Tongariro Northern Circuit


Publiziert von kiwi , 1. März 2007 um 16:26.

Region: Welt » New Zealand
Tour Datum: 7 März 2004
Wandern Schwierigkeit: T2 - Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: NZ 
Zeitbedarf: 3 Tage
Strecke:41 kms, 3/4 jours

Ce récit est la suite du Tongariro Crossing. La poursuite de la célèbre et (trop) populaire rando d'une journée en un circuit de 3 jours. Tout commence donc ici au jour 2, du refuge de Ketetahi ...


Lever 6h45. J’ai calculé qu’étant donné l'orientation Nord-ouest du flanc de montagne sur lequel repose le refuge, il aurait fait trop noir pour partir plus tôt.
Ayant décidé la veille de descendre à ce refuge pour profiter de la vue sur le lac Taupo, je dois maintenant remonter jusqu’au Blue Lake par le même chemin. Mais ça en valait vraiment la peine. La montée encore ombragée est vraiment agréable et les reflets du soleil levant sur le Blue Lake très sympathiques.

En arrivant à la jonction au bout de 1h30 j’ai rencontré deux randonneurs qui venaient en sens inverse. Enfin des vrais randonneurs ! car ils avaient du partir bien tôt pour déjà être au sommet de la montée. Nous avons un peu discuté du chemin, et ils m’ont conseillé de ne pas rater les Tama Lakes sur la dernière étape. De cette jonction le sentier descend dans la Oturere Valley en direction du Rangipo Desert. Moi qui m’attendait à être déçu par les paysages après la splendeur du Crossing, j’ai été ébloui par la Oturere Valley. Le paysage y est incroyable. On se croirait vraiment sur la lune, un immense cratère noir rempli de sable et de formations rocheuse aux formes déchiquetées, et encadré de coulées de lave. En bas de la descente j’ai rencontré trois dames d’environ 50 ans qui faisaient le Circuit dans l’autre sens. J’ai une nouvelle fois passé pas mal de temps à discuter et elles m’ont conseillé de ne pas rater les chutes du refuge d’Oturere.

J’ai atteint ce refuge 1h30 après avoir quitté la jonction. Comme cela m’avait été conseillé, je me suis approché des chutes non loin du refuge. Ces chutes sont plutôt jolies et faciles d’accès. Dommage qu’elles ne soient indiquées nulle part car la plupart des gens passent à coté sans les voir. J’ai refait le plein d’eau au refuge et je suis reparti en direction de Waihohonu. Le paysage a alors une nouvelle fois changé. De la lune je suis passé en plein Sahara. Non pas de sable mais un sol exclusivement rocheux, très peu de végétation celle-ci étant très rase et sèche et pas de faune, mis à part les mouches. La vie dans cette partie connue comme le Rangipo Desert a été longtemps réprimée par l’altitude, le climat et les éruptions volcaniques et la recolonisation est très lente. Et bien que le temps se soit couvert dans l’après-midi, j’ai traversé cette partie sous un plein soleil.
Je me suis donc arrêté à la première zone d’ombre que j’ai trouvé, sous un rocher, le long d’une des rares rivières. Il était encore relativement tôt mais si j’avais attendu encore un peu le soleil aurait atteint son zénith et je n’aurais pu trouver d’ombre nulle part.

Après avoir passé de nombreuses collines et petites vallées je suis arrivé à une plus profonde traversée par une rivière et emplie de forêt. J’y suis descendu gaiement mais oh surprise, arrivé en bas il faut remonter, le refuge se trouve dans la vallée suivante ! La montée n’était cependant pas très difficile et plutôt agréable puisque ombragée. Et le refuge était effectivement sur le flanc de la vallée suivante, caché dans la forêt. Je l’ai atteint peu après 13h, 2h30 après avoir quitté celui d’Oturere.

J’y ai tout de suite fait la connaissance de deux allemands, Louisa et Torsten qui s’étaient rencontrés 5 jours auparavant et avaient décidé de continuer la visite de la Nouvelle-Zélande ensemble. On a passé une partie de l’après-midi à discuter, la plupart du temps en Anglais mais aussi en Français et un peu en Allemand. Je suis descendu aux Ohinepango Springs, une source étonnante par la transparence absolue de l’eau et la vitesse à laquelle elle s’échappe du sol.


Nouveau départ le lendemain, cette fois en compagnie des mes amis allemands. Après un détour par la ‘Old Waihohonu Hut’, ancien refuge construit en 1904 et une petite heure de marche, nous avons décidé de nous séparer, nos rythmes étant trop différents.
J’ai atteint le Lower Tama Lake 2h après avoir quitté le refuge. J’ai à peine eu le temps de m’arrêter pour prendre quelques photos que j’ai vu arriver Torsten dans mon dos. Louisa avait décidé de marcher seule aujourd’hui. Nous avons pris une photo ensemble devant le lac et j’ai entamé l’ascension vers le Upper Tama Lake, une nouvelle fois en laissant mon sac en bas. Torsten, lui ne se sentait pas motivé pour ce détour et a préféré directement rejoindre le village.
Le Upper Tama Lake est plutôt décevant comparé au Lower. Le Lower est presque comme un gros Emerald Lake, la couleur s’en approchant. Le Upper est beaucoup moins coloré et je pense qu’il n’était pas du tout mis en valeur par la réflexion directe du soleil et les nuages sur le mont Ngauruhoe derrière. Mais quoi qu’il en soit la montée valait la peine, rien que pour les vues qu’elle offre sur le Lower Lake avec le mont Ruapehu dans l’alignement. L’aller-retour m’a pris environ 1h20. J’ai mangé à l’abri d’une butte en bas de la descente avant de repartir vers le village.

Après une dernière pause au pied des Taranaki Falls, j’ai rejoint le village par le Lower Taranaki Falls Track, une nouvelle fois surpeuplé de touristes. C’est la qu’on se dit qu’on est quand même pas si mal perdu dans la montagne au milieu de nulle part ! J’ai atteint le village peu avant 13h30, soit 1h30 après avoir quitté les lacs.

Un (troisième et) dernier au revoir aux amis allemands, et j’ai repris la route, vers de nouvelles aventures...


Extrait de aotearoa.nicolas-leroy.com


Tourengänger: kiwi

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»