Escalade dans le Hoggar


Publiziert von Bertrand Pro , 16. Januar 2008 um 14:25.

Region: Welt » Algerien » Hoggar
Tour Datum: 2 Dezember 2007
Klettern Schwierigkeit: VI (UIAA-Skala)
Zeitbedarf: 6 Tage
Strecke:Tamanrasset - Tissalatine - Adaouda - Assekrem - Adriane - Tamanrasset
Zufahrt zum Ausgangspunkt:Avion Alger - Tamanrasset

Une semaine d'escalade et de découverte sur quelques unes des grandes parois du désert saharien...l'aventure était au RV dès le 1er jour avec 24h d'escale forcée à Alger (merci Air Algérie !) et une visite de la Casbah pourtant formellement déconseillée à tous les touristes. Arrivés à Tamanrasset, il a ensuite fallu affronter la pluie, le froid et le rocher pas toujours solide...mais le tout compensé par la beauté exceptionnelle des paysages de l'Assekrem. Avec mention particulière pour les levers et coucher de soleil depuis le légendaire Ermitage de Foucauld à 2800m d'altitude qui domine une forêt d'aiguilles basaltiques dans une ambiance unique. Nos accompagnateurs Touareg ont été au petits soins pour nous toute la semaine à grand renforts de gouter aux thés et dattes et de diner au ragout de chameau...

Participants : Agnès et moi, notre guide italien Andrea et son père (68 ans !), et enfin François et Laurent, 2 copains alpinistes français spécialistes du terrain d'aventure. Itinéraires tous décrits dans le topo de Thomas Dulac "Escalade au Sahara"

Dans le détail :

3/12 : escalade à Tissalatine (domes arrondis proches de Tamanrasset). Voies de la Tortue et du Poids et la Mesure.

Météo : beau et doux

1ère journée de découverte du rocher Hoggarien. Autant le dire tout de suite, si l'environnement est absolument magique de tous points de vue, pour ce qui est du caillou l'ensemble du groupe a été beaucoup plus réservé. Et pourtant c'est apparemment ici qu'il faut commencer pour l'apprivoiser (dixit Th. Dulac), sous entendu ailleurs ça peut être plus délicat (on confirme)...La couleur brun/orange ne devra pas faire illusion auprès de ceux qui connaissent le Wadi Rum ou Todra : c'est à peu près le seul point commun ! La pierre semble recouverte d'une fine pellicule de poussière qui la rend assez glissante. Les petites écailles doivent aussi être scrupuleusement testées, mais la zone de Tissalatine est plutôt meilleure de ce point de vue que certaines des régions qu'on verra par la suite. Cotations surprenantes, le IV+ de la 1ère longueur nous a paru plus indigeste que bien des V+ style Suisse ou Provence...ça par contre ce sera une constante du Hoggar ! Nous avons fini la journée par le "Poids et la Mesure" sur le dome voisin du Rhinocéros, célèbre pour son bloc sommital à l'équilibre précaire !

Campement superbe entre les domes de la Tortue et du Rhinocéros, sable moelleux, petits arbustes, et voute étoilée au dessus de la tête...pour être honnête cette 1ère nuit sera la seule qu'on passera ainsi, le froid et parfois la pluie nous ayant obligé à dormir sous tente le reste de la semaine.

4/12 : Escalade à l'Adaouda (monolithe de basalte isolé entre Tamanrasset et l'Assekrem). Voie Cauderlier-Vidal

Météo : ciel couvert et vent froid, quelques gouttes pendant la montée, averses plus consistantes dès la fin des rappels. Pluie forte le soir, se poursuivant par des giboulées la nuit. Comme dab, il suffit que j'arrive pour faire flotter même en plein désert !

Rocher sec, mais très peu adhérent (voire franchement glissant selon la sensibilité de chacun...). Compact sauf les 20 derniers mètres très délités. Assez peu d'équipement en place (relais + 2-3 pitons par longueur). Cotations encore bien sèches...Descente bien équipée par Dattes ou Dattes sur les 2/3 inférieurs (avec quand même un coincement de corde que Laurent est remonté récupérer sous les 1ères gouttes...).

Après Tissalatine la veille au soleil, un cran de plus dans la difficulté : peu d'équipement, météo hostile, rocher noir bien glissant. Bref rien d'inoubliable (en fait c'est le contraire, on risque de s'en souvenir longtemps !). Autant le dire honnêtement, si le Hoggar nous a tous émerveillés par la magie de ses ambiances, le rocher a suscité bien moins d'enthousiame de l'avis général ! On a hésité à aller grimper au vu des conditions, mais glander une après-midi sous un ciel d'encre, dans un camp tout plat et en plein vent n'avait rien de bien excitant non plus. Et trop tard pour retourner faire la tournée des échoppes et des boulangeries de Tamanrasset...Après la soirée bien arrosée (par la pluie ! n'oublions pas qu'on est en terre musulmane...), Mohammed Sollah - ayant appelé au téléphone satellite Météo Tam qui annonçait la poursuite du mauvais temps (!!!) - nous a même suggéré de remplacer l'Assekrem par Tesnou...La suite au prochain épisode !
 

5/12 : escalade à la Sawinan (Assekrem). Voie du dièdre nord.

Météo : pluie jusqu'à midi, éclaircies l'après-midi. Froid ! (5° maxi)

Courte voie pas désagréable pour se dégourdir après 3h de 4x4 pour arriver dans l'Assekrem. Le passage de la souricière est amusant, et la sortie au milieu des tas de chiures d'oiseaux est originale ! Le rocher n'est pas trop mauvais pour la région ... Très belle vue sur les Tizouyag, avec un bel éclairage vespéral. Le passage clé de L1 demande effectivement pas mal de détermination en tête...bravo François ! Quant à la dernière longueur en rocher pourri couvert de guano, Andrea l'a baptisée "Il tiro piu brutto della mia vita" - est-il vraiment besoin de traduire ?...

Agnès n'avait pas forcément fait le mauvais choix en laissant les garçons aller grimper pendant qu'elle partait avec Sergio découvrir l'Ermitage au soleil couchant. Cette voie résume bien le rocher local : soit c'est noir et relativement solide mais bien glissant, comme si un Djinn malfaisant avec recouvert le tout d'une couche de vernis, soit c'est orange et relativement adhérent mais plutôt fragile (voire pire si pas d'affinités !)

6/12 : escalade au Tizouyag Sud (Assekrem) (voie 2 croiffants et un affekrem) 

Météo : beau et frais, quelques nuages.0° au matin, 15° l'après-midi.

Rocher glacé le matin, le soleil n'arrive que vers 11h dans la voie. Les 2 premières longueurs sont de surcroît dans des cheminées pénibles sur ce rocher noir glissant si typique du Hoggar (mais au moins est-il compact !), ça s'améliore nettement ensuite et le rocher est même pour une fois absolument superbe dans L3 et de L5 au sommet. Equipement irréprochable et cotations pour une fois à peu près normales. Descente facile et ludique en bon rocher (II maxi), bien cairnée, jamais exposée et donc faisable sans corde avec un peu d'habitude. Une fois n'est pas coutume, superbe voie sur un rocher orange souvent magnifique, adhérent et solide. De loin la plus belle de la semaine (les mauvaises langues diront la seule...).

Nous sommes ensuite allés dormir, Agnès et moi, au refuge de l'Assekrem (1h de marche depuis le bivouac de la Sawinan) pour contempler le légendaire lever de soleil depuis l'Ermitage du Père de Foucaud. Autant dire qu'on n'a pas été déçus...une expérience à vivre absolument (de même que le coucher de soleil d'ailleurs !). Départ après une orgie de ragoût de chameau et de dattes fraîches, arrivée étonnante au refuge sur les coups de 21h, dans le noir absolu. On s'apprêtait à installer duvet et thermarest par terre dehors lorsque le gardien nous a entendu et est sorti nous ouvrir - il est vrai que nous étions quasiment les seuls clients ! Presque personne le lendemain non plus au lever de soleil dans une ambiance absolument exceptionnelle. Les quelques frères présents sur place se font un devoir d'offrir le thé chaud à tous les visiteurs matinaux. Un moment et un endroit absolument magiques.

Journée hélas ternie par l'accident de Laurent dans la Voie de la Nouvelle Lune (mauvais vol suite à une écaille sournoise) qu'il gravissait pendant ce temps avec François - et dont la réputation de rocher *** est apparemment largement surfaite. Comme c'est un dur, il a serré les dents pour revenir à cloche-pied au camp avant de tenir encore 48h jusqu'au retour à Tam - pour apprendre finalement en France qu'il avait la cheville fracturée !!!

Bivouac *** sous la Sawinan, environ 1h (à pied) sous le refuge de l'Assekrem (ouvert, gardé, spartiate mais très correct).

7/12 : escalade au Clocher des Tizouyag (Assekrem) (voie Kohlmann Roussy)

Météo : beau, 0° au matin, 15° l'après-midi.

Rocher sec et délité. Grandes écailles sonnant creux, prêtes à assommer le second ...Première longueur plutôt correcte. Deuxième longueur en dièdre complètement délitée. Ca sonne creux de partout, le plus dur est de trouver une prise susceptible de tenir ! D'un accord commun, on arrête les frais à R2, et un rappel nous ramène au pied ... Pas la peine de prendre des risques inutiles pour une telle voie pourrie ! A noter aussi la pluie de pavasses et d'écailles diverses que nous avons gentiment purgé pour les suivants (paix à leur âme) en rappelant la corde !

8/12 : escalade à l'Adriane (Tamanrasset). Voie classique Vaucher en face ouest

Météo : grand beau et chaud. On n'est plus à 2400m comme dans l'Assekrem mais à 1400m !

Rocher moyen, compact et un peu glissant sur le bas, un peu délité dans la traversée et sur le haut, mais il y a pire dans la région...

La dernière de notre séjour hoggarien dans la belle lumière déclinante de l'après-midi avant d'affronter une nuit blanche grâce à Air Algérie. Itinéraire astucieux, ambiance montagne, mais rocher une nouvelle fois pas des plus solides (mais à coté du clocher des Tizouyag, on l'a presque trouvé bon !)...Echaudés par l'accident de Laurent 2 jours plus tôt, nous avons opté pour la classique qui zigzague pas mal et permet du coup d'y aller à 2 cordées sans se lapider mutuellement. "Objectif de la journée : rentrer intacts", la phrase de François au pied de la voie résumait bien notre état d'esprit ! Bon après coup on en garde tout de même un relativement bon souvenir de cette classique.

Retour éprouvant (vol au milieu de la nuit sur Alger, 6h d'attente, vol de retour à Paris, récupération de nos 2 gamins déchainés à la Gare de Lyon, et retour à Berne le soir même en TGV), mais on a néanmoins déjà envie de revenir goûter à la magie du désert...mais honnêtement plus en méharée dans les Tassilis que pour grimper !

Accompagnement parfait de Mohammed Sollah d'Abalema, très pro, très drôle, véhicules nickel, excellente nourriture (bcp de légumes, viande de chameau...). Le seul qui a été malade au retour c'est François sans doute suite à une patisserie avariée de l'aéroport, comme quoi...

Pour les amateurs, je tiens à disposition un récit plus détaillé avec images.



 

 


Tourengänger: Bertrand

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentare (1)


Kommentar hinzufügen

Matthias Pilz Pro hat gesagt: Tolle Tour
Gesendet am 16. Januar 2008 um 17:20
Eine sehr schöne Tour! Leider versteh ich kein Wort aber die Bilder sprechen für sich! Gratuliere!


Kommentar hinzufügen»