Col des Ecandies


Publiziert von Philippe Noth Pro , 17. November 2010 um 22:09.

Region: Welt » Schweiz » Wallis » Unterwallis
Tour Datum: 2 September 2007
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-VS 
Zeitbedarf: 3:30
Aufstieg: 1201 m
Abstieg: 37 m
Strecke:Relais d'Arpette - Col des Ecandies

Au village de Champex, ceux qui remontent le Val d'Arpette ont normalement comme destination la Fenêtre d'Arpette, passage sur le Tour du Mont-Blanc (TMB). Mais pourquoi ne pas visiter plutôt un col infiniment plus paisible, celui des Ecandies ?

Bien que les 2 cols ne soient distants que de 1km (0.62 mile), un monde les sépare. Tous deux surplombent le glacier du Trient, ce qui garantit de beaux points de vue sur ses masses en mouvement. Mais au Col des Ecandies, on est plus en amont du glacier, et surtout à la hauteur de sa partie la plus spectaculaire, la chute de séracs. Là où la pente du glacier est la plus grande, là où la glace se disloque. Ca n'est pas l'ice fall de l'Everest, mais ça vaut le déplacement, et c'est plus près!

Le Col des Ecandies étant un cul-de-sac, du moins pour les randonneurs, seule une fraction de ceux-ci viendra jusqu'ici. Tranquillité garantie. Si l'on cherche des infos sur Internet, on voit bien que ce col n'est pas un but de randonnée très prisé: la plupart des pages sont consacrées à sa descente à ski, très peu à la randonnée estivale.

Le départ de l'excursion du jour est bien commode, puisqu'il se situe dans le village de Champex, soit au parking du télésiège, soit au relais d'Arpette. Passé le restaurant/hôtel, on marche sur terrain quasiment plat en direction du fond du val d'Arpette, barré par la Pointe d'Orny, la Pointe des Ecandies, le Génépi. Même les pierres sur le large sentier sont plates, ce qui donne des airs de voie romaine à ce début d'itinéraire.

On ignore un chemin qui conduit au Col de la Breya - je l'avais emprunté une fois pour redescendre de la Cabane du Trient. 30 minutes après le relais d'Arpette, le large chemin se termine. A cette jonction au point 1822, le panneau indicateur, un peu insistant, nous propose à nouveau le Col de la Breya, à gauche. Il faut prendre à droite le plus petit sentier des deux. On se trouve maintenant sur un sentier de montagne déroulant sa trace entre les arbustes et franchissant allégrement un petit torrent à plusieurs reprises.

Pour se faufiler entre Tête d'Arpette et La Barme, le sentier devient soudain plus raide. Superbe toile de fond formée par la muraille de la Pointe des Ecandies. C'est devenu plus ardu, des marches naturelles obligent à faire de grands pas. Quand ça redevient plat, c'est qu'on a pénétré dans le Pierrier d'Arpette, qui s'étend surtout sur notre gauche. De gros blocs ont roulé pour s'immobiliser sur ce petit plateau.

1h20 de marche: bifurcation Ecandies/Arpette. On laisse le sentier principal de la Fenêtre d'Arpette à droite - principal car beaucoup plus de visiteurs visitent ce passage de la Haute Route ou du Tour du Mt Blanc. Ca reste plat durant 10 minutes, puis ça grimpe sérieusement. On passe de 2200m (7218ft) à 2400m (7874ft) en un rien de temps.

On est en chemin depuis 2 heures lorsque l'on se retrouve à l'entrée d'un cirque entièrement minéral: c'est la Combe des Ecandies. Bref passage dans des pâturages, puis ascension des 300 derniers mètres de caillasse sous le col. Comme on le voit sur la photo 3, plus rien ne pousse ici. Trop raide, trop de débris qui descendent de la Petite Pointe d'Orny (3187m, 10456ft) et de la Pointe des Ecandies (2873m, 9426ft), les sommets bordant immédiatement le col. Le sentier a tendance à s'égarer dans cet amas de rocs, il faut repérer les cairns et les marques. D'ailleurs la fin de l'itinéraire n'est pas reportée sur ma carte au 1:25000. Mais aucune hésitation sur la direction: le col nous tend les bras, échancrure arrondie dans un alignement de pics acérés. Les meilleures traces sont celles tirant sur la gauche. Après cela dépend des névés restants. Pour ma part, en ce mois de septembre, je n'en avais aucun, les chaleurs d'été ayant eu leur peau.

Arrivée au col après 3h10 d'une bien belle ascension. Il n'y a personne à la ronde, excepté une poignée d'alpinistes qui part s'amuser dans les aiguilles. Il paraît qu'il y a un saut flippant à faire si l'on parcourt l'arête vers la Pointe des Ecandies. Non merci, très peu pour moi.

On profite de la vue extraordinaire sur le glacier du Trient, ses séracs, son plateau glaciaire - dont on ne voit qu'une petit partie, pour en saisir l'étendue il faut aller à la Cabane du Trient. La redescente emprunte exactement le même chemin (env. 2h jusqu'au relais, 2h15 jusqu'à Champex).
 

Pour plus de détails, voir la page d'origine sur www.noth.ch. Vous y trouverez aussi la traduction anglaise.
 


Tourengänger: Philippe Noth


Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»