Garmin sur les Pyrénées - je crois qu'on y serait encore sinon ! 100 Euros c'est pas donné, mais ça couvre toute la chaine et même si le fond est un peu grossier (courbes de niveau à 40m), la précision des sentiers qui y sont reportés est impressionnante, souvent 10m ou moins.

Exténués et trempés (pas de pluie, mais la végétation gluante de flotte a suffi), nous avons décrété à l'unanimité une journée de repos le lendemain à Bagnères de Bigorre (hotel douillet, raids répétés sur les boulangeries de la ville, bains chauds et cinéma...) avant de repartir grimper à l'Ossau.

Dans le détail :

J1 : de Gavarnie (1360m), monter à vélo au barrage d'Ossoue à 1850m (détail important pour disposer d'un véhicule à Gavarnie au retour), puis gagner facilement le refuge de Baysellance (2653m, gardé jusqu'à mi ou fin septembre) en gravissant le Vignemale au passage :  quitter le sentier à G vers 2450m, remonter au mieux des gradins en tirant à G, prendre pied sur le Glacier d'Ossoue vers 2850m, le remonter quasi entièrement jusqu'à 3200m (rares crevasses, pente faible, en général tracé), puis gravir facilement les rochers (II) meant au sommet (3293m). Au retour, on tirer à gauche sous le glacier puis emprunter un sentier horizontal vers 2550m (bien visible du haut) qui rejoint le sentier du refuge un peu plus haut. Compter 10h avec le sommet.

J2 : Du refuge de Baysellance, gagner facilement la Hourquette d'Ossoue, redescendre vers la vallée de Gaube par le sentier balisé avant de bifurquer à D vers 2400m pour remonter au Col d'Arraillé (2583m) par un cheminement cairné. Descendre de l'autre coté (Est) en direction de la vallée de Lutour (balisé mais sur un horrible pierrier jusqu'à 2000m, progression laborieuse) pour arriver finalement au refuge gardé d'Estom (1800m), joliment situé au bord du lac homonyme. Continuer à descendre par un large sentier très fréquenté la belle vallée de Lutour jusqu'au Pont à 1537m, puis emprunter un assez bon sentier à droite remontant par une magnifique forêt jusqu'au refuge Russell (1980m, jamais gardé mais toujours ouvert, poele, matelas et couvertures mais il faut monter son réchaud). 4-5h de marche jusque là. Du refuge, gravir en AR le Pic d'Ardiden (2988m, point culminant entre Vallée de Gaube et Vallée de Gavarnie) en empruntant d'abord un petit sentier assez bien marqué jusque vers 2400m, puis un cheminement cairné de plus en plus minéral (gros pierrier) jusqu'à une brêche à 2566m sur l'arête S de l'Ardiden. Depuis la brêche, suivre les nombreux cairns jusqu'au sommet (pierrier, blocs, passages d'arête en II- tout en haut mais jamais exposé). Retour idem. Compter 5h pour l'AR.

J3 : Du refuge, gagner le Col de Culaus en suivant d'abord une vague sente cairnée puis en remontant laborieusement de grandes crêtes morainiques composées de gros blocs (orientation très délicate par brouillard, GPS plus qu'utile dans ce cas...). Descendre versant W à travers pierriers et pentes d'herbe (plus aucune trace de passage hormis de très rares cairns), contourner un lac rive G, on arrive sur un replat encombré de gros blocs vers 2150m, tirer alors à D pour quitter l'axe du ravin et remonter sur la crête de Hêche que l'on rejoint au voisinage d'un petit étang vers 2220m. Une vague sente cairnée réapparait, la suivre plein E pour arriver au voisinage du Lac d'Antarrouye d'ou un autre sentier balisé redescend puis remonte en direction opposée jusqu'à la cabane de Cestrède (2010m, abri sommaire toujours ouvert, poele et matelas mais rien d'autre). De la cabane, suivre le sentier balisé ramenant au parking de Bué, 15mn avant le parking le sentier croise le GR10 qu'on emprunte alors jusqu'au gite de Saugué (long ! compter au moins 3h30-4h de Cestrède à Saugué). Du gite de Saugué (ouvert en principe jusqu'en octobre, mais fermé sans explication lors de notre passage en septembre...), redescendre à Gavarnie par le nouveau sentier balisé (attention, celui figurant sur la version 2004 de la Top 25 IGN est abandonné, le nouveau sentier part de l'extrémité S du plateau !). Remonter en voiture chercher les vélos au barrage (solution peu élégante, mais il n'y a pas de TP sur Gavarnie / Ossoue et la remontée à pied au barrage par le GR10 rajouterait encore 2h à une journée qui en fait déjà au moins 10...ou alors dormir au Saugué et remarcher jusqu'au barrage le lendemain).


Tourengänger: Bertrand

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»