Petit couloir gazeux à la Linker Fernerkogel


Publiziert von Tony. , 27. Mai 2014 um 11:34.

Region: Welt » Österreich » Zentrale Ostalpen » Ötztaler Alpen
Tour Datum:25 Mai 2014
Hochtouren Schwierigkeit: ZS
Wegpunkte:
Geo-Tags: A 
Zeitbedarf: 2 Tage

Tout commence par un sms de mon ami Dominik, il vient d’appeler un météorologue du Club Alpin autrichien qui lui a confirmé un WE stable et peu nuageux avant l’arrivée d’une perturbation en début de semaine prochaine. Or, comme je l’avais déjà souvent bassiner avec l’idée de faire une sortie ski de printemps, associant la remontée d’un couloir bien raide ski sur le dos avec une descente d’un glacier, c’était le moment ou jamais. Pas la peine de chercher trop longtemps, le projet était tout trouvé : Linke Fernerkogel offre dans sa face Nord trois couloirs de difficulté croissante avec des pentes allant de 45 à 55° !
 
Jour 1 :
 
Départ à 7 :30 direction le Pitztal, ensuite c’est pas compliqué : aller jusqu’au fin de la vallée. Là ou la route s’arrête – Mittelberg -se trouve aussi le parking.
 
Il est 10 :30 et c’est parti pour une tranquille mise en jambe avec la remontée au refuge de la Braunscheiger Hütte. Faut tout de même se taper 45 minutes de portage (ski de randonnée fin mai = portage assuré), on chausse enfin les ski et poursuivons l’ascension sous un soleil printanier (fait tout de très très chaud !). Ca monte pas très raide et il nous faut pas moins de 4 heures pour atteindre le refuge. Il n’est bien entendu pas encore ouvert et nous nous installons dans le Winterraum (bref la partie non gardée et ouverte en permanence).
 
C’est ici que l’on se rend compte du confort hôtelier d’un refuge gardé (chaleur, séchoir, repas et petit déjeuner servis à table, …). Le confort est donc beaucoup plus sommaire et la première des tâches à accomplir est d’allumer le poêle (merci au gardien qui monte régulièrement du bois) pour faire fondre de la neige afin de se faire un thé. Le soir venu on se pose sur la terrasse du refuge pour observe la course que se font le brouillard remontant de la vallée qui tente de masquer le soleil avant qu’il n’embrase le ciel (il y arrivera).
 
Jour 2 :
 
4 :00 réveil ! Dehors il fait encore nuit, se lever, s’habiller, relancer le poêle, faire chauffer de l’eau, petit cérémonial du matin en refuge non gardé. La veille nous avons porté notre choix sur le couloir central (350m / environ 50°) et discuter de l’horaire à tenir. Le temps de petit-déjeuner et nous quittons le refuge avec la clarté qui s’installe.
 
Petite descente à ski pour atteindre le bas de la face. Vient alors le moment de fixer les skis/bâtons sur les sac-à-dos, de chausser les crampons et d’empoigner les piolets. Puis nous remontons vers l’entrée du couloir, le rayonnement nocturne à permis un bon regel, l’axe du couloir est par contre encombré d’anciennes coulées partiellement gelées et nous nous enfonçons parfois jusqu’aux genoux. A 6 :00 nous nous engageons dans le couloir a proprement parlé. Ca se dresse gentiment, la neige devient plus compacte et présente une petite couche de glace de quelques millimètres. Etant en seconde position je suis constamment arrosé par une pluie de cristaux de glace qu’engendre Dominik devant moi. C’est à fois assez désagréable et rassurant. Tant que j’entends le petit scintillement de la glace dévalant la paroi, je sais que les conditions sont bonnes et que Dominik progresse tranquillement... Au fur à mesure que nous montons nous sentons que les choses deviennent plus sérieuses. La partie centrale offre l’inclinaison maximale et est agrémentée de petits bourrelets gelés quasi verticaux. C’est ici qu’il faut rester concentré, trouver un rythme de progression régulier, s’y tenir en alternant tranquillement (sic !) les coups de piolets et de crampons.
 
L’intersection entre le couloir central et le couloir Nord-Ouest marque la fin des difficultés. En jetant un coup d’œil vers le bas je sent le vide qui m’aspire : au milieu une belle arête de neige et de part et d’autre, deux couloirs qui tombent raide, 350 m plus bas, au pied de la face Nord. S’ensuit alors une petite traversée bien gazeuse au-dessus du couloir Nord-Ouest et la sortie sur le plateau du glacier sommital. Il est alors  8 :30, aussi nous profitons cette heure matinale pour s’offrir un petit détour au sommet de la Linker Fernerkogel.
 
Descente ensuite sans histoire sur le Hangendenferner (Glacier suspendu wouaw, superbes conditions : neige transformée sur quelques centimètres), et Karlesferner avant une petite pause devant la face Nord du Linke Fernerkogel. Enfin descente finale en traversant l’énorme glacier du Mittelberger Ferner pour rejoindre Mittelberg vers 12 :00.
 
Horaire : voir plus haut
 
Participants : Dominik et moi !
 
Conditions :
 
Jour 1 : grand beau, RAS
 
Jours 2 : ciel dégagé dès le levé du soleil. Neige bien gelée mis à part les restes de coulées dont la portance est plus qu’aléatoire. Conditions dans le couloir, 50 à 100 premiers mètres moyens à bon, puis petite couche de glace et neige bien compacte. Sortie à nouveau un peu moins compacte.
 
Engagement : le couloir central fait 350m de haut pour une pente de 50° et rejoint le couloir Nord-Ouest dans sa sortie. Il est difficilement protégeable (rocher pourri à gauche comme à droite), aussi bonne condition physique et petite expérience en glace plus que conseiller. Les autres possibilités sont le couloir Nord (350m, 45 à 50°, rocher II) et le couloir Nord-Ouest (350m, 55°).
 
Spécial copinage : merci à Dagmar, gérante de la Gletscherstube, d’avoir eu la gentillesse de me retourner l’appareil photo oublié sur une table de sa terrasse (goulaschsuppe, miam miam). 

Tourengänger: Tony.


Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»