Sidelhorn


Publiziert von Philippe Noth Pro , 11. März 2011 um 09:14.

Region: Welt » Schweiz » Bern » Jungfraugebiet
Tour Datum:13 September 2002
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-BE   CH-VS 
Zeitbedarf: 3:30
Aufstieg: 670 m
Abstieg: 670 m
Strecke:CIRCUIT: Grimselpass - Husegghütte - Sidelhorn - Triebtenseelicke - Totesee - Grimselpass

Le Sidelhorn (2764m, 9068ft) est un sommet qui se "conquiert" facilement depuis le col routier du Grimsel. Situé à la limite des cantons de Berne et du Valais, non loin des Alpes Uranaises, il offre un très large panorama de glaciers et montagnes.

Souvent je rentre entièrement satisfait d'une journeé de randonnée. Cette fois-ci, je dresse un bilan personnel plus mitigé (le votre sera peut-être différent). J'ai apprécié la diversité des paysages et de l'itinéraire, car comme plusieurs sentiers parcourent les alentours, on peut réaliser une boucle intéressante. Mon choix s'est porté sur une montée par le nord-est (Husegghütte) puis une redescente par le sud (Triebtenseelicke, Chrizegge, Totensee), c'est-à-dire la même traversée que celle décrite sur le site allemand machaon.de, mais en sens inverse. C'est un initéraire que je recommande chaudement, ni trop pénible, ni trop long. D'autre part je n'avais aucune envie de marcher sur la route asphaltée vers Berghaus Oberaar. Passons maintenant au négatif. J'ai nettement moins goûté à la foule bruyante qui se trouvait concentrée au sommet. Aucun doute, cette montagne est extrêmement populaire, même un jour de semaine! Finalement, aussi beau que soit le paysage, on ne peut pas ignorer tous les barrages en béton et les routes qui marquent cette région du Grimsel.

Le départ se trouve sur le col du Grimsel, au point culminant de la route. On y trouve parkings, restaurants, boutiques et d'autres inventions pour retenir un instant les touristes pressés (p.ex. un parc à marmottes). Pendant les 10 premières minutes, on suit la route asphaltée allant à l'Oberaarsee. Puis on emprunte le sentier qui s'élève sur la gauche (panneau qui indique "Husegghütte" et "Sidelhorn").

Le terrain se compose de grosses dalles lisses de granite, conséquence de la présence d'anciens gigantesques glaciers. Un petit vallon est tapissé de plaques de mousse d'une couleur verte incroyablement saturée. La montée est assez raide jusqu'à l'arrivée à la Husegghütte (50 min. depuis le bas), qui ce jour-là était fermée. Sur la bosse où est érigée la cabane, on jouit d'un magnifique paysage. A l'ouest se dévoilent les glaciers (Oberaargletscher, Unteraargletscher) et sommets (Lauteraarhorn, Schreckhorn, Finsteraarhorn, tous des "4000") des Alpes Bernoises. Plusieurs lacs artificiels captent l'eau de ces glaciers. A l'est, on voit des montagnes situées dans le canton d'Uri, comme les pointes des Gärstenhörner, juste au-dessus de la route du col, et une montagne très belle, dominant les autres, le Galenstock (3585m, 11765ft).

On remonte ensuite le dos du Sidelhorn, d'abord assez facilement sur une belle ligne épousant les crêtes inférieures de la montagne. Mais après 1h30 de marche, il s'agit d'escalader le tas de cailloux qui forme les dernières hauteurs du Sidelhorn, en s'aidant parfois des mains pour passer les plus gros blocs. Un sentier est aménagé tant bien que mal là au milieu. La croix qui trône au sommet est atteinte en 1h50, pauses non comprises.

Un groupe de retraités très bruyant monopolisant l'espace limité du sommet, j'entame immédiatement la descente de l'autre côté. Les 15 minutes vers le col Triebtenseelicke se déroulent à travers des blocs disposés chaotiquement et encore plus gros que sur l'autre versant. Le problème principal est de trouver des pierres stables et de devoir faire des acrobaties pour franchir un palier plus haut que les autres. Mais la pente n'est pas dangereuse et la direction à suivre évidente.

On retrouve vite un sentier plus agréable, celui qui descend de part et d'autre du col. Pour effectuer le même circuit que moi, il faut bifurquer au sud, c'est-à-dire sur la gauche lorsqu'on arrive au col. La littérature cite plus souvent la descente par le côté nord, vers le lac Triebtenseewli. J'imagine que cette variante est moins intéressante car on y rejoint une route.

Une carte au 1:50000 de la région, objet toujours utile en randonnée, montre que l'on va contourner le Sidelhorn par le sud et revenir à son point de départ. Il faut donc tirer sur sa gauche tout le temps. J'ai d'abord été surpris par le manque de balisage et d'indications. Je pense avoir pris un sentier secondaire situé plus en hauteur, parallèle au sentier balisé. La pente douce et régulière rend la descente très agréable. On a face à soi le Galenstock et le glacier du Rhône, source du fleuve du même nom. J'ai rapidement aperçu puis rejoint le sentier principal. Si vous ne l'avez jamais quitté, tant mieux! On suit ensuite un ruisseau jusqu'au lac Totensee. Enfin on longe le lac jusqu'au col du Grimsel. Durée totale de la descente: 1h30.


Pour plus de détails, voir la page d'origine sur www.noth.ch. Vous y trouverez aussi la traduction anglaise.


Tourengänger: Philippe Noth


Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»