Quatre jours dans l'Oberland bernois : Deuxième étape, de Mürren à Griesalp


Publiziert von stephen Pro , 18. August 2018 um 17:33.

Region: Welt » Schweiz » Bern » Jungfraugebiet
Tour Datum:12 August 2018
Wandern Schwierigkeit: T3 - anspruchsvolles Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-BE 
Zeitbedarf: 6:30
Aufstieg: 975 m
Abstieg: 1400 m
Strecke:Sonnenberg - Schiltalp - Sefinenfurgge - Griesalp

English version here

Nous somme réveillés par la famille de touristes indiens qui occupe la chambre voisine : sans doute souffrant de jet-lag, ils sont déjà debout à six heures du matin et semblent avoir beaucoup de choses à se raconter ! Après le petit déjeuner, nous devons attendre pour payer car le propriétaire est parti descendre leurs bagages volumineux à la gare, ce qu'il ne semble pas trop apprécier.

Il fait grand beau, sans un nuage. Toutes les montagnes du Hinteres Lauterbrunnental sont étalés devant nous : nous voyons plus de glaciers en dix minutes ici qu'au cours de nos deux semaines de rando en France ! Devant cet arrière-plan grandiose, les alpages sont d'un vert surprenant vu le peu de pluie qu'il y a eu ces dernières semaines. Depuis Sonnenberg (1941 m), nous passons devant la pension Suppenalp (1852 m), puis continuons plus ou moins à plat jusqu'à Schiltalp (1946 m), où un petit ensemble de maisons constitue un joli premier plan devant les sommets.

Nous n'avons gagné que peu d'altitude jusqu'ici. Mais après avoir traversé le Schiltbach, une petite grimpette de 200 mètres nous fait vite transpirer : la canicule est peut-être finie mais il fait quand même chaud. En arrivant à la crête (2155 m) qui sépare le Schilttal du Sefinental, il y a une vue à couper le souffle : très sauvage, le côté opposé du Sefinental est fermé par des falaises immenses coiffées de glaciers. La Sefinenfurgge n'est pas encore visible : à la Rotstockhütte (2094 m), que nous atteignons en descente douce, un panneau nous informe qu'il nous faudra encore une heure et demie pour atteindre le col, 550 mètres plus haut.

Au-dessus de la Rotstockhütte, le sentier devient plus ardu, remontant le fond de vallée de plus en plus raide, entre des falaises sombres à gauche et le Schilthorn à droite. Nous passons à côté d'un petit lac de couleur brun clair : vue de plus haut, l'eau de ce même lac a viré au bleu profond. Le col est visible maintenant, au-dessus de pentes raides de schiste noir. Juste avant que l'environnement devienne entièrement minéral, nous faisons une pause midi sur un petit replat herbeux, avec une vue merveilleuse sur le Wetterhorn et le trio Eiger, Mönch et Jungfrau.

Il ne nous reste que 200 mètres jusqu'au col, mais ils sont vraiment raides. Nous montons en lacets serrés à travers des pentes de schistes meubles. Un cycliste vient en sens inverse, poussant son VTT. Il monte brièvement dessus, mais se ravise presque aussitôt et reprend son chemin à pied. Les derniers mètres avant le col sont équipés d'une corde, pas vraiment indispensable mais très utile pour se hisser dans ce terrain raide.  Nous arrivons au col (2612 m) vers deux heures, après un peu moins de quatre heures de marche.

La descente du côté ouest du col est tout aussi raide que la montée. Sur une centaine de mètres de dénivelée, un escalier a été installé sur le terrain extrêmement instable. Intimidant vu d'en haut, cet escalier est en réalité facile, même si une chute pourrait avoir des conséquences assez sérieuses. La corde fixe doit être une aide appréciée pour ceux qui montent, mais elle est fixée trop bas pour être d'une grande utilité à la descente. Tout en bas, l'escalier a été recouvert d'éboulis sur une courte distance et il faut faire attention de ne pas déverser dans la pente. Une fois passé l'escalier, nous traversons un vaste pierrier avant d'atteindre enfin des contrées plus vertes vers 2400 mètres. A partir d'ici le sentier devient plus facile, même si quelques petits passages rocheux nécessitent de l'attention, ne serait-ce pour prévenir une entorse à la cheville.

Les difficultés se terminent à l'alpage d'Ober Dürrenberg (1988 m), dans un petit vallon sous une cascade. Les vaches qui broutent l'herbe autour du chalet ne semblent pas trop contentes de nous voir. A partir d'ici, le reste de l'itinéraire jusqu'à Griesalp se fait sur des pistes et des petites routes d'alpage, ce qui nous permet de moins regarder nos pieds et d'admirer le magnifique paysage du haut Kiental. En face de nous se trouve le massif de la Blümlisalp et le col du Hohtürli, que nous traverserons demain si la météo se maintient. Le col ainsi que la Blümlisalphütte sont clairement visibles… mais comment allons-nous arriver tout là-haut ? Tous les accès semblent être barrés par des falaises noires et verticales.

L'étape se termine dans un cadre vert et bucolique. A Steinerberg (1467 m), une fête privée se déroule devant une maison : un orchestre joue des airs alpestres et le petit groupe d'invités d'un certain âge, dont deux bonnes soeurs tout de blanc vêtues, fredonnent le refrain.

Nous atteignons le Berghaus Griesalp à quatre heures et demie. Derrière un extérieur rustique, c'est un hébergement luxueux, loin des dortoirs des deux dernières semaines ! Notre balcon donne sur la vallée et, après une bière en terrasse et un bain (quel luxe !), nous attendons le souper en nous régalant de la vue. Seule la météo de demain me préoccupe : des orages étaient annoncés pour l'après-midi mais, selon les dernières prévisions, il semblerait que la pluie arrivera dès 8 heures du matin. Pas question de monter au Hohtürli sous l'orage, donc je passe du temps à élaborer un plan B. Nous finissons par décider que nous partirons vers Ramslauenen et Frutigen demain, puis prendrons le train jusqu'à Kandersteg avant de monter à notre hébergement à l'Oeschinensee. Le premier réveillé regardera l'animation satellite et prendra la décision définitive.

Mais en attendant, il faut s'occuper d'une magnifique assiette de filets de perche meunière accompagnés de pommes vapeur… 

Etape suivante
Etape précédente

Tourengänger: stephen


Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen

T2
31 Aug 13
Sefinenfurgge (2612 m) · beppu
T3
1 Aug 14
Trekking im Banne der Jungfrau · poudrieres
T3
T3
T5- II

Kommentar hinzufügen»