Balade et croquis au-dessus du Val de Travers


Publiziert von stephen Pro , 11. Oktober 2009 um 20:14.

Region: Welt » Schweiz » Neuenburg
Tour Datum:11 Oktober 2009
Wandern Schwierigkeit: T1 - Wandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-NE 
Zeitbedarf: 5:00
Aufstieg: 530 m
Abstieg: 610 m
Strecke:Fleurier - Val Trémalmont - Couvet
Zufahrt zum Ausgangspunkt:Fleurier, train régional depuis Neuchâtel (40 minutes, train toutes les heures)
Zufahrt zum Ankunftspunkt:Couvet, sur la même ligne que Fleurier
Kartennummer:1163 Travers

Après une longue saison estivale de randonnées dans les Alpes, j’avais envie ce week-end de faire quelque chose de plus cool. Redécouvrir le Jura neuchâtelois que j’ai tendance à négliger, partir en rando sans avoir besoin de me lever à 6h du matin, prendre le temps de faire quelques croquis des couleurs d’automne.
Le train régional du Val de Travers est bien rempli de randonneurs, mais ils descendent tous à Noiraigue, sans doute pour aller au Creux du Van. Je suis seul à descendre à Fleurier et, d’ailleurs, ce sera une randonnée très solitaire car je ne verrai personne d’autre de la journée.
Il suffit de quelques minutes pour quitter la petite ville de Fleurier et trouver le sentier qui monte vers le Haut de la Vy. Après quelques minutes le sentier arrive à la ligne de chemin de fer Neuchâtel-Pontarlier ; il devient ensuite plus étroit et raide, montant en lacets sur des vires au milieu de barres rocheuses. Il faut faire un minimum attention ici car le sentier est étroit et le terrain très escarpé. Malgré le balisage jaune on est à la limite du T1 et du T2 ; il y a des chaînes par endroits. Le sentier monte en forêt, avec quelques belles vues sur Fleurier et le Vallon.
Au Haut de la Vy (1062 m) le paysage change radicalement. Finies les vues plongeantes et la forêt, la suite de la randonnée se déroule dans les pâturages, avec ces grands panoramas typiques du Jura. Ce terrain se prête très bien au dessin – beaucoup plus que la "vraie montagne" -  et je ne me prive pas. Tant et si bien que le jour avance, mais moi pas !… il est déjà 13h 30 et je n’ai fait qu’une heure de marche effective.
Trêve de croquis donc, je décide d’avancer un peu plus vite. Je passe aux Grands Prés (où il y a effectivement des grands prés), puis à la Citadelle (où il y a une belle vue sur le Chasseron mais pas de citadelle), point culminant de la journée à 1212 m. Une petite descente mène au Petit Pâturage puis, par un joli sentier en lisière de bois, Vers chez Bordon et à la Roche. Ici, la civilisation fait momentanément irruption sous la forme de la route Couvet-La Brévine, qu’il faut traverser et qui paraît très bruyante après ces pâturages isolés.
La montée du Val Trémalmont se fait essentiellement sur du goudron, hélas, même s’il n’y a pas de circulation. Mais après la dernière ferme, il n’y a ni goudron ni même de sentier, on avance en toute liberté à travers champs. Le ciel s’est couvert, la pluie menace mais ne vient pas. Dommage quand même, car avec un peu de soleil ces forêts à la limite de l’été et de l’automne seraient encore plus belles. La plupart des arbres ont viré au brun, mais par-ci par-là il en reste un d’un vert-jaune éclatant.
Une nouvelle descente jusqu’au Châble (1097 m) est suivi d’une petite montée qui paraît raide en fin de journée. Puis c’est la longue descente sur Couvet. A la Combe de Roumaillard, où le sentier quitte momentanément la forêt, je me fais courser par des génisses… mais c’est perdu d’avance pour elles, la lisière est toute proche.
Avec les nuages et la lumière faiblissante, cette forêt a quelque chose de sinistre, d’oppressant. Le sentier est très étroit, enfermé entre des murs de végétation. Un gros animal me fait peur en traversant une cinquantaine de mètres devant moi. Trop noir pour être un bouquetin, trop agile pour être un sanglier… trop rapide pour que je puisse l’identifier !
La longue descente se termine enfin. De la sortie de la forêt, on peut rejoindre Couvet en quelques minutes par la route, mais je préfère prendre la variante un peu plus longue du Corridor aux Loups. Le sentier suit une large vire sous un gros surplomb. Il y a une chaîne tout le long mais en réalité, le seul danger (pour les grands gabarits au moins) est de se cogner la tête sur le rocher. Une fois sorti de ce passage, il suffit de dix minutes pour rejoindre Couvet et d’une dizaine de minutes de plus pour arriver à la gare, qui se trouve tout en bas du village.
Je conseillerais de faire cette randonnée plutôt dans l’autre sens. Cela fait monter davantage, mais je pense qu’on doit mieux profiter des vues panoramiques sur la chaîne du Chasseron. Balade fortement déconseillée à ceux qui n’aiment pas les vaches, car il y en a partout !

Tourengänger: stephen

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentare (3)


Kommentar hinzufügen

Henrik hat gesagt: ..und wieder deine Aquarelle!
Gesendet am 11. Oktober 2009 um 22:40
Meisterhaft!

Merci.

Salutations

Henrik

nadirazur hat gesagt: Longtemps attendus ...
Gesendet am 12. Oktober 2009 um 08:09
... merci! ... un régal, tes croquis ... :))

stephen Pro hat gesagt:
Gesendet am 12. Oktober 2009 um 10:59
Merci pour ces commentaires :-)

A l'occasion, j'essaierai de poster quelques aquarelles et/ou pastels... mais c'est plus compliqué, il faut emmener beaucoup plus de matériel sur le terrain. Là, c'est juste un petit bloc de papier, un stylo feutre et quelques crayons de couleur.


Kommentar hinzufügen»