Queyras hivernal : ski de randonnée familial dans les Alpes du Sud


Publiziert von Bertrand Pro , 17. Februar 2017 um 15:35.

Region: Welt » Frankreich » Hautes Alpes - Dauphiné
Tour Datum:12 Februar 2017
Ski Schwierigkeit: WS+
Eisklettern Schwierigkeit: WI3
Wegpunkte:
Geo-Tags: F 
Zeitbedarf: 9 Tage
Aufstieg: 5600 m
Abstieg: 5600 m

Samedi 04/02 : Capanna Mautino en AR depuis Bousson (Sestrières).

Balade sur le chemin du Queyras ou nous partions nous installer pour notre semaine de vacances familiale. C'est un peu compulsif mais je ne supporte pas l'idée de griller une journée à ne faire que de la bagnole (Berne - Abriès en TC : mission - presque - impossible…) donc trajet Berne - Genève la veille, nuit chez belle-maman et départ aux aurores le samedi pour voler une petite sortie à une météo, euh, peu coopérative.

Les enfants étaient peu motivés pour sortir de la voiture sous une véritable tempête de neige, mais au final le soleil a fini par montrer le bout de son nez bien avant la cabane. On visait vaguement la Cima Saurel mais la décision a été vite pliée au vu du vent en tempête sur les crêtes et d'une nivologie malsaine +++ au dessus de Mautino (je suis allé tester tout seul, les autres étant sagement restés au chaud - j'ai du redescendre dans mes traces dans un concert de woums…).

C'était reparti pour une semaine de temps souvent perturbé, comme chaque année on arrive et c'est plus ou moins brun, on repart et c'est gavé, et on se demande ou les dépliants touristiques des Hautes Alpes vont chercher leurs 300 jours de soleil par an…heureusement qu'on profite d'un camp de base idéal chez Robert et Monique, dans une magnifique maison au coeur du vieux village d'Abriès !

Itinéraire : Bousson (1450m) - Lago Nero - Capanna Mautino (2130m) - 1/2 tour sous la Cima Saurel vers 2230m (cf trace GPS)

Météo : Départ sous une grosse averse de neige, puis éclaircies. Vent SW sensible à la cabane, violent sur les crêtes (> 80kmh) avec gros transports de neige.

Conditions du jour : 30-40cm dès le départ à 1450m mais sous-couche parfois inexistante sous les 1700m. Belle poudreuse légère sur fond dur jusqu'à la cabane, puis terrain miné (grosses accumulations malsaines et woums en série) > 2200m. Aucune trace récente au delà de la cabane dont l'accès est par contre assez sûr et constitue en soi une belle balade de repli bien connue des raquetteurs de la région.

Accès : Route blanche du Fréjus jusqu'à Bousson, pneus neige indispensables (et obligatoires si on n'a pas de chaines à bord). On s'est fait rentrer dedans à toute petite vitesse par une Italienne chaussée de savonettes, sans dégât apparent donc sans constat…c'est seulement le lendemain qu'on a remarqué que le radar de recul était naze et pipsait en permanence dès qu'on enclenchait la marche arrière :-( . Il a aussi fallu pelleter 15mn pour se garer à Bousson…

Refuge : Capanna Mautino ouverte, on n'a hélas pas pu en profiter ayant omis de prendre le porte-monnaie faute de savoir que c'était gardienné…mais ils sont très gentils et nous ont laissés finir de casse-crouter et jouer aux cartes au chaud.

Horaire : départ 11h - cabane 14h - retour 15h


Dimanche 05/02 : Chapelle St Barthélémy - Auberge de la Grolle

Tempête de neige sur le Queyras. Après une grasse-matinée bienvenue, on se contente d'une montée en ski de rando depuis la Chapelle St Barthélémy (1660m) jusqu'à l'auberge de la Grolle (2020m) située à l'arrivée du télésiège en empruntant le sentier raquettes, à peine balisé. Heureusement qu'on pouvait descendre par la piste, évidemment déserte ce jour là vu les conditions...Le resto sert d'ailleurs d'excellents plats de terroir à des prix modiques, on est loin des fast-food d'altitude (par contre c'est évidemment toujours blindé à midi quand il fait beau...)


Lundi 06/02 : cascade de glace d'Aiguilles

La cascade artificielle d'Aiguille est une sorte de petit jardin d'escalade version sorbet dans un salon de thé : 5mn de marche du village, éclairée le soir, des voies de 20m maximum en moulinette avec un départ bien plat...bref on n'a que les bons cotés de l'activité sans les inconvénients (glaçons envoyés par les cordées du dessus, risque d'avalanche des pentes dominant la glace, terreur de grimper en tête en posant ses broches etc...). Elle a du coup beaucoup de succès et reste très fréquentée tous les jours de l'hiver mais il y a de la place pour une vingtaine de cordées.

Les enfants avaient adoré la soirée initiation de l'année passée tout en restant sur leur faim de ne pas avoir pu grimper davantage. Avec un risque 4/5 annoncé décourageant toute vélléité skiistique, Papa casse donc sa tirelire pour engager à la 1/2 journée le guide local Pascal Giraud, le grand maître des lieux et le créateur de la structure. Autant dire que cette fois-ci au bout de 3 heures chacun avait son compte ! Si toutes les cascades étaient comme ça, je crois qu'on en ferait plus souvent.

Arnaud était évidemment déchainé comme l'an passé, Cécile ne ressent curieusement pas son vertige habituel ici grâce aux nombreuses petites marches dans la glace. Pascal m'a trouvé un peu bourrin sur mes piochons, la mauvaise habitude de tracter sur la poutre de la maison sans doute…du coup j'ai eu l'obligation de refaire une voie avec un seul piolet. Inutile de dire que la corde est restée bien tendue. Bon tout cela est très ludique mais de là à faire un jour un mètre en tête…bref au cours des années à venir il faudra sans doute confier Arnaud à Pascal pour une journée à Ceillac.

Sur le plan pratique le petit magasin de montagne d'Aiguilles lour tout le matériel pour ceux qui seraient juste venus skier (10 EUR / j pour chaussures et crampons). Infos sur la cascade ici.


Mardi 07/02 : Col de la Lauze (2551m) depuis Aiguilles

Cet itinéraire se déroule sur les anciennes piste du domaine skiable d'Aiguilles, abandonné en 2009 et transformé depuis en "domaine de ski de randonnée" avec un balisage discret.

Ce fut des rares journées de beau temps d'une semaine bien chahutée, à se demander ou les opérateurs touristiques des Hautes-Alpes vont chercher les 300 jours de soleil par an vantés sur leurs dépliants. Il avait neigé 50-60cm lors des 3 jours passés, on est donc partis sur un remake d'une découverte familiale 4 ans plus tôt - dont je revois les images avec nostalgie d'ailleurs…Bon ce coup-ci tout le monde est équipé et les enfants ont avalé sans trop de souci la totalité de l'itinéraire jusqu'au col.

Certes les téléskis en ruine nuisent un peu à l'ambiance sauvage, mais en termes de skiabilité c'est sans doute l'un des meilleurs plans par nivologie douteuse puisqu'on bénéficie encore des tranchées ouvertes dans la forêt à l'époque de l'exploitation du domaine skiable fermé il y a 8 ans (et même d'un peu de balisage) en évoluant sur des pentes souvent à 25°, bien loin des parcours aplatis recommandés par risque élevé. La forêt commence cela dit à repousser et cela ne durera pas éternellement…

Trop occupé à photographier avec fierté la godille des enfants, j'ai attaqué un peu aggressivement une trouée forestière d'allure poudreuse vers 1600m avant de réaliser un peu tard que les 20cm de poudreuse reposaient à ce endroit là sur un pierrier. Bilan : une carre cassée et sortie du ski sur 30cm. Je m'étais presque résigné à racheter des skis le soir même avant que Jean-Marie, l'extraordinaire patron du petit magasin de sports d'Aiguilles (auquel nous avions également loué le matériel de cascade de glace la veille) ne répare ça de main de maître. Merci à lui s'il lit ces lignes !

Itinéraire : Aiguilles - Retenoir - Chalet de Peynin (parcours balisé) - Pt 2372 - Col de la Lauze - descente le long de l'ancien TS - bergerie - Chalet de Peynin - ancienne piste noire via Pt 1740m - Aiguilles (détails ici).

Conditions du jour : on chausse au départ du snowpark d'Aiguilles mais la sous-couche est discontinue sur les 250m inférieurs avec risque de toucher. Tb enneigement au dessus de 1800m avec rapidement > 1m dont 50cm de neige fraîche des jours passés. Risque 3 annoncé (4 la veille), grosses accumulations un peu partout avec qques woums pour mettre de l'ambiance –> cet itinéraire très sûr était bien adapté. Assez tracé jusqu'au sommet du 2ème TS (Pt 2372m), une seule trace ensuite. Sinon très belle poudreuse un peu liée en haut, légère dans la partie boisée qui offre le meilleur ski.

Météo : -6° au départ, plutôt beau mais se voilant l'après-midi, vent SW modéré tout en haut, iso 0° vers 2000m.


Mercredi 08/02 : Refuge de la Blanche depuis St Veran

Le mauvais temps est annoncé de retour dès midi...on choisit donc de monter à ski de fond de St Veran (2000m) au Refuge de la Blanche (2500m) via la Chapelle ND de Clausis par l'itinéraire nordique soit disant balisé et damé. Balisé certes (heureusement d'ailleurs vu le white-out recontré par moments au delà des derniers mélèzes) mais pour le damage on a parfois regretté les raquettes (!) : à ski de fond il a fallu porter les skis sur les 3 premiers kms puis dans les lacets sous la Chapelle de Clausis.

On a réussi quand même à skier à la descente mais c'était parfois pour l'honneur de ne pas déchausser - ah l'émulation familiale...- et souvent acrobatique. On peut heureusement récupérer au bout de 5.5km la piste noire des loups, bien damée elle, permettant de revenir sur Mollines par une longue et belle descente en fond de vallon qui réconcilie avec le ski (et avec l'OT de St Veran).

Déjeûner sympathique dans ce beau refuge ou nous étions curieusement loin d'être les seuls malgré les conditions hostiles, c'est apparemment assez connu comme itinéraire de repli par mauvais temps en dépit des 9km de montée. Bon on était les seuls à skis de fond, pas fous les autres. Enfin presque les seuls : nous avons été doublés par un extraterrestre en skating monté depuis Mollines en moins de 2h malgré une piste à peine damée...


Jeudi 09/02 : Abriès - la Roche écroûlée

Il a neigé une partie de la nuit mais ça se calme le matin. Pendant que les enfants vont prendre leur 1er cours de télémark, je remonte la piste de ski de fond juste damée jusqu'à l'Echalp, puis je dame moi-même jusqu'à la Roche Ecroulée, tout au fond de la Vallée du Guil. mes nouveaux skis finlandais hitec à peau de phoque font merveille, 2h40 pour les 20k avec +400m de D+, une bonne séance de cardio, je me croirait presque encore jeune...

La piste contournant Ristolas en rive gauche n'est pas tracée malgré les promesses de l'OT. De rage je force le passage dans la profonde, très mauvaise pioche, recul incessant à la montée et descente casse-gueulissime ou je croise de surcroît un groupe de randonneurs à skis souriant de me voir en perdition sur mes 2 alumettes.

L'après-midi il neige à nouveau (décidément !), C&A s'escriment désormais seuls à télémarker autour du babylift, Agnès et moi partons découvrir un autre accès balisé raquette (sur le dépliant de l'OT...) permettant de gagner la même auberge du télésiège mais cette fois-ci depuis Abriès même. L'adversité redouble, évidemment aucun balisage, juste une paire de hors-pisteurs narquois trafolant la neige entre les buissons. Le gouter à l'auberge  aurait été la seule consolation mais nous arrivons juste pour la fermeture et il faut se contenter de rentrer par la piste, déjà râclée à mort,  à l'heure de pointe. Bref on aurait aussi pu faire la sieste. Mais la revanche du lendemain n'en sera que plus savoureuse...


Vendredi 09/02 : l'Eypiol

De loin la plus belle de la saison pour nous. Quelle orgie ! Rarement skié une aussi belle forêt de mélèzes clairsemés dans de telles conditions. Arnaud est à son tour convaincu qu'il n'y a rien de mieux que le ski de rando - bon j'ai dû lui expliquer que ce n'était pas tous les jours comme ça…le seul (petit) inconvénient est de devoir remonter le bord de la piste de ski sur les 2 premiers kms jusqu'à Valpreveyre, mais elle n'est guère fréquentée en milieu de journée. Bonus supplémentaire en partant l'après-midi : l'itinéraire est constamment éclairé par le soleil rasant du SW.

Pour profiter d'une des rares journées de météo acceptable (elle sera même bien meilleure qu'annoncé), on avait passé la matinée en ski de fond entre l'Echalp et Abriès (la navette de l'Escarton permet de faire ce tronçon sous forme d'un long faux-plat descendant de 7.5k…). Là encore avec un Arnaud déchainé sur ses ski de fond high-tech (Atomic SkinTec) qui profitait du fait que papa doive redamer les 3cm de neige tombés la nuit pour me coller aux fesses avec arrogance.

Seul gros bémol de la journée : Cécile avait sans doute pris froid lors de sa journée de télémark de la veille, dans le vent et la neige, et a dû passer la journée à l'appartement la mort dans l'âme, elle qui aime tant la poudreuse. Elle serrera courageusement les dents lors des 2 dernières randos des vacances samedi à Mollines et dimanche à Névache.

Itinéraire : Chapelle St Barthélémy (Pont pt 1656m) - Valpréveyre - Eypiol - retour. Détails ici

: voilé / couvert au départ puis de plus en plus dégagé, -7° en haut, vent faible.

du jour : piste damée à remonter jusqu'à Valpreveyre, puis excellent enneigement avec 50cm de neige récente légère sur une bonne épaisseur préexistante –> on peut se lâcher entre les mélèzes sans rien toucher, le meilleur ski de la saison pour nous ! Risque 3 annoncé, bien perceptible sur les 200 derniers mètres au delà de la forêt avec de grosses accumulations par endroits ou on enfonce le baton jusqu'à la garde. - mais l'itinéraire est assez sûr si on reste sur la croupe (30° grand max sur de très courts passages). Une dizaine de traces mais d'immenses espaces pour faire les siennes…


Samedi 11/02 : Mourre Froid / Gardiole

La Gardiole de l'Alp est la grande classique de Molline en Queyras, décrite un peu partout dans la bonne littérature et sur internet. Elle manquait encore à notre tableau même au bout de 3 séjours...il faudra finalement s'y reprendre une 4ème fois - mais n'anticipons pas.

Il faut hélas déjà quitter Abriès (RV déjà pris l'an prochain !) mais nous optimisons les vacances en dormant le (samedi) soir même au Gite de Bénédicte à l'Argentière (Moulin Papillon, what else) histoire de caser encore 2 randos avant le retour dans la nuit de dimanche à lundi, juste avant l'école ou le bureau. Cécile est presque guérie, il fait beau, la célèbre Gardiole de l'Alp nous tend les bras. Je crois malin de l'attaquer depuis Prats-Hauts plutôt que depuis le départ habituel de Gaudissart pour donner à la partie en forêt un peu plus de composante NW (et donc un peu moins de croute). D'ailleurs ça tombe bien c'est tracé, il n'y a qu'à suivre, ça évitera de se geler les mains a regarder le GPS par -10°.

Sauf que la trace ne va pas à la Gardiole mais au Mourre - trop tard pour faire 1/2 tour quand on s'en rend compte, mais après tout tant pis, va pour le Mourre, 200m de D+ en moins c'est finalement pas plus mal pour une poussinette encore convalescente. Sauf qu'un peu plus haut la trace ne va pas non plus au Mourre froid mais s'arrête vers 2440. C'est un complot ! C'est vrai que les pentes du haut ont une sale gueule, chargées +++ alors qu'on sent bien la couche moisie sous les grosses accumulations comme le confime le coin glissant creusé par nous prédécesseurs. Conciliabule familial : now what ? Coup de bol, les pentes plus douces sous le Col 2658m de la Gardiole sont bien tracées dans les 2 sens –> flexibilité est mère de sûreté, 3ème changement d'objectif de la journée, je trace à plat sur 300mpour rejoindre la bonne trace de montée, puis cap sur le col 2658m. Que nous atteignons sereinement et dont la descente fera partie des plus belles de la semaine !

Arnaud râlera certes un peu en forêt dans une neige qu'il baptisera de "croutonnée", quelques hurlements auront sans doute fait fuir les chamois, mais on retrouve de bonnes conditions juste au dessus de Prats Hauts en restant bien à G sur la contrepente à l'ombre. Bref au final une combinaison un peu improvisée mais tout à fait recommandable comme compromis sécurité / skiabilité par nivologie douteuse.

Itinéraire : Prats Hauts - Alt 2400 - Traversée à D vers le Clot de la Cabane . Col 2658m en AR - Pt 2274 - Prats Hauts (cf GPS)

: grand beau glacial le matin (-11° au départ) restant frais (iso 0° 1700m) sauf dans la pente sous le col 2658m ou il faisait bon chaud. Vent faible. Ciel se voilant fortement depuis l'W vers 14h.

du jour : l'enneigement est bon dès le départ mais < 2200m tout ce qui a vu le soleil dans ces pentes W est déjà un peu crouté. Au dessus grosse épaisseur de neige récente (50-60cm) reposant sur une sous-couche enfouie pas très saine : un coin glissant avait été creusé par nos prédécesseurs et il est parti sans difficulté –> ils ont fait 1/2 tour vers 2430m, là ou la pente se raidit (sommet non tracé avec des pentes visiblement extrêmement chargées). D'ailleurs juste en dessous, à la limite supérieure de la forêt, une petite plaque était partie spontanément quelques jours plus tôt dans une rupture de pente. Bref le risque 3 annoncé ne l'était pas pour rien.

Nous avons donc préféré traverser à plat jusqu'au Pt 2414 pour reprendre la belle pente, moins raide et munie d'une dizaine de traces, menant au col 2658m juste sous la Gardiole. Superbe ski sur toute cette partie hors forêt, en forêt alternance de poudreuse à l'ombre des arbres et de vilaine croute ailleurs avec qques hurlements du lapinou qui a réalisé que les conditions exceptionnelles de la veille à l'Eypiol n'étaient hélas pas la norme.


Dimanche 12/02 : Crête du Bois noir

Dernière balade sur le chemin de la maison après une semaine intense dans le Queyras, histoire de cocher 9 sorties sur 9 jours (pff, quelle famille, c'est toujours le bagne ces vacances - vivement l'école !). Partis au départ pour Buffère - Echaillon, les sommets > 2500m étant bouchés par les nuages ramenés par la Lombarde, repli sur cette petite balade bien plus skiante que ce que la carte laisserait penser - d'autant que le meilleur ski est vraiment en forêt ces temps-ci. D'ailleurs le coin semble bien connu des indigènes…qui aiment tracer droit dans le pentu ! Avec une Cécile encore convalescente, j'ai du rouvrir de temps à autre une tranchée un peu moins raide, pas facile dans > 50cm de poudreuse légère.

Arnaud avait retrouvé toute son énergie après avoir un peu râlé la veille à la Gardiole, il a donc tenu à faire avec moi les 20 derniers mètres un peu escarpés menant à la croix du sommet sous un ciele menaçant, pendant que maman et Cécile s'arrêtaient au dépôt des skis. Je crois qu'il n'aurait pas été plus fier en gravissant l'Annapurna avec son papa…

Retour long et lugubre à travers la plaine du Po et le Val d'Aoste sous une chappe plombée et humide avant de retrouver les étoiles dès la sortie nord du Tunnel du GSB. Notre resto favori du relais du Pélerin de St Rhémy, célèbre pour ses portions XXL, était hélas en congé, il a fallu se rabattre sur la Brasserie du Mont Vélan à St Oyen dont la clientèle cible semble plutôt constituée de sédentaires au régime  vu les portions XXS. Heureusement qu'il restait un peu de picnic de midi à finir dans la voiture !

Itinéraire : Névache - TS du Bois Noir - Crête du Bois noir (Pt 2369m) - Retour. Détails ici

: couvert voir bouché > 2500m mais bonne visi sur l'itinéraire avec même qques rayons de soleil. -4° en bas, -7° en haut avec vent modéré du SW.

du jour : neige en quantité juste suffisante < 1950m, comme on skie sur piste damée < 1700 reste une portion de 250m ou il faut skier avec circonspection pour ne pas toucher. La couche augmente rapidement ensuite, > 2000m on peut se lâcher avec 40cm de neige récente légère sur un fond raisonnablement tassé. Pas mal de traces deci delà mais encore bcp de variantes possibles. Risque 3 annoncé mais pas de souci sur cet itinéraire assez sûr pour peu de tracer au moins raide au delà des derniers arbres. La forêt est bien plus clairsemée que ce que la carte ne laisse croire et se prête magnifiquement au ski, bien mieux que sa cousine de la Cochette ou nous avions vécu une belle mésaventure en famille un an plus tôt…Les 100m supérieurs présentent une neige plus liée par le vent mais restant plaisante. Les 20 derniers mètres se font à pied.

A noter que toutes les traces s'arrêtent à la croix du Pt 2369m qui arbore un plaque métallique affichant "Croix Carail, 2584m"). Il semble donc y avoir une confusion sur le vrai sommet (la vraie Croix Carail 200m plus haut semble malaisée à skier et peu pratiquée).

Participants : Agnès & moi, Cécile (15 ans déjà, sniff), Arnaud dit aussi lapinou (12 ans)

Moralité : peu de régions offrent une telle palette d'activités familiales pour ceux qui aiment la neige et une nature encore (en partie) préservée. Donc on y retourne l'an prochain. Peut-être fera-t-on une jour connaissance avec les mythiques "300 jours de soleil par an" promis par l'OT des Hautes-Alpes ?


 


Tourengänger: Bertrand

Minimap
0Km
Klicke um zu zeichnen. Klicke auf den letzten Punkt um das Zeichnen zu beenden

Geodaten
 34064.gpx Capanna Mautino
 34065.gpx Chapelle SB - TS de Gilly
 34072.gpx Col de la Lauze
 34074.gpx Refuge de la Blanche
 34087.gpx Eypiol
 34089.gpx Mourre froid
 34090.gpx Crête des bois noirs
 34092.gpx Abriès - Roche écroulée
 34093.gpx Garcine d'Abriès - TS de Gilly

Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentare (2)


Kommentar hinzufügen

nprace hat gesagt: Montagne en famille
Gesendet am 17. Februar 2017 um 17:20
Salut Betrand
J'ai vu plusieurs fois tes histoires de montagne en famille et je le trouve trop bien que vous pouvez tous sortir ensemble en pour profiter de telles belles aventures! Je vous souhait très bonne continuation!
N

Bertrand Pro hat gesagt: RE:Montagne en famille
Gesendet am 17. Februar 2017 um 17:24
Merci de ta gentillesse...Bon évidemment en famille on reste loin de tes exploits avec Danski ! Mais il y a plein de manières d'apprécier la montagne, et c'est tant mieux.


Kommentar hinzufügen»