Sur le Chemin panorama alpin : Vingt-et-unième étape, de Schwarzsee à Jaun


Publiziert von stephen Pro , 31. Mai 2016 um 19:06.

Region: Welt » Schweiz » Freiburg
Tour Datum:26 Mai 2016
Wandern Schwierigkeit: T2 - Bergwandern
Wegpunkte:
Geo-Tags: CH-FR 
Zeitbedarf: 4:00
Aufstieg: 740 m
Abstieg: 770 m
Strecke:Schwarzsee – Brecca – Euschelspass - Jaun
Zufahrt zum Ausgangspunkt:cff logo Schwarzsee
Zufahrt zum Ankunftspunkt:cff logo Jaun, Dorf

English version here

La cotation T2 vaut uniquement pour certains passages sur des sentiers caillouteux et glissants, où de bonnes chaussures sont recommandées. Par temps parfaitement sec, T1.

Je suis réveillé (pas désagréablement) à cinq heures et demie par les cloches des vaches qui broutent quelque part au-dessus de l'hôtel où j'ai passé la nuit, au bord du Lac noir. Je retombe dans un demi-soleil délicieux avant de me réveiller pour de bon et de me lever à 7 h 45. L'étape du jour sera courte – sans doute pas plus de trois heures et demie – et je vais pouvoir prendre mon temps. Ma seule contrainte est de ne pas louper le bus de trois heures et demie à Jaun, car je dois repasser à Lucerne avant d'aller à Bâle en voiture plus tard dans la soirée et il faut trois heures et demie pour faire Jaun – Lucerne. Je sors sur la terrasse de ma chambre pour faire un tour d'horizon de la météo. Il y a du ciel bleu vers l'ouest, mais au-dessus de moi c'est encore bien nuageux. Le lac mérite bien son nom ; sa surface semble absorber tout le noir de ces nuages.

La salle de petit déjeuner est vaste et fonctionnel, mais l'ambiance est froide. Je suis surpris de voir qu'il y a beaucoup plus de monde à l'hôtel qu'hier soir. Les nouveaux arrivants, tous francophones et habillés en costume-cravate, doivent être là pour une conférence, ils ne vont manifestement pas tenter l'ascension du Kaiseregg. Pendant que je mange mon petit déjeuner, j'entends des bribes de conversation venant des autres tables : il est beaucoup question d'e-learning et de workflows… au bord du Lac noir, c'est un rappel un peu bizarre de ce que je pourrais être en train de faire par un jour pareil, si je n'étais pas en vacances. La radio est restée bloquée dans son sillon nostalgie – mélancolie années 80 d'hier soir, avec un enchaînement  The day before you came d'Abba et Sorry seems to be the hardest word d'Elton John… pas très énergisant au début d'une journée de rando !

Je termine mon petit déjeuner, fais mon sac et, à 9 heures, suis prêt à partir. La réceptionniste me demande si je suis à pied et où je vais. Je lui parle de mon projet Chemin panorama alpin ; elle semble savoir de quoi je parle, me dis que j'ai dû venir depuis Guggisberg hier (c'est juste) et que je dois absolument visiter le cimetière de Jaun dans lequel les pierres tombales portent non seulement le nom des défunts, mais aussi leur profession. Lorsque je sors, les nuages se sont complètement dégagés ; la surface du lac est d'un calme absolu et le reflet des montagnes alentour est parfait. Deux pédalos en forme de cygnes blancs sont amarrés au ponton, à l'attente de Galadriel et d'une armée d'elfes sans doute.

Le Chemin panorama alpin a souvent tendance à chercher l'itinéraire le plus simple et le plus direct, parfois au détriment de paysages plus intéressants mais un peu moins accessibles, mais aujourd'hui est une exception et c'est tant mieux. Au bord du lac, le panneau jaune indique 2 heures 50 seulement jusqu'à Jaun par le sentier le plus direct, mais le balisage de l'itinéraire national No. 3 prend un chemin beaucoup plus long et moins direct, peut-être parce que l'étape serait simplement trop courte autrement. C'est un jour férié dans le canton de Fribourg et je vois beaucoup plus de monde qu'hier ; déjà à neuf heures au bord du lac, je croise des joggeurs, des promeneurs, des pêcheurs…  Au-dessus et à gauche, le flanc raide du Kaiseregg a l'air froid et intimidant avec ses restes de neige.  De la neige, tiens… en trouverai-je à l'Euschelspass ? Je suis déjà passé deux fois par ce col ; une fois en plein hiver à raquettes où la présence de neige était normale et bienvenue ; la seconde fois en mai 2010 où j'ai quitté le Lac noir sous des trombes d'eau qui se sont transformées en neige à mi-chemin vers le col.

Arrivé à l'extrémité sud du lac,  je prends un sentier caillouteux qui remonte en forêt le long d'un torrent bruyant. Les pierres mouillées sont glissantes et je maudis mon choix d'avoir pris mes vieilles chaussures de marche, dont les semelles arrivent gentiment en fin de vie. Je passe devant un chalet isolé dans une clairière (Spicherweid, 1105 m), descends un peu pour franchir le torrent sur une passerelle métallique ultra-glissante, puis remonte vers l'alpage de Hubel Rippa, 1141 m, où de jeunes bovins se ruent vers la clôture métallique pour voir ce que je suis.  Depuis la petite butte sur laquelle est construit le chalet d'alpage il y a une vue panoramique vers le Lac noir et les contrées moins montagneuses au-delà. N'ayant pas encore compris que l'itinéraire du jour va tout faire pour emprunter tous les détours possibles, je suis un peu surpris par la direction que je prends, car l'Euschelspass est maintenant derrière moi alors qu'il devrait être devant. Je me demande si je n'aurais pas loupé une bifurcation… mais non, au prochain carrefour de chemins, où je retrouve la piste qui remonte depuis Schwarzsee Bad, je retombe sur le balisage de l'itinéraire No. 3. Je ne me suis pas trompé.

Prenant la piste raide vers l'amont, je suis bientôt en sueur. Le balisage me fait alors quitter la piste et descendre vers le chalet de Wälschi Rippa, 1196 m. Ici, une fois de plus, je suis surpris par la direction indiqué : le chemin le plus direct va tout droit, c'est clair, mais on m'indique de prendre à droite, en direction d'Unteri Rippa et de Brecca. Un sentier forestier raide en lacets me fait gagner rapidement de l'altitude, puis débouche soudainement dans la vallée sauvage et magnifique de Breccaschlund. Le fond de la vallée est parsemé de bosquets de conifères, son flanc gauche dominé par les hautes falaises de la Spitzflue, du Chörblispitz et du Schopfenspitz. Les pierriers ombragés sous les falaises sont encore bien garnis en neige, ce qui est encore plus le cas pour les pentes qui ferment la vallée au sud, descendant de l'arête fine qui relie le Schopfenspitz au Patraflon. Je trouve une grosse pierre à l'ombre et me pose pendant une demi-heure, le temps de faire un petit croquis de ce beau paysage. Plusieurs randonneurs passent devant moi, souvent accompagnés de chiens. L'un d'eux me souhaite un schöne Sunntig… je sais que les Suisses ont tendance à souhaiter un bon dimanche dès le début du week-end, voire avant, mais je pense que c'est la première fois que cela m'arrive à 11 heures le jeudi matin !

Le sentier passe devant le chalet de Brecca, 1400 m, puis fait un nouveau crochet vers le nord pour passer derrière la chaîne de la Spitzflue et regagner la vallée principale qui remonte à l'Euschelspass. A Rippetli, 1483 m, je me trouve une nouvelle fois juste au-dessus du Lac noir : je marche depuis deux heures mais, grâce aux détours du chemin, je n'ai même pas couvert trois kilomètres à vol d'oiseau. Ce n'est absolument pas un problème, tellement ces paysages sont jolis. Midi approche et je commence à voir des gens qui pique-niquent, assis sur des rochers au soleil ou sur des bancs devant des chalets d'alpage pas encore occupés pour la saison estivale. Après le chalet de Stierenberg, le chemin devient brièvement plus escarpé ; il y a même un endroit où un escalier métallique facilite le passage d'une barre rocheuse, chose rarissime sur le Chemin panorama alpin. Ce détour par le Breccaschlund a donné à cette étape une ambiance "montagne" qui faisait défaut depuis la région du Säntis, tout au début de l'itinéraire.  

Je déjeune vers midi et quart, m'asseyant dans l'herbe, peu avant de rejoindre le chemin direct à Untere Euschels. L'herbe est plus ou moins sèche et, pour la première fois de la saison, je peux même m'autoriser une petite sieste avant de reprendre mon chemin vers 12 h 45. Je devrais être à Jaun juste à temps pour le bus de 14 h 32. Rejoignant l'itinéraire direct qui va du Lac noir à Jaun, j'emprunte une piste d'alpage qui remonte en pente régulière vers Ober Euschels, 1550 m, le dernier chalet de ce côté du col. La dernière fois que je suis passé ici (sous la pluie devenue neige donc), l'offre culinaire du chalet se limitait à un seul mot : BIER. Ils ont diversifié depuis et proposent également du fromage d'alpage, que plusieurs randonneurs sont d'ailleurs en train de déguster à la terrasse.

Au-dessus d'Ober Euschels, il reste de grandes plaques de neige de part et d'autre du sentier, mais très peu sur le sentier lui-même. Vers une heure et demie j'atteins l'Euschelspass : situé à une altitude modeste de 1567 mètres, ce col est le point culminant de tout le Chemin panorama alpin, même si ma variante par le Gulmen lors de la cinquième étape m'a fait monter un peu plus haut. La chaîne des Gastlosen apparaît vers le sud, encadrés par les pentes de part et d'autre du col. Mais tout comme hier, les nuages ont gagné du terrain et la lumière n'est pas optimale pour admirer cette chaîne faite de multiples petites dents pointues.

La descente sur Jaun est courte, raide et, au début, extrêmement boueux et glissant. Il devait encore y avoir de la neige ici il y a quelques jours, et toute l'eau qui ruisselle des pentes de la montagne cherche le chemin le plus court vers la vallée… ce qui veut dire le sentier. En dessous du restaurant d'alpage de Ritzlialp, 1510 m, je suis brièvement une route bétonnée, puis la quitte pour un sentier – un peu plus sec désormais – qui descend par des pâturages déjà occupées par des vaches. Le pâturage est un océan de pissenlits, premier plan jaune vif devant les Gastlosen noirs et le ciel chargé de nuages de plus en plus gris.  Deux enfants jouent sur un immense bloc au milieu de cette verdure, alors que leur père mange tranquillement ses sandwiches, assis sur l'herbe sous le rocher. La descente se termine par un sentier raide et empierré, le long d'une petite gorge.

Jaun est connu pour ses deux églises et sa cascade ; cette dernière est particulièrement impressionnante aujourd'hui, après toute la pluie des derniers jours. Je remplis ma gourde à une fontaine puis descends la voir de près. Il est deux heures et quart, juste parfait pour le bus de 14 h 32 ; je visiterai le cimetière au début de la prochaine étape.  Le retour sur Lucerne depuis Jaun est un des plus longs de tout le Chemin panorama alpin. Je prends le bus jusqu'à Bulle, où je dois attendre une demi-heure pour le train qui va à Berne. J'utilise ce temps pour prendre quelques notes sur l'étape et pour terminer le croquis commencé la veille au bord du Lac noir.

J'avais prévu d'utiliser le reste de mes vacances pour enchaîner des étapes et arriver au moins jusqu'à Lausanne avant de reprendre le travail. Malheureusement, avec encore quatre jours où je serais potentiellement libre pour marcher, le mauvais temps s'est installé et j'aurai même de la chance si j'arrive à aller jusqu'à Vevey, à trois journées de marche d'ici.
 
Etape suivante
Etape précédente

Tourengänger: stephen


Galerie


Slideshow In einem neuen Fenster öffnen · Im gleichen Fenster öffnen


Kommentar hinzufügen»