Tour et Haute Cime des Dents du Midi


Publiziert von stephen Pro , 24. Juni 2008 um 22:22.

Region: Welt » Schweiz » Wallis » Unterwallis
Tour Datum:15 September 2007
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-VS 
Zeitbedarf: 3 Tage
Strecke:Chindonne - Antème - Susanfe - Salanfe - Chindonne
Zufahrt zum Ausgangspunkt:Parkings gratuits aux Cerniers et à Vérossaz, d'où on rejoint le tour en une heure de marche.
Unterkunftmöglichkeiten:Cabane d'Antème Cabane de Susanfe Auberge de Salanfe
Kartennummer:1304 Val d'Illiez, 1324 Barberine

Belle randonnée de trois jours, longue mais sans difficulté particulière.
Première étape, de Chindonne au lac d’Antème
Depuis Chindonne (1604 m), on commence la randonnée par une piste que l’on suit, plus ou moins à plat, jusqu’à Valère (1880 m), où on prend un sentier qui part à gauche. On monte un peu à flanc de colline, puis contourne la Dent de Valère sur un sentier assez étroit (chaînes par endroits, plus pour rassurer que par réelle nécessité). Le sentier descend vers le cirque de Chalin, franchit plusieurs torrents et remonte pour contourner le Signal de Soi. Toujours en balcon, un sentier étroit descend à nouveau au-dessus de l’alpage de Soi, franchit un petit ravi sur un pont métallique et grimpe assez raide dans des bancs rocheux (passage boueux et très glissant quand nous y sommes passés, grâce à un grand troupeau de moutons passé juste avant nous !). Après 5 à 6 heures de marche assez fatigante (beaucoup de petites montées et descentes), on arrive à la cabane d’Antème (2032 m) à côté d’un petit lac entre la paroi nord des Dents du Midi et le val d’Illiez.
Deuxième étape, du lac d’Antème au lac de Salanfe, avec détour au sommet de la Haute Cime
Depuis la cabane, à 2032 mètres, la première chose qu’on doit faire est de redescendre à 1460 mètres… rageant quand on sait que toute cette altitude perdu sera à regagner tout de suite après ! mai le sentier qui descend d’Antème à Bonavau est magnifique ; on alterne entre passages en forêt, vues vers la vallée et détours dans de sauvages ravins pour franchir des torrents (deux ou trois passages à gué délicats en cas de forte pluie). A Bonavau, on commence la montée au Pas d’Encel, où on doit remonter un ravin très escarpé pour atteindre Susanfe. Vu d’en bas, ce passage a l’air redoutable, mais en réalité il n’y a pas de difficulté majeure. On doit escalader quelques petits gradins rocheux (prises nombreuses et chaînes pour aider à se hisser), mais on est toujours face au rocher, donc il n’y a pas de vraie impression de vide. Au-dessus de ce petit passage de crapahutage, le sentier reprend, au-dessus d’un vide impressionnant mais avec une bonne marge de sécurité entre sentier et abîme. Le sentier redevient alors plus facile et on continue vers la cabane de Susanfe, d’où on se rend compte de tout le chemin qu’il reste à faire pour atteindre la Haute Cime. Tout ce secteur est absolument magnifique au niveau du paysage.
Au-dessus de la cabane, le sentier monte dans un terrain de plus en plus pierreuse jusqu’au col de Susanfe (2494 m). Nous laissons nos sacs au col pour l’ascension de la Haute Cime (3257 m). Cette ascension n’est pas difficile techniquement, mais elle est physiquement "tuante" ! On monte en zigzag dans de la caillasse roulante ; à chaque pas en avant, on recule d’un demi-pas. Quand on pense être arrivé au bout, tout d’un coup on voit 300 mètres supplémentaires de montagne surgis de nulle part, et on se rend compte qu’on est seulement au Col des Paresseux.  Ces 300 derniers mètres sont les plus raides de tous… mais la vue depuis le sommet est tellement magnifique qu’on est content d’avoir fait l’effort !  C'est le sommet le plus haut que j'ai atteint à pied.  La descente est beaucoup plus facile, il suffit de se laisser glisser sur les cailloux roulants du sentier, un peu comme si on descendait en raquettes dans de la neige poudreuse.
Revenus au col de Susanfe, c’est une jolie descente raide et rocheuse (un passage équipé de chaînes) qui nous amène au bord du lac de Salanfe et é l’auberge, bondée, où nous passons la deuxième nuit.
Troisième étape : du lac de Salanfe à Chindonne
Départ matinal pour cette troisième journée, la plus facile des trois. En une heure on est au Col du Jorat (2212 m), c’est la seule vraie montée de la journée. Une longue descente sur une piste caillouteuse conduit au village de Mex, joliment perché au-dessus de la vallée du Rhône. Ensuite c’est par de beaux sentiers forestiers, relativement plats, que nous revenons à Chindonne, notre point de départ.

Tourengänger: stephen

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»