Grand Darray : Arête SE, en traversée de l'A Neuve à Saleinaz


Publiziert von Bertrand Pro , 26. Juli 2018 um 10:05.

Region: Welt » Frankreich » Haute-Savoie » Massif du Mont Blanc
Tour Datum:23 Juli 2018
Wandern Schwierigkeit: T5 - anspruchsvolles Alpinwandern
Hochtouren Schwierigkeit: ZS+
Klettern Schwierigkeit: IV (UIAA-Skala)
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-VS 
Aufstieg: 1000 m
Abstieg: 1050 m
Strecke:Cabane de l'A Neuve - Col des Essettes - Grand Darray par l'arête SE - glacier de Treutse Bo - col supérieur de Crête sèche (Pt 3024m) - glacier des Planereuses - col des Planereuses - cabane de Saleinaz

Superbe itinéraire d'escalade en haute montagne sur le granit du Massif du Mont Blanc, la foule de Chamonix ou d'Orny en moins...le rééquipement récent redonne une seconde vie à cette ancienne classique. La cabane de l'A Neuve, point de départ de l'ascension, est l'une des dernières cabanes historiques du Valais.

Notre séjour annuel avec Raoul, pour une fois sur ses terres après 3 étés passés entre Oisans et Ecrins, en général pour fuir une météo hostile. Bon celle de cette année a commencé dans la même veine : montée samedi après-midi à l'A Neuve sous une pluie fine mais continue (vive les parapluies !), puis grimpe dimanche dans Légende d'automne dans un brouillard humide rendant les lichens - pourtant pas particulièrement exhubérants - glissants au possible. Un peu plus de soleil heureusement sur l'arête SE, dont la 1ère longueur en III+ (sic !) au dessus du col réveille pas mal dans le vent et le froid...la suite est finalement plus roulante sur un rocher souvent superbe (mention particulière pour la longueur sur pitons oranges), cela dit les 3h du topo officiel sont à comprendre comme "un horaire Rébuffat" reconnait Raoul (compter plutôt 4 heures).  Qui a rééquipé (parcimonieusement, que les puristes se rassurent !) la voie et connait donc chaque bout de rocher par coeur.

Nous étions accompagnés de Joe M (célèbre guide bagnard, grand pote de Raoul et sacré boute en train) et Marcel I ce qui a permis une soirée animée à l'A Neuve et quelques belles photos sur l'arête. Ils sont ensuite rentrés sur l'A Neuve en repassant le Col des Essettes (sans difficulté à l'heure actuelle) pendant que nous poursuivions sur Saleinaz afin de gravir le Spigolo W du Clocher des Planereuses le lendemain. Encore une création de Raoul...après Légende d'automne (du même ouvreur), la SE du Grand Darray (du même équipeur), les rappels de Treutse Bo et de Crête sèche (idem), on aura en gros passé les 4 jours à clipper les spits de notre guide favori. A 10 trous par accu, ça en fait de l'huile de coude.

La descente de Crête sèche supérieur, même avec les rappels en rive G, exige quand même "un pied montagnard" dixit Raoul - traduire : à ne pas mettre en toutes les mains. Bref la traversée complète, si elle est évidemment bien plus élégante sur le papier qu'un simple AR par l'arête SE, exige quand même une certaine affinité avec le terrain ripoux...avouons qu'Agnès et moi ne serons donc pas fâchés de switcher vers le vélo dès la semaine prochaine ! Pas fâchés non plus de remettre les skis un peu plus tard - bon là il faudra encore un peu attendre...

Nous avons achevé le séjour le lendemain sur le (magnifique) Spigolo W du Grand Clocher des Planereuses.

: éclaircies en alternance avec des passages de bancs de nuages générés par la bise et accrochant les sommets, vent NE modéré par endroits, du coup pas bien chaud sur l'arête malgré l'iso à 4000m...

: montée au col des Essettes encore largement en neige, crampons-piolet indispensables le matin malgré les bonnes marches taillées par Raoul la veille au soir...l'arête ainsi que la descente sur la brèche Darray - Treutse Bo sont sèches, cette dernière est facile mais vraiment pourrie. La descente directe sur le glacier du Darray avait une sale gueule, 100m de dévaloir de terre et de rocher décomposés avant de toucher la neige, on a donc opté pour le détour par Crête sèche supérieur. Le chemin des vires ainsi que les rappels pour prendre pied sur le glacier de Treutse Bo sont de parcours agréable avec un bon cairnage.

Glacier de Treutse Bo en neige molle, pas eu besoin de remettre les crampons, on rejoint sans difficulté le col de Crête sèche supérieur (Pt 3024m). C'est là que ça se gâte...la descente directe du col n'est pas envisageable (couloir très raide de terre et rochers désagrégés), nous avons utilisé les rappels récemment équipés par Raoul en rive G - le 1er se voit facilement, pas sûr qu'on aurait trouvé les suivants tout seuls. Ils sont pour l'instant tous sur un spit unique. Difficile d'éviter un morceau de terrain pourri tout en bas avant d'aller toucher la neige...le glacier des Planereuses est en neige sauf une section de 50m en glace inclinée à 25°, ça passait limite sans crampons en taillant quelques marches. Les 50 derniers mètres sous le col sont en caillasse pas trop malsaine. Versant N, on traverse à D dans la neige avant de prendre pied sur la vire (cairnée) apparue suite au retrait glaciaire - qui pour une fois facilite le passage (un cable inutile sur la fin).

La suite est sans souci jusqu'à Saleinaz. Aucune trace de passage dans toute la traversée. Bref une longue virée ou le rocher superbe de l'arête SE se paie par un bon kilométrage de terrain ingrat - nos vieux genoux ont un peu couiné !

Accès : Train Berne - Orsières (2h40 via Martigny et Visp ou Vevey), au delà Raoul nous a voituré jusqu'à La Fouly le 1er jour puis trouvé le moyen de faire remonter sa voiture jusqu'à la prise d'eau le dernier jour - pas fâchés de s'épargner 450m de D- sur la route après 4 jours à patauger dans la caillasse.

Hébergement :

A Neuve : accueil adorable de Martine comme à chaque fois, d'autant plus appréciable que nous sommes arrivés samedi soir sous une pluie continue (14 personnes samedi soir, 9 dimanche soir). Elle se souvenait même de notre précédent passage en famille pour gravir la Grande Lui !

Saleinaz : superbe cabane injustement désertée, nous étions seuls (!) ce lundi soir avec Albertino et Geneviève, les 2 gardiens bénévoles de la section neuchateloise qui ont été aux petits soins pour nous. En tant qu'anciens de la section, nous avons évidemment passé la soirée à évoquer tous les vieux amis dont la vie nous a un peu éloignés. Albertino a presque 20 ans de plus que nous mais toujours le même tonus, il revenait il y a peu d'un périple de 1400 km à vélo entre le Jura et les Picos de Europa...un autre couple de la même génération rentre actuellement à vélo du Cap Nord...bref vivement la retraite ! On a donc passé une divine après-midi à bronzer au soleil avant de se payer le luxe de diner sur la terrasse, chose quand même pas banale à 2700m

Pas d'eau potable dans les 2 refuges --> on a carburé à l'eau non potable comme à notre habitude.

Horaire : départ 5h30, attaque 6h30, sommet 9h30/10h, col des Planereuses 13h, cabane Saleinaz 14h

Participants : Agnès et moi, Raoul Crettenand, Joe M., Marcel I.

Itinéraire :


Approche 1h15 : de la cabane de l'A Neuve, suivre la sente (cairns) qui monte à la Grande Lui pendant 20 minutes puis monter au mieux en oblique les pierriers jusqu'au col des Essettes (3107 m).
Ne pas suivre les traces qui montent trop vite les couloirs vers les Pointes des Essettes.

Escalade 4h : du col, attaquer l'arête par un petit mur de 5 m assez raide (III+, un spit). Continuer les dalles peu raides jusqu'à une vire que l'on suit vers la droite (deux cairns), passer 1 spit et faire relais au 2e spit. Gravir la longueur suivante tout droit sur 20 m IV+ (quelques spits et 1 piton puis relais chaîné). Ensuite, partir à droite (1 spit puis 2e relais chaîné 20 m plus haut)  Continuer facilement en restant au mieux sur l'arête jusqu'à un gendarme (II-III). De là, faire un rappel de 20 m (relais chaîné) jusqu'à une brèche (1 spit, possible en désescalade). De la brèche, continuer sur le fil parfois aérien (100 m, III) jusqu'à un petit replat. Partir en oblique à gauche 2-3 m puis tout droit 20 m sur une belle dalle en IV avec 1 spit au départ puis 2 pitons oranges et 1 relais chaîné. Poursuivre le plus possible sur l'arête qui devient plus facile sur 100 m. Après un petit pierrier, l'escalade devient à nouveau plus intéressante. Monter un peu vers la droite (III, IV, quelques spits). Puis facilement jusqu'à l'avant-sommet, d'où on voit le sommet tout proche. Un spit avec une boucle permet de faire un rappel de 20 m. (possible en désescalade) Remonter ensuite l'arête facile jusqu'au sommet.

Descente : par le même itinéraire (aussi long !) ou mieux :Par l'arête NNE puis le flanc E, sommet du glacier de Treutse Bô.Descendre facilement l'arête jusqu'à un petit gendarme (3460 m) que l'on remonte un peu pour trouver un spit pour 10 m de rappel, (ou le contourner par la gauche côté glacier du Darray en redescendant de 8 m. Rapidement revenir sur l'arête). Continuer la descente jusqu'à une brèche (3400 m) bien marquée avant un grand gendarme (cairn).Puis descendre 15 mètres versant E, puis traverser toujours sur la gauche par des vires très faciles (cairns et marques rouges). Ne pas descendre tout droit dans le couloir! Ensuite 3 rappels de 20 m sur spits pour franchir une dalle raide. De là revenir par une vire sur la droite (marques rouges) qui ramène sur les névés du glacier de Treutse Bô. Rejoindre facilement le col sup. des Essettes. 2h15 du sommet au col. 3h15 jusqu'à la cabane.

Détails et croquis ici


Tourengänger: Bertrand


Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»